"Fantastical Creatures Tarot", D.J. Conway & Lisa Hunt

Article rédigé par mes soins. Reproduction interdite.

 

Fantastical Creatures TarotTexte : D.J. Conway
Illustrations : Lisa Hunt
Éditeur : U.S. Games Systems, Inc.

 

Présentation
Le jeu est présenté de façon classique, dans une boîte cartonnée. Un livret blanc (en anglais) l’accompagne.

 

Les cartes
Les cartes sont de format standard pour un tarot. Le jeu suit le découpage habituel : 22 arcanes majeurs et 56 mineurs. Il est accompagné de trois cartes (recto-verso) qui récapitulent en quelques mots-clés les significations de chaque lame. Une initiative fort utile lorsqu’on a un trou de mémoire !

Les arcanes majeurs suivent le schéma habituel, avec quelques particularités : la Force est en VIII et la Justice en XI. Par ailleurs, l’arcane XV (habituellement « Le Diable ») est appelé « Chains » (« Les Chaînes ») et montre le loup Fenrir enchaîné. L’idée représentée est la même que celle personnifiée par « Le Diable » (« The Devil », en anglais) et montre l’aliénation, l’enchaînement mental et spirituel qui peut mener au manque de discernement.

Si les illustrations de arcanes majeurs diffèrent grandement du symbolisme habituel, celui-ci n’en est pas moins présent. En effet, il est contenu dans la créature représentée, soit dans la légende qui la concerne, soit dans sa nature.

Les arcanes mineurs sont entièrement illustrés, ce qui facilite l’interprétation. Les lames mineures suivent le schéma habituel avec les coupes, les bâtons, les épées et les deniers (« pentacles », en anglais).  Chaque suite reflète dans sa thématique l’élément auquel elle se rapporte. Ainsi, les créatures aquatiques et liées à l’eau  dominent les coupes et le bleu constitue la couleur principale des cartes de coupes. Des tons de gris bleuté mêlés d’orangés et de verts composent les épées, que viennent illustrer en grande partie des créatures guerrières (celles-ci portent le motif de l’épée). Les bâtons mettent en avant le soleil en jouant sur la luminosité et les rayons de l’astre du jour. De cette façon, le ciel prend des nuances différentes qui se reflètent sur l’ensemble de la lame. Quant aux deniers, ils sont représentés par des créatures de la terre ou en rapport étroit avec la nature. Le vert et le marron sont donc mis en valeur, notamment à travers le décor : la forêt est privilégiée ici, de même que les scènes souterraines ou en rapport avec la montagne. L’omniprésence de l’arbre marque cette suite, qu’il soit dans son entier ou à travers ses racines ou ses branches.

L’un des points importants dans un tarot est son rendu visuel… celui-ci est tout simplement époustouflant ! Chaque carte constitue une œuvre à part entière. Les illustrations sont soignées. Toutes les cartes sont illustrées, même les arcanes mineurs. Chaque fois, une créature différente est représentée, ce qui donne un aperçu de la recherche méticuleuse qu’a nécessité la création de ce jeu.

Les horizons montrés sont vastes, et les mythologies explorées très diverses. On passe de la mythologie celtique à la mythologie nordique et scandinave, sans oublier les mythologies classiques (gréco-romaines), égyptiennes, arabes, persanes, africaines, sud-américaines, asiatiques, etc. Certaines créatures sont reconnaissables au premier coup d’œil en fonction des mythologies avec lesquelles on a le plus d’affinités, mais si l’on est un peu curieux et intéressé par les cultures que l’on connaît moins, on assimile assez bien le reste.

Les créatures sont remarquablement bien choisies pour illustrer l’« identité » de chaque carte, et ceci combiné à la qualité artistique du jeu le rend attrayant, si bien que l’on sent une connexion dès les premiers contacts avec celui-ci.

 

Le petit livret blanc
De prime abord, j’aurais préféré un livre pour accompagner les cartes, vu la multitude de cultures abordées. Cependant, il faut avouer qu’à l’ouverture de la boîte, j’ai eu l’excellente surprise de constater que ce « petit » livret était d’une certaine épaisseur (71 pages), ce qui m’a rassurée.

Le soulagement s’est confirmé lorsqu’en l’ouvrant j’ai regardé sa structure. Après les remerciements et l’introduction, les 78 lames sont présentées une à une. Trois types d’informations sont fournis : un résumé de la légende se focalisant sur les aspects qui justifient la connexion entre l’arcane et la créature, la signification divinatoire de la carte (le sens renversé n’apparaît pas, mais l’interprète saura nuancer les messages), et la portée magique de l’arcane au cas où l’on souhaiterait l’utiliser dans des rituels. Cette dernière catégorie apporte une indéniable originalité à ce jeu, en mettant en avant un aspect souvent mal connu de ce que l’on peut faire avec un tarot. Ces dernières précisions raviront les personnes qui ont parfois du mal à inclure le tarot dans ce type de travaux. Il est effectivement assez rare de trouver ce genre de choses dans un petit livret blanc ou dans un livre sur le tarot !

En revanche, et cela peut gêner certains, aucun exemple de tirages. Pourtant on trouve habituellement un ou deux sortes de tirages à faire en fin de livret, mais là, la part belle a été donnée aux cartes.

Le livret s’achève sur quelques conseils pour une bonne appréhension du jeu afin d’en faire une utilisation optimale. Sont abordés les aspects méditatif et magique, ainsi que divinatoire.

 

Usages
Une fois la symbolique et les légendes liées aux créatures assimilées, ce tarot convient aussi bien aux tirages qu’à des travaux magiques. Ceci en fait un outil complet, et les explications fournies facilitent grandement la tâche ! Le fait que chaque arcane soit illustré (même les mineurs) est également appréciable pour la lecture.

L’absence d’exemples de tirages dans le petit livret blanc montre que ce jeu s’adresse principalement à des personnes ayant déjà de solides connaissances en matière de tarot. Mais cela favorise une autre approche du tarot, plus intuitive – qui est déjà induite par l’utilisation proposée dans les rituels magiques. Celle-ci permet d’avoir une relation très particulière avec un jeu, fondée sur le ressenti et non uniquement sur ce que l’on a appris à propos de la signification des cartes. Ainsi, chacun peut mettre au point des méthodes de tirage dont il aura fixé lui-même les conventions.

Pour ceux et celles que cela gênerait réellement, des ouvrages classiques sur le tarot de Marseille constitueront de très bons points de départ, car les méthodes de tirage sont valables avec n’importe quel jeu de tarot.

 

Conclusion
En définitive, même si je m’attendais à un coffret comprenant les cartes et un livre plus conséquent, cette crainte s’est dissipée lorsque j’ai ouvert le fameux livret. En effet, j’attendais d’un livre qu’il revienne sur les légendes liées aux créatures présentes sur les cartes, et le livret le fait ! Une très bonne surprise ! Si les explications sont succinctes, elles sont suffisantes pour apprendre ce qu’il faut savoir pour faire la corrélation entre la créature et la carte qu’elle illustre. Par ailleurs, elles donnent l’eau à la bouche et titillent la curiosité, incitant le praticien à approfondir sa connaissance des différentes histoires.

Même si la multitude de traditions représentées peut laisser perplexe au départ et faire craindre une étude laborieuse avant de l’utiliser, il n’en est rien… une fois que l’on a pris le temps de bien regarder chaque carte afin de s’imprégner de la légende qu’elle illustre grâce au livret. On se trouve-là en présence d’une très belle pièce aux usages complémentaires, aussi bien en divination, en magie ou en méditation.

Certes, la patience est de mise pour « apprivoiser » le jeu et se familiariser avec toutes ses créatures, mais lorsqu’on s’intéresse à la mythologie, (re)découvrir des légendes n’est jamais une corvée !

Voilà donc un jeu aux possibilités infinies dont il sera difficile de se lasser !

Pour un aperçu plus complet, le site consacré à ce jeu, par ses créatrices.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 12 octobre 2009. Reproduction partielle ou totale strictement interdite)

Ajouter un commentaire