Madame Endora’s Fortune Cards (Christine Filipak & Joseph Vargo)

Read this review in English

Lire cette critique sur Aeclectic Tarot

 

Éditeur : Monolith Graphics
Illustrations & instructions : Christine Filipak & Joseph Vargo

Présentation

Dans une boîte cartonnée, avec un livret accompagnateur en anglais. S’agissant d’un outil originaire des États-Unis publié par un éditeur américain (il faut donc le commander là-bas), le livret accompagnateur ne contient pas de traduction de la notice dans d’autres langues.

Le Chaudron de Morrigann: Madame Endora's Fortune Cards

Les cartes

La structure de l’oracle

Au nombre de 48, les lames sont réparties en cinq groupes :

      • La Cour Royale (« The Royal Court ») inclut des personnages représentant les personnes ayant une influence directe sur la vie du consultant, ou des personnifications des forces dominantes en présence (8 cartes).
    •  
      • Le Royaume des Fables (« The Realm of Fable ») comprend des créatures sorties des domaines mythologique et folklorique, mais aussi des traditions anciennes. Celles-ci représentent les forces extérieures au consultant, sur lesquelles il n’a pas de prise et qui affectent sa destinée (10 cartes).
    •  
      • Le Bestiaire (« The Bestiary ») contient 10 cartes également. Il renferme (ou libère, au choix !) des créatures auxquelles sont attachées superstitions et légendes populaires. Celles-ci représentent les instincts « primaires » de l’être humain, ses qualités comme ses défauts, desquels il faudra dans tous les cas apprendre pour progresser.
    •  
      • Le Trésor (« The Treasury »). On y retrouve 12 cartes symbolisant chacune un objet merveilleux. Ces « trésors mystiques » aident le consultant ou se dressent au contraire en travers de sa route.
    •  
      • Les Éléments (« The Elements ») donnent des précisions quant aux énergies en présence. Ce sont les corps célestes et les forces de la nature qui viennent influencer le consultant et ses entreprises (8 cartes).

 

Racines et esthétique

Un oracle où plusieurs cultures anciennes se rejoignent

Le Chaudron de Morrigann: Madame Endoras Fortune Cards - deck

Comme on peut l’entrevoir à travers sa structure, cet oracle est profondément ancré dans les mythologies, folklores et conceptions ésotériques de plusieurs traditions. Ainsi se côtoient l’Égypte ancienne, les traditions celtiques, médiévales, gréco-romaines, païennes, la Kabale, les Fées, et des symboles universels. Avec toutes ces influences, on pourrait s’interroger quant à la pertinence de mêler autant de systèmes n’ayant a priori pas grand-chose à voir les uns avec les autres. Pourtant, l’ensemble fonctionne plutôt bien, et les multiples emprunts à des mondes apparemment si éloignés se justifient lors des tirages.

En effet, tenir compte de l’origine du symbole représenté permet d’éviter certains contre-sens de lecture. Par exemple, dans certains oracles comme le Belline, le chat n’est autre qu’une image du Malin et incarne la trahison, le mensonge, la fausseté, l’hypocrisie, etc. Cette conception est héritée du Moyen-Âge où l’on a assimilé le chat (en particulier noir) au Diable, faisant de cet animal le compagnon attitré des « sorcières ». Se déplaçant sans bruit, il était l’espion idéal qui pouvait aller se faufiler çà et là afin de glaner des informations qu’il rapportait ensuite à sa maîtresse. Cette mauvaise réputation valut d’ailleurs à beaucoup de chats noirs d’être jetés du haut de tours et de clochers, pensant qu’il s’agissait du Diable. Même encore de nos jours, certaines personnes conservent des a priori à leur encontre.

Pourtant, le chat avait une tout autre réputation en Égypte, où il était sacré et perçu comme l’incarnation des dieux sur terre. C’est cet aspect qu’a choisi d’illustrer l’artiste dans les cartes de Madame Endora, puisque le Chat Noir se dresse de face, assis telle Bastet. Il n’annonce ni malheur ni bonne nouvelle, seulement que la chance du consultant va tourner.

De la même manière, pour chaque notion évoquée à travers les cartes, les auteurs ont choisi l’élément qui leur semblait le plus évocateur, le plus fort au sein de cultures différentes, ce qui donne une richesse toute particulière à ce jeu. De cette façon, le « Greenman » incarne les forces de la Nature, tandis que le Golem est quelqu’un qui agit pour le consultant.

Force est de constater que si l’on pouvait craindre un ensemble incohérent à cause d’une apparente dispersion, les tirages semblent s’en trouver au contraire renforcés dans les messages qu’ils délivrent.

La diversité des cultures et des époques présentes dans ce jeu est aussi le reflet de la diversité du Monde. Un oracle (comme un tarot) est censé dans sa structure refléter le Monde et les forces qui le meuvent. Or, c’est ici bien le cas, tant au niveau des personnages/objets/notions/forces que l’on trouve dans ces lames, mais aussi au niveau de leurs origines. On a ainsi une universalité qui se fait sur plusieurs axes : celui des forces immuables qui composent le Monde et celui, plus rarement abordé, des cultures et des époques qui l’ont façonné et qui reflètent la présence humaine avec tout ce qu’elle comporte. On a donc à la fois le plan sacré/divin qui est intemporel et le plan terrestre/humain, où les changements peuvent être soumis à la volonté ou aux qualités de l’Homme.

Eventail Madame Endora"s Fortune Cards

Une esthétique raffinée et travaillée

Au niveau esthétique, les cartes sont tout simplement splendides ! Un fond noir met en valeur chaque élément représenté et apporte une touche de mystère supplémentaire à ce jeu dont la tonalité plutôt sombre donne l’impression à celui qui l’utilise de toucher du doigt des royaumes sacrés et inconnus. Chaque illustration est soignée et dépouillée de superflu, ce qui rend la lecture des cartes plus intuitive en permettant de prendre en compte chaque symbole.

Malgré les multiples influences culturelles auxquelles j’ai fait allusion plus haut, le style reste unifié. Ainsi, l’œil n’est pas « choqué » de voir côte à côte lors d’un tirage des cartes aux motifs égyptiens et d’autres à l’ambiance médiévale. Ceci est déjà en soi un excellent point, car il n’y a rien de pire que tenter de lire des cartes (et donc d’essayer de les relier) avec un jeu où l’on n’a même pas d’unité visuelle !

Il est également intéressant d’observer que les lames qui illustrent les qualités humaines (bonnes ou mauvaises) se présentent comme des sortes de blasons, telles des représentations de nous-mêmes que l’on porterait en étendard. Encore un élément qui facilite la lecture.

Le livret accompagnateur

Un livret de 30 pages accompagne les cartes. Il se divise en deux grandes parties. Dans la première, on retrouve des explications quant à la structure générale de l’oracle et aux significations des cartes, tandis que la seconde fournit six méthodes de tirage qui présentent un certain intérêt.

 

Les significations des cartes

Bien que succinctes, elles apportent quelques précisions non négligeables par rapport à la phrase-clef qui se trouve au pied de chaque lame. Bien sûr, il est impossible de faire le tour de tous les messages que peut apporter une carte en cinq lignes, mais les éléments fournis donnent déjà quelques pistes à explorer. Il n’en tient donc qu’à l’utilisateur d’élargir le champ (et son esprit) en faisant des recherches sur les différents symboles afin d’approfondir chaque carte.

 

Les méthodes de tirage

Elles sont en accord avec la tonalité générale du jeu. Celles fournies dans le livret sont plutôt originales par rapport à ce que l’on trouve habituellement. Ici, pas de Croix Celtique, pas plus que de Tirage en Croix. De plus, ce qui est proposé concerne plus l’exploration de soi et de ce qui nous entoure que le souci de répondre à une question précise. Bien sûr, on peut effectuer ces tirages en posant une question ou en pensant à une situation, mais l’exploration de soi et des questions d’ordre spirituel reste à mon avis la principale préoccupation de ce jeu.

Bien que certains tirages donnent une place au domaine matériel (comme par exemple « L’Éventail du Devin »), les lectures restent principalement tournées vers les émotions, les forces qui entourent le consultant et le spirituel. Bien sûr, il est tout à fait possible d’interroger l’oracle sur des questions matérielles et financières, mais il faudra alors transposer l’interprétation de la carte, du livret, et celle que l’on aura construite grâce à ses propres recherches et connaissances.

J’aime beaucoup les tirages proposés dans le livret, car ils s’inscrivent dans la continuité de la tonalité à la fois mythique, mystique, ésotérique, poétique et onirique des lames. Pourtant, et c’est là l’une des forces de ces cartes, les messages délivrés, s’ils sont formulés de façon poétique, ne perdent rien de leur tranchant ! L’oracle est aussi beau et franc que les Fées sont belles et terribles.

Utilisations

Comme pour n’importe quel oracle ou tarot, les usages sont multiples : répondre à des questions précises, explorer un domaine particulier, voir quelles forces sont en présence et pèsent sur la situation du consultant, etc. Cependant, je trouve cet oracle particulièrement perspicace en ce qui concerne les domaines intérieurs et émotionnels de l’existence. Il reflète à mon sens assez bien ce qui compose à la fois le Monde et l’être humain, et il est parfait pour explorer la relation du second au premier.

Il faut aussi prendre en considération le fait que le livret accompagnateur, même s’il contient des suggestions intéressantes pour profiter de cet outil, n’en couvre pas toutes les possibilités. À chacun donc de tester et d’expérimenter, encore et encore.

Remarques

En raison du côté sombre de ses illustrations, il est fort probable que cet oracle rebute certaines personnes de prime abord. Pourtant, à l’utilisation, il se révèle très équilibré dans son rapport à l’ombre et la lumière dans ses messages.

C’est un outil dont j’aime me servir car je le trouve plutôt apaisant, dans l’ensemble. Bien sûr, comme dans tout jeu, il y a des cartes que je n’apprécie pas particulièrement de voir ressortir dans mes tirages, mais il en faut bien ! Et avec la pratique, on s’aperçoit assez vite que certaines des lames qui pouvaient laisser perplexe ou que l’on redoutait ne sont pas complètement négatives et renferment en réalité un message plus profond que leur simple aspect « repoussant ».

Avec ces très belles cartes, on a un outil qui sort de l’ordinaire, aux méthodes d’approche originales. À la fois mystérieux et envoûtant, tel le jeu qu’utiliserait dans sa roulotte une cartomancienne venue d’un autre temps, cet oracle ravira ceux et celles qui recherchent quelque chose d’atypique… et pourtant si familier !

Où trouver Madame Endora’s Fortune Cards ?

Je n’ai jamais vu ce jeu en vente dans une boutique en France. Pour l’acquérir, il faut donc se résoudre à utiliser la magie d’Internet !

Accédez à tous les articles sur Madame Endora's Fortune Cards!

(© Morrigann Moonshadow, le 07 novembre 2010. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Vous aimez cet article? Partagez-le!

8 commentaires

  1. superbe découverte que ce nouvel oracle que je ne connaissais pas , tu en parlais souvent et là en nous permettant de découvrir quelques cartes et de les expliquer, elles nous donnent envie de les cotoyer un peu plus !! merci Morrigann

    • Bonsoir Tamara

      De rien! Ravie que ce jeu te plaise!

      N’hésite pas à consulter régulièrement la page qui leur est consacrée pour voir les nouvelles publications, j’ai plein d’idées en tête.

      Si des fois tu as envie de mettre la main sur ces très jolies cartes, fais-toi plaisir, tu ne seras pas déçue!

      À bientôt,
      Morrigann

  2. Bonjour Morrigane,

    je l’ai commandé! Et hier soir j’ai fait le tirage de la sorcière, avec le Tarot de Marseille, il est super ce tirage! Merci beaucoup pour tout ce que tu fais, belle journée, bises.

    • Coucou Triskèle!

      Je vois que tu n’as pu résister! Tu verras, ces cartes te plairont certainement beaucoup!

      Bravo pour le “Vol de la Sorcière“! Ce tirage est très révélateur! J’espère qu’il t’apportera plein de belles choses! Je suis ravie que ce tu trouves sur ce blog te plaise!

      Belle soirée à toi, bises,
      Morrigann

  3. Maintenant que j’ai mon exemplaire en main, je peux en parler en toute connaissance de cause 🙂

    Je décrirais ma relation avec ce jeu comme un coup de foudre à retardement: d’ordinaire les oracles ne m’attirent guère – de par des graphismes qui ne me parlent pas et/ou des structures totalement erratiques – et je m’en tiens au bon vieux tarot. J’ai pu apprécier en situation de tirage les réponses on ne peut plus précises de ce jeu (pas de langue de bois ici, vous êtes prévenus!), et qui plus est les graphismes sont de toute beauté. Le fond sombre et les couleurs vives confèrent aux cartes un côté quasi hypnotique, et l’on peut sans peine imaginer une voyante de l’époque victorienne l’utiliser auprès de ses clients! (Pour les amateurs, je n’ai pu m’empêcher de penser à la série TV “Penny Dreadful”, tout en déplorant le fait qu’ils n’aient pas songé à y utiliser ce jeu, bien plus selon moi dans l’ambiance fin-de-siècle que le tarot très contemporain qui apparaît à l’écran.)

    Le choix des archétypes représentés sur les cartes est judicieux, mêlant habilement cultures, mythologies, matériel et spirituel.

    La taille des cartes est également un atout indéniable. Ici nous ne sommes ni dans du timbre-poste ni dans de la carte postale XXL, le format légèrement plus grand qu’un tarot standard reste très agréable à manipuler.

    Seul petit bémol, le livret d’accompagnement que j’aurais aimé plus développé, étant donné qu’il s’agit d’un oracle original et que l’on ne peut ici s’appuyer sur un ouvrage général sur le tarot ou la cartomancie (mais de bonnes bases en mythologies peuvent cependant aider à sa compréhension). Il aurait été notamment intéressant d’en apprendre un peu plus sur la genèse de ce jeu et la démarche de ses auteurs, mais vraiment là je pinaille car ce jeu est une excellente découverte! Merci Morrigann!

    • Coucou Selenya! 🙂

      Heureuse de voir que ce coup de foudre est en train de se transformer en grande histoire d’amour! Et ce n’est qu’un début!

      Effectivement, les personnes ayant déjà des repères en matière d’anciennes cultures trouveront rapidement leurs marques avec ce jeu, car les symboles et archétypes qui y sont dépeints leur seront familiers. Il en va de même pour les Néo-Païens, pour qui ces univers sont connus.

      Pour connaître l’histoire du jeu (et savoir qui est Endora), il faut se rendre sur le site de l’éditeur 😉 Et lorsque j’en aurai le temps, je continuerai ma série d’articles sur ce jeu! 😉

      Je te souhaite en tout cas de très belles découvertes en compagnie de ton nouveau Précieux!

      À très vite,
      Morrigann

  4. Salut Morrigann! Je passe régulièrement sur ton blog et j’ai lu tes articles sur Endora, je me suis penchée un peu plus sur le sujet… et j’ai acheté l’oracle! Cela fait des années que je n’ai rien fait avec des cartes (à part jouer à la belotte… bref!) Le jeu Endora m’a donné l’envie d’y replonger. J’ai reçu mes cartes et elles sont vraiment superbes!

    Merci pour l’article, donc!

    ++

    • Bonjour OrcadianSky! 🙂

      Merci pour ton passage par ici et pour ton commentaire! Je suis heureuse que ces cartes te plaisent et qu’elles soient l’occasion pour toi de te replonger un peu dans la cartomancie!

      Tu verras, c’est un très bon jeu, qui permet de faire des analyses très fouillées. N’hésite pas à me tenir au courant de tes premiers pas avec!

      Je te souhaite plein de belles découvertes!

      À bientôt,
      Morrigann

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *