tirage spécial Imbolc

Le Manteau de Brighid

Le Manteau de Brighid

Read this article in English

Tirage spécial Imbolc/Candlemas mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Avec la Croix de Brighid, le Manteau de Brighid est l'un des principaux symboles d'Imbolc et fait partie intégrante des célébrations et des rituels liés à ce sabbat. Si la Croix de Brighid fait référence à la déesse irlandaise, le Manteau de Brighid évoque quant à lui Sainte Brighid (de Kildare), qui n'est autre qu'une forme christianisée de l'ancienne déesse.

Selon la légende, Sainte Brighid serait allée voir le roi de Leinster pour lui demander de l'autoriser à utiliser une parcelle de terre pour la construction d'une abbaye. Le roi, qui n'avait nullement envie de voir ce projet se concrétiser, lui aurait répondu qu'il lui accorderait la surface que pourrait couvrir son manteau. Bien sûr, lorsque Brighid étendit sa cape sur le sol, celle-ci s'agrandit et couvrit toute la surface nécessaire à la construction des fondations de l'édifice.

D'autres récits racontent qu'elle aurait aidé la Vierge Marie à accoucher à Bethlehem. À la naissance du Christ, elle aurait enveloppé le nouveau-né dans son manteau, qui aurait ainsi acquis un caractère sacré.

Certains contes évoquent aussi des épisodes où, trempée après un orage, elle étend sa cape sur un rayon de soleil afin de la faire sécher.

Tous ces éléments donnent donc à ce vêtement une valeur particulière. Ainsi, il est aujourd'hui encore entouré de croyances multiples, dont la plus répandue est que Sainte Brighid donne une partie de ses pouvoirs de guérison à tout morceau de tissu que l'on étend à Imbolc. La coutume veut que l'on étende à l'extérieur ou à l'intérieur de sa maison un tissu afin qu'elle puisse le bénir lors de son passage. Ce tissu est alors appelé Manteau de Brighid et est de nouveau étendu à chaque Imbolc afin d'être béni à chaque passage de la sainte. Il conserve ainsi ses pouvoirs de guérison, qui se renforcent année après année.

Le tirage présenté ici prend la forme de la cape de Sainte Brighid et évoque la protection et la guérison qu'elle apporte au consultant à Imbolc. Les différentes parties du tirage sont bien sûr inspirées des capacités et qualités de cette figure très singulière qui, bien qu'elle soit chrétienne, fait le lien entre l'ancienne et la « nouvelle » tradition.

 

Objectif
Ce tirage montre ce dans quoi Sainte Brighid enveloppe le consultant à Imbolc pour lui apporter la protection dont il a besoin et l'aider à guérir de ce qu'il doit laisser définitivement derrière lui.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire dix-huit cartes que l'on dispose comme suit :

Le Manteau de Brighid

 

Lecture et interprétation
Les cartes se lisent dans l'ordre où elles ont été tirées. On remarque que celles qui se trouvent aux extrémités de la première ligne sont penchées, afin de donner davantage de fluidité à la forme du vêtement qui est évoqué. Bien sûr, ceci leur confère des significations spéciales, qui s'intègrent à l'ensemble à mesure de la lecture.

La carte 1 met en avant les désirs du consultant et présente ce qu'il souhaite le plus voir se réaliser.

Les cartes 2, 3, 4 et 5 reflètent la situation présente du consultant. Elles montrent ce qui se passe autour de lui en général et expriment ses principales préoccupations.

La carte 6 met en relief ses peurs, ses craintes et ses angoisses par rapport à la situation évoquée par les cartes qui précèdent.

Les cartes 7, 8, 9, 10 et 11, situées au-dessus des précédentes, indiquent au consultant les choses dont il a besoin de guérir, celles pour lesquelles il a besoin de trouver un apaisement avant de pouvoir avancer sereinement. Ces cartes représentent ce dont Sainte Brighid l'aidera à se remettre, ce dont elle l'aidera à récupérer.

Les cartes 12, 13, 14 et 15 décrivent la nature de la protection qu'apporte Sainte Brighid au consultant face à l'ensemble de sa situation et dans sa démarche de guérison.

Les cartes 16, 17 et 18 montrent les forces et les qualités qui ont été offertes par Brighid au consultant lorsqu'elle s'est penchée au-dessus de son berceau lorsqu'il n'était encore qu'un nouveau-né. L'accent est mis sur celles qui seront d'une aide particulièrement précieuse pour faire face à la situation présente.

 

Remarques
Ce tirage ne présente pas de difficulté particulière. Les différentes parties qui le composent sont délimitées de façon à ce qu'il y ait peu de cartes à lire ensemble à chaque fois, facilitant ainsi la tâche à ceux qui n'ont pas l'habitude d'effectuer des tirages avec autant de cartes.

Pour chaque partie, les cartes peuvent se lire de deux manières : soit en les liant entre elles comme si elles racontaient une histoire (elles développent alors un aspect dans sa continuité ou un enchaînement d'événements), soit indépendamment (elles mettent alors en valeur différents aspects d'une ou plusieurs situations). La méthode de lecture la plus pertinente est à déterminer par l'interprète selon ce qui apparaît dans le tirage.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué aussi bien avec un tarot qu'avec un oracle. Bien sûr, on privilégiera en priorité les jeux qui illustrent les traditions néo-païennes et ceux qui exploitent des thématiques propres à Imbolc. Les jeux faisant référence à l'Irlande sont également parfaitement indiqués !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 02 février 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Croix de Brighid

La Croix de Brighid

Read this article in English.

Tirage spécial Imbolc/Candlemas mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Imbolc est la fête de la déesse irlandaise Brighid (aussi nommée Brigid, Brigit, Brigantia, etc.), qui est présentée comme la déesse de la poésie, de la forge et des savoir-faire, mais aussi de la guérison. Elle est également la déesse du feu : celui qu'elle porte et qu'elle protège est d'ailleurs celui de la créativité. Brighid est aussi la déesse de la fertilité, et l'on raconte qu'elle se penche au-dessus du berceau de chaque nouveau-né pour lui apporter santé et protection. Enfin, elle représente la sagesse, en particulier lorsque le moteur en est l'inspiration.

Pour Imbolc, ce tirage propose donc de travailler avec les énergies apportées par Brighid afin de voir ce qu'elles apportent au consultant. Pour ce faire, le symbole de la Croix de Brighid a été choisi pour donner sa forme au tirage. Cette croix, habituellement faite de paille, est traditionnellement fabriquée lors du sabbat et fait partie intégrante des célébrations. Elle permet d'inviter la déesse à apporter ses bénédictions et son énergie à ceux qui observent cette coutume. Ici, chacune des parties qui la compose est rattachée à l'un des aspects de la déesse, ce qui permet ainsi d'avoir un aperçu assez complet de ce qu'elle apporte au consultant à Imbolc.

 

Objectif
Avoir un aperçu de ce que Brighid apporte au consultant à Imbolc et de la manière dont elle l'aidera à évoluer et à réaliser ses projets et ses aspirations.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire vingt-et-une cartes que l'on dispose comme suit :

La Croix de Brighid

 

Lecture et interprétation
Ce tirage se compose de plusieurs parties : le nœud central de la croix et ses quatre branches. On commence donc par lire les neuf cartes se situant au centre, puis on continue avec les branches, qui représentent chacune l'un des principaux aspects de la déesse Brighid.

Première partie : le nœud central
Disposées sur trois lignes, les cartes 1 à 9 illustrent ce qui est offert au consultant par la déesse à Imbolc et sur quoi il peut donc s'appuyer. Ainsi, les cartes 1, 2 et 3 définissent le type d'énergie que lui apporte Brighid. Les cartes 4, 5 et 6 montrent le type de stabilité que Brighid l'aidera à trouver. Les cartes 7, 8 et 9 mettent quant à elles en évidence le type de protection que lui offrira la déesse et qui l'accompagnera dans le développement de ce qui apparaît dans les branches de la croix.

Deuxième partie : les branches de la croix
Les quatre branches de la croix représentent ce qui est en mouvement en le consultant et autour de lui, ce qui s'éveille en lui à Imbolc et l'anime. Bien sûr, les différents aspects mis en relief ici correspondent aux diverses facettes de Brighid.

La première branche — le feu de Brighid : cartes 10, 11 et 12. Ces cartes décrivent l'énergie créative qui anime le consultant, représentée par le feu de Brighid. En elles sont contenus les potentiels de réalisation du consultant et de ses projets.

La deuxième branche — la poésie et l'inspiration : cartes 13, 14 et 15. Ces cartes font référence à la poésie, art que gouverne la déesse, et à l'inspiration. Cette branche met en avant l'inspiration qui anime le consultant, mais aussi ses capacités à manier le langage, ses qualités d'élocution et son habileté à formuler ses intentions. Ces cartes montrent non seulement la nature de son inspiration, mais aussi de quelle façon il peut l'exprimer par le biais du langage afin de la matérialiser et ainsi lui donner vie.

La troisième branche — la sagesse : cartes 16, 17 et 18. Ces cartes mettent en avant la sagesse dont le consultant devra faire preuve, mais aussi celle que Brighid l'aide à acquérir. On peut également y lire ce qu'il apprendra au cours de son évolution et de la construction de ses projets.

La quatrième branche — la forge : cartes 19, 20 et 21. Les cartes présentes sur cette branche montrent la marche à suivre pour permettre aux aspirations du consultant de se concrétiser. On se trouve ici dans la forge et dans le domaine des savoir-faire ; c'est donc là que le consultant découvrira les outils qui l'aideront à façonner ses projets et à les amener ainsi à prendre vie.

 

Remarques
Bien qu'il comporte vingt-et-une cartes, ce tirage n'est pas particulièrement difficile à effectuer. Si l'on observe chacune des phases qui le composent, on s'aperçoit qu'il s'agit d'une succession de groupes de trois cartes. Le plus ardu est peut-être de mettre en évidence les connexions qui existent entre chaque partie, mais celles-ci se remarquent généralement naturellement.

Les cartes se lisent par groupes de trois, sans qu'aucune position spécifique ne leur soit attribuée. Elles peuvent donc être lues soit à la suite, comme si elles racontaient une histoire et montraient le déroulement d'une situation, soit individuellement, en tant que conseils ou mises en garde qui se succèdent. Elles mettront ainsi en relief les éléments auxquels le consultant devra être particulièrement attentif.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué aussi bien avec un tarot qu'avec un oracle. Cependant, compte tenu des références qui y sont développées, on pourra avoir une préférence pour les jeux qui explorent les univers celtiques, mais aussi pour ceux qui exploitent des symboles rattachés à Imbolc. Ainsi, les jeux à connotation néo-païenne sont particulièrement indiqués, de même que ceux qui mettent en scène des dragons, des phénix et autres créatures mythiques associées à ce sabbat. On pensera notamment au très beau « Celtic Dragon Tarot » de Lisa Hunt et D.J. Conway, qui rassemble les deux aspects qui viennent d'être cités.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 1er février 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Jeune Pousse d'Imbolc

La Jeune Pousse d'Imbolc

Tirage spécial Imbolc/Candlemas mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Imbolc évoque les premiers sursauts de la Nature, marquant ainsi l'entrée dans la deuxième moitié de l'hiver. On s'approche à grands pas d'Ostara et l'on se prépare à accueillir le printemps. On se concentre donc sur la notion de renouveau, sur le réveil progressif de la Nature, l'allongement des jours... et l'on est attentif aux premières pousses qui commencent à sortir de terre, car elles symbolisent parfaitement cette idée de nouveauté.

C'est pourquoi ce tirage propose de se pencher sur cet aspect d'Imbolc en observant la croissance d'une graine que l'on voit grandir et évoluer au fil du temps. Ici, la graine est un projet, une idée que le consultant plante et que regarde se développer peu à peu pour finalement s'épanouir. Voilà une méthode qui aidera le consultant à anticiper ce qui l'attend, ce qu'il peut récolter et à tout faire pour nourrir son projet avec les meilleures énergies possibles.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire douze cartes que l'on dispose comme suit :

La Jeune Pousse d'Imbolc

 

Lecture et interprétation
Ce tirage en forme de fleur se divise en plusieurs parties : les racines, la tige, les épines, et le bourgeon. Chacune d'entre elles correspond à une étape du développement du projet du consultant.

Les lames 1, 2 et 3 constituent les racines. Elles sont la première étape de transformation de la graine que plante le consultant. Elles sont le projet, l'idée à l'état brut, l'énergie et l'impulsion que le consultant y insuffle au départ lorsqu'il décide d'aller de l'avant et de mettre en mouvement ce qu'il souhaite accomplir. La lame 1 est le pilier du projet, l'idée forte qui le porte tout entier. Les lames 2 et 3 l'encadrent et évoquent ce qui motive le consultant à donner vie à la graine.

Les lames 4, 5, 6 et 7 forment la tige de la fleur.  Elles montrent les différents soutiens que rencontrera le consultant dans la mise en place de son projet. Ceux-ci peuvent venir de l'extérieur (des personnes rencontrées, la famille, les amis, par exemple) comme du consultant lui-même. Dans ce cas, on a un aperçu de ses atouts et qualités et de la configuration favorable à la belle réalisation de son projet qu'il réussit à mettre en place lui-même. Ces lames reflètent en quelque sorte la colonne vertébrale du projet, ce qui lui donne corps et le consolide. Elles peuvent être lues indépendamment les unes des autres si elles évoquent des éléments distincts les uns des autres, soit de manière combinée si elles décrivent une suite d'événements ou un élément sous plusieurs de ses aspects.

Les lames 8 et 9 sont les épines et dépeignent les difficultés qui peuvent se poser au consultant au cours du développement de son projet. Ces deux lames étant situées de part et d'autre de la tige à des hauteurs différentes, elles sont à lire l'une après l'autre, sans essayer d'établir de lien de cause à effet entre les deux puisqu'elles évoquent deux oppositions ou difficultés différentes.

Les lames 10, 11 et 12 forment le bourgeon, la fleur en elle-même. Elles montrent de quelle manière la graine plantée par le consultant peut s'épanouir pour fleurir. Elles donnent au consultant un aperçu de la meilleure réalisation possible compte tenu de ce qui a été vu jusqu'à présent.  Ces trois lames se lisent comme trois éléments distincts, qui révèlent trois aspects de ce que donnera la graine de départ.

 

Remarques
Lors de célébrations d'Imbolc, ce tirage peut tout à fait succéder à celui intitulé « Le Coup de Balai d'Imbolc ». En effet, « Le Coup de Balai » permet de faire place nette dans l'environnement du consultant en l'aidant à éliminer le superflu autour de lui. Voilà qui est une étape essentielle pour pouvoir démarrer un projet sur des bases saines ! Une fois le « grand ménage » ainsi effectué, on peut se pencher sur la construction d'un projet qui tient particulièrement à cœur le consultant.

 

Supports recommandés
Ce tirage peut se faire avec un tarot ou un oracle, du moment que l'on apprécie le support que l'on utilise. Bien sûr, je recommande tout particulièrement « Madame Endora's Fortune Cards » et les jeux à connotation païenne, mais tout autre thématique reste valable !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 03 février 2015. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Le Coup de Balai d'Imbolc

Le Coup de Balai d'Imbolc

Tirage spécial Imbolc/Candlemas mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Imbolc célèbre la nouveauté, le renouveau, la croissance et le retour de la lumière après la période obscure qui vient de s'écouler. Cette fête annonce la dernière partie de l'hiver, qui est très proche du printemps et donc des beaux jours. C'est le moment idéal pour faire place nette en vue d'un nouveau départ. Ainsi, on laisse derrière soi l'ancien pour se tourner vers ce qui est nouveau, vers ce qui est à venir.

Parmi les nombreuses traditions d'Imbolc, celle du « grand nettoyage » a retenu mon attention ici. En effet, le 2 février est le moment habituellement choisi pour se débarrasser du superflu et assainir son environnement, que ce soit au sens propre ou figuré. C'est ainsi que certains font leur ménage de printemps à cette période, à la fois dans leur maison et dans leurs idées, habitudes et projets. On laisse donc derrière soi l'ancien, devenu inutile, pour s'alléger et permettre aux graines fraîchement plantées de pousser et de se développer.

C'est pourquoi ce tirage spécial prend la forme d'un balai, qui est l'outil que privilégient les sorcières pour purifier leur espace, que ce soit au niveau des énergies ambiantes ou des impuretés physiques. C'est donc cette image que j'ai choisie d'utiliser ici, pour figurer le tri que le consultant sera mené à faire grâce à ce tirage.

« Le Coup de Balai d'Imbolc » peut donc aider le consultant à faire le tri dans sa vie en trouvant des éléments de solution pour une situation précise ou pour un domaine particulier. Il peut aussi l'aider à voir de quelle manière il peut avancer dans la mise en place d'un projet qui lui tient à cœur et qu'il souhaite voir se développer, notamment en déterminant à quelles idées il peut s'accrocher ou non. Ce tirage aide le consultant à désencombrer son environnement quel qu'il soit pour faire place nette à l'essentiel, lui permettant de laisser derrière lui ce qui le ralentit ou l'empêche d'avancer.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire douze cartes que l'on dispose comme suit :

Le Coup de Balai d'Imbolc

 

Lecture et interprétation
En forme de balai, ce tirage est constitué de deux principales parties. La première est le manche du balai et la seconde est la paille qui sert à chasser toutes les impuretés.

Les lames 1, 2 et 3 sont le manche du balai. Elles représentent ce que l'on tient bien en main, c'est-à-dire ce que l'on cherche à accomplir. Elles sont le but que l'on veut atteindre, ce pour quoi on fait ce « grand nettoyage ». Elles sont à lire ensemble car elles décrivent une seule et même chose.

Le reste des lames dépeint la paille du balai. Les lames 4, 5 et 6 se trouvent dans le prolongement du manche et montrent ce dont il faut se débarrasser, les vieilles idées et conceptions qu'il faut laisser derrière soit, ce qu'il convient d'abandonner pour faire place nette et repartir sur de bonnes bases. Ces trois lames doivent être interprétées en relation à la situation décrite par les lames du manche. Elles peuvent se lire indépendamment, c'est-à-dire les unes après les autres, dans le cas où elles montrent trois aspects distincts, trois éléments différents qui empêchent le consultant d'avancer. Elles peuvent également être déchiffrées ensemble lorsqu'elles font état d'un seul et même aspect et que celui-ci est décrit précisément. Ces trois lames sont très importantes car elles permettent d'identifier ce dont le consultant doit se délester.

Les lames 7, 8 et 9 précèdent les lames 4, 5 et 6. Elles éclairent le consultant sur l'origine des choses dont il lui est conseillé de se débarrasser. Elles montrent ce qui a mené à la configuration présente. Cet aspect est important dans le tirage car au cas où les choses encombrantes sont les conséquences d'erreurs que le consultant a pu faire par le passé, en connaître l'origine l'aidera à éviter de reproduire les mêmes schémas. Ces trois cartes sont à lire par ordre chronologique car elles racontent un enchaînement d'événements ou de décisions. On doit donc y trouver une progression logique.

Les lames 10, 11 et 12 suivent les lames 4, 5 et 6. Elles indiquent comment le consultant peut aller de l'avant. Elles le conseillent la manière dont il pourra s'y prendre pour se débarrasser efficacement de ce qui l'encombre. Elles peuvent être lues soit indépendamment les unes après les autres dans le cas où elles donnent différents conseils, soit chronologiquement en enchaînement si elles évoquent une démarche recommandée au consultant.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué aussi bien avec un tarot qu'avec un oracle. Les thématiques à privilégier sont bien sûr celles relatives aux univers néo-païens, mythologiques, wiccans ou féeriques, qui se prêtent particulièrement bien aux explorations des sabbats.

Je recommande notamment « Madame Endora's Fortune Cards », le « Chrysalis Tarot », « Oracle of Shadows & Light » pour ne citer que ceux-ci, car ils mettent en relief l'exploration de soi et les notions de passage d'un cycle à un autre. Évidemment, si vous affectionnez d'autres jeux, n'hésitez pas à les utiliser !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 1er février 2015. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Une Bougie dans l'Obscurité

Une Bougie dans l'Obscurité

Tirage spécial Imbolc/Candlemas mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
En pleine obscurité hivernale, Imbolc/Candlemas prend la saison à contrepied en célébrant la lumière, la nouveauté, tout ce qui a trait à la création et aux nouvelles initiatives. Cette flamme créatrice qui éclaire l'obscurité est rassurante pour les êtres plongés dans les ténèbres de l'hiver, saison au cours de laquelle les jours sont les plus courts. Dans la Roue de l'Année, elle célèbre d'ailleurs la naissance du Dieu, d'où les notions de nouveauté et de création qui lui sont associées.

Pour « appeler » la lumière à revenir et trouver des réminiscences du soleil au cœur de l'hiver, il est coutume d'allumer des bougies pour fêter ce sabbat. Le feu, en plus d'être source évidente de lumière, symbolise également l'énergie vivace et créatrice qui donne la vie, certes, mais aussi l'énergie de l'intelligence et de l'esprit raisonné, propice au développement des connaissances et de l'intelligence. Imbolc est donc le moment idéal pour acquérir de nouvelles connaissances et se construire peu à peu de l'expérience. En effet, le Dieu qui vient de naître n'est encore qu'un enfant et il a encore tout à apprendre. Il se présente donc pour un nouveau cycle de vie, vierge de toute expérience. À son image, on entame un nouveau cycle de développement, surtout en termes de connaissances et de nouveaux acquis. Le moment est alors propice à l'étude et à la mise en place de ce que l'on souhaite nourrir et voir grandir dans le futur.

Le tirage original présenté ici met en avant ces éléments, souvent relégués au second plan lorsqu'on pense à Imbolc. Les lames sont étalées selon un schéma qui rappelle une chandelle qui symbolise l'évolution de l'ancien cycle au nouveau. Ainsi, le consultant voit d'abord un aperçu de ce qui a déjà accompli et des acquis qu'il possède et qui lui seront utiles dans le cycle qu'il s'apprête à entamer, puis de ce qu'il va développer, grâce au travail intellectuel qu'il fournira et aux expériences qu'il connaîtra. Il verra aussi de quelle manière ces changements vont l'affecter, en surface comme en profondeur. Pour terminer, il aura un panorama de ce qu'il pourra faire de ces nouvelles connaissances et de la manière dont elles éclaireront son esprit.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire quatorze cartes que l'on dispose comme suit :

Une Bougie dans l'Obscurité

 

Lecture et interprétation
Comme on peut le voir sur le schéma ci-dessus, le tirage se compose de plusieurs parties.

La première, composée des lames 1 à 5, représente la soucoupe sur laquelle se tient la bougie. Il s'agit en quelque sorte d'un socle sur lequel l'évolution du consultant va s'appuyer. Les cartes qui composent la soucoupe montrent ce qu'il a déjà acquis et les compétences (intellectuelles ou non) qui lui serviront au cours du nouveau cycle qu'il entame. Les cartes se lisent par ordre chronologique (de 1 à 5), comme si elles racontaient une histoire.

La deuxième partie comprend les lames 6 à 9 et représente le corps de la chandelle. La bougie n'est autre que les connaissances que l'on s'apprête à acquérir et les compétences que l'on va développer. Comme pour la soucoupe, les lames se lisent par ordre chronologique (de 6 à 9), comme si elles racontaient une histoire.

La troisième partie n'est composée que de deux lames (10 et 11). C'est la cire qui coule le long de la chandelle. Les deux lames montrent la manière dont le consultant sera affecté par ces nouveaux acquis. La lame 10 renseigne sur les transformations visibles que le consultant connaîtra, celles qui s'exprimeront en surface et que l'on remarquera de l'extérieur. La lame 11 quant à elle montre les transformations profondes qui s'opéreront en le consultant grâce à ses nouveaux acquis.

Enfin, la quatrième et dernière partie du tirage est la flamme de la bougie. Celle-ci indique en quoi l'esprit et l'intelligence du consultant se trouvent éclairés par les connaissances et les expériences nouvellement acquises. Elle donne également un aperçu de ce qu'il accomplira, de ce qu'il mettra en marche ou créera grâce à ces nouvelles forces. La flamme est composée des lames 12 à 14, la 14 représentant l'accomplissement le plus important.

 

Outils à privilégier
Ce tirage peut se faire avec n'importe quel tarot ou oracle du moment que l'on est à l'aise avec le support. Comme il est ici question de changement et de transformation, on peut par exemple tout à fait envisager d'utiliser par exemple le « Oracle of the Shapeshifters », mais également privilégier les jeux à connotation néo-païenne.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 02 février 2014. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)