tirage des sabbats

La Maison en Pain d'Epices

La Maison en Pain d'Épices

Tirage spécial Yule/hiver mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Grâce au conte Hansel et Gretel recensé par les frères Grimm, la maison en pain d'épices fait partie de l'imaginaire collectif. Qui ne s'est jamais promené en forêt en s'attendant à tomber tout à coup sur une clairière au milieu de laquelle se trouverait une telle construction ? Qui ne s'est jamais demandé si une « sorcière » ne vivait pas quelque part au fin fond de la forêt près de laquelle il/elle habite ?

Cette « sorcière », puisque c'est à elle qu'appartient cette curieuse chaumière, n'est autre qu'une image de la Vieille Femme, de l'Aïeule, et donc de celle qui apporte la transformation initiatique à ceux et celles qui la rencontrent. On y voit aussi une incarnation de la Baba Yaga qui, représentée dans le légendaire russe accompagnée de sa maison juchée sur des pieds de poule qui se déplace toute seule, partage un certain nombre de caractéristiques avec la sorcière d'Hansel et Gretel.

Dans le conte, Hansel et Gretel, charmés par la maison de pain d'épices ornée de friandises qu'ils trouvent dans les bois alors qu'ils sont affâmés, acceptent l'offre de la vieille femme qui leur en ouvre la porte et leur propose de les héberger. Pris au piège lorsqu'ils se rendent compte qu'elle veut faire d'Hansel son repas et que Gretel est devenue sa servante, ils se trouvent face à l'évidence : soit ils acceptent cette condition et restent là à jamais (ou, pour Hansel, jusqu'à ce qu'il soit suffisamment dodu pour faire un repas bien juteux), soit ils la dépassent et affrontent la sorcière. Les enfants optent pour la deuxième solution et, à l'aide d'un subterfuge, font croire à la vieille femme qu'Hansel n'engraisse pas. Lorsque la sorcière perd patience et décide tout de même de le manger, elle allume le four et demande à Gretel d'en vérifier le bon fonctionnement. Pour cela, la fillette doit rentrer dans le four. Or, cette dernière se doutant que la sorcière avait pour dessein de la manger elle aussi, Gretel prétexte ne pas savoir faire ce que la sorcière lui demande, si bien que la vieille femme se penche à l'intérieur du four pour le faire elle-même. Gretel en profite alors pour la pousser et refermer la porte derrière elle. Débarrassée de leur ennemie, elle peut aller libérer son frère emprisonné dans l'étable. Lorsqu'ils retournent dans la maison, ils découvrent des perles et des diamants en grande quantité. Avant de partir, ils décident d'en prendre autant qu'ils le peuvent. Ils finissent par sortir de la forêt et regagner la maison de leurs parents où ils retrouvent leur père et apprennent la mort de leur marâtre, qui avait voulu les abandonner afin de se débarraser d'eux. Heureux de rentrer chez eux et de retrouver un père aimant, ils partagent leur fortune récemment acquise avec celui-ci et ne connaissent plus un seul jour de pauvreté ou de misère.

La maison en pain d'épices et la sorcière sont ici la charnière entre l'état de pauvreté et de manque dans lequel se trouvent les enfants au début du conte et celui de richesse et d'abondance qu'ils connaissent à la fin de l'histoire. L'épreuve que constituent la maison et son habitante permet à Hansel et Gretel de se dépasser grâce à leur courage qui s'exprime alors par instinct de survie. C'est donc grâce à elle que les enfants dépassent leur condition : ils révèlent pleinement leur force et atteignent le bonheur, quittant pour de bon la faiblesse, la pauvreté et la peine dans laquelle ils se trouvaient auparavant.

Il est tout à fait possible de voir dans ce parcours le passage de l'ombre à la lumière et la transformation qui caractérisent le solstice d'hiver, d'où l'idée d'utiliser cette image pour ce tirage spécial Yule/hiver. Par ailleurs, cette période de l'année est traditionnellement celle durant laquelle on prépare des maisons en pain d'épices que l'on décore de bonbons, de chocolats et de friandises en hommage au conte pour les manger à Noël et aux abords du solstice !

 

Objectif
Ce tirage introspectif explore la transformation que connaît le consultant pendant la période période sombre et révèle comment il renaît symboliquement au retour de la lumière. On y aborde donc les épreuves qu'il a traversées et les forces qui s'éveillent et grandissent en lui au solstice.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire douze cartes que l'on dispose comme suit :

La Maison en Pain d'Epices

 

Lecture et interprétation
Ce tirage est composé de quatre parties: les fondations de la maison, le mur gauche, le mur droit, le toît, et la porte. Les cartes sont lues dans l'ordre où elle sont tirées.

Les cartes 1, 2 et 3 sont les fondations de la maison et représentent ce sur quoi le consultant est assis, ce sur quoi il s'appuie au moment du solstice présent. Elles montrent les forces qu'il a acquises et celles qu'il a en lui lorsqu'il effectue le tirage.

Les cartes 4, 5 et 6 forment le mur gauche et dépeignent la période obscure dont on renaît lors du solstice, l'ombre que l'on quitte. Elles font le bilan de l'introspection à laquelle on s'est livré pendant cette saison en insistant sur la principale épreuve ou difficulté que l'on est parvenu à surmonter. Ainsi, la carte 4 décrit la principale épreuve ou difficulté à laquelle on s'est confronté ; la carte 5 montre l'impact que celle-ci a eu sur le consultant, la manière dont elle l'a affecté ; quant à la carte 6, elle révèle la réaction du consultant face à l'épreuve qui s'est présentée à lui et reflète la solution qu'il y a apportée.

La carte 7 est le premier pan du toît. Elle s'inscrit dans le prolongement du mur gauche et formule une synthèse par rapport à ce qui y a été évoqué. Elle montre ce que l'épreuve traversée par le consultant lui a apporté et en quoi elle l'a fait grandir.

Les cartes 8, 9 et 10 forment le mur droit et évoquent le retour à la lumière et les bénédictions apportées par le solstice. La carte 8 montre en quoi le consultant est plus fort qu'avant ; la carte 9 fait état de ce qui grandit en lui en même temps que le soleil reprend des forces lors du solstice ; enfin, la carte 10 montre comment le consultant se révèle au monde, fort de la transformation qui s'est opérée en lui pendant la période sombre.

La carte 11 est le second pan du toît. Elle s'inscrit dans le prolongement du mur droit et indique au consultant la direction à prendre pour continuer son chemin à partir du solstice et tirer le meilleur parti de ce que lui apporte le passage de l'obscurité à la lumière.

La carte 12 symbolise la porte de la maison. Elle représente le passage, la manière dont on renaît au solstice. On y voit l'ouverture et tous les potentiels qui s'offrent au consultant grâce à cette étape importante de la Roue de l'Année.

 

Remarques
Ce tirage n'est pas difficile à réaliser dès lors que l'on respecte bien l'ordre de lecture des cartes. Pour l'interpréter, il suffit de rester vigilant aux différentes parties qui le composent et de bien assimiler les paralèlles établis entre la structure de la maison et les étapes de la transformation qui s'opère lors du solstice hiver.

 

Supports à priviégier
Ce tirage peut être effectué avec tout tarot ou oracle mais ne convient pas aux jeux Lenormand. Bien sûr, compte tenu de l'image abordée ici, on préférera un support mettant en avant le thème des contes de fées, comme par exemple le somptueux Fairy Tale Tarot de Lisa Hunt ou le très joli Whimsical Tarot de Dorothy Morrison et Mary Hanson-Roberts. Côté oracles, le Fairytale Oracle de Lucy Cavendish et Jasmine Becket-Griffith est tout à fait indiqué. Plus largement, on pourra aussi se tourner vers des jeux à connotation néo-païenne tels que Madame Endora's Fortune Cards ou le Green Witch Tarot d'Ann Moura et Kiri Østergaard et bien d'autres encore.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 24 décembre 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Le Conseil de l'Aïeule

Le Conseil de l'Aïeule

Tirage spécial Samhain/Halloween mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Dans la symbolique néo-païenne et en particulier wiccane, Samhain est une fête associée au troisième aspect de la Déesse. Celui-ci, appelé the Crone en anglais, peut-être traduit en français par « la Veille Femme » ou « l'Aïeule ». Présentant la Déesse dans sa phase vieillissante, il met en avant la grande sagesse et l'expérience qu'elle a acquises au cours de son cycle d'existence dont il marque l'achèvement. En effet, c'est à Samhain que la Déesse meurt pour revenir au début du cycle suivant sous la forme de la Jeune Fille sous l'impulsion de laquelle la Nature commencera doucement à se réveiller au terme de son long sommeil hivernal.

À Samhain, la Déesse est donc sur le déclin pour ce qui est de sa fertilité, mais cela ne l'empêche pas pour autant d'être au maximum de sa force intérieure, de son éveil et de sa sagesse tant elle a l'expérience du Monde et de ses fonctionnements, ce qui explique pourquoi cette période de l'année est en grande partie consacrée à l'introspection. On remarque d'ailleurs que cette phase de déclin des énergies visibles se fait au profit des énergies invisibles, de celles qui ne s'expriment pas nécessairement de façon tangible mais dont l'influence se ressent néanmoins. C'est pourquoi dans le symbole de la Triple Lune qui représente les trois visages de la Déesse, l'Aïeule est traditionnellement associée à la lune descendante, c'est-à-dire à la phase qui s'étend de l'après pleine lune à la nouvelle lune.

Dans ce tirage en forme de dernier croissant de lune à effectuer pendant la période où le Voile est au plus fin, le consultant rencontre l'Aïeule qui lui permet de bénéficier de ses sages conseils et l'aide sur le chemin de l'introspection. Il peut ainsi trouver avoir un aperçu du parcours intérieur qui l'attend et des transformations à opérer en lui-même afin de laisser définitivement derrière lui ce qui l'empêche d'avancer.

 

Objectif
Ce tirage aide le consultant à faire le point sur sa situation et ses préoccupations à Samhain et lui permet de trouver des solutions adéquates aux peurs et aux blocages qu'il rencontre, le tout à travers une approche introspective guidée par l'archétype de l'Aïeule. Il peut être effectué avec ou sans question selon que l'on souhaite avoir un aperçu général de sa situation ou se concentrer sur une problématique précise.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire sept cartes que l'on dispose comme suit :

Le Conseil de l'Aïeule

 

Lecture et interprétation
Les cartes se lisent dans l'ordre où elles sont tirées.

La carte 1 incarne le consultant tel qu'il est à Samhain. Elle présente le visage qu'il montre à l'Aïeule lorsqu'il la rencontre.

La carte 2 reflète les peurs et les angoisses que le consultant porte en lui au moment du tirage.

La carte 3 met en relief la manière dont le consultant appréhende ses peurs et ses angoisses, ce qu'il fait pour les dominer et pour y apporter des solutions durables.

La carte 4 est l'Aïeule, que le consultant rencontre à Samhain. Forte de sa grande sagesse et de son expérience, elle l'amène à se remettre en question de sorte qu'il puisse s'affranchir de ce qui l'empêche d'avancer ou le ralentit. Cette carte montre donc l'impulsion qui pousse le consultant à entreprendre cette remise en question.

La carte 5 développe les conseils prodigués par l'Aïeule. Elle identifie le type d'introspection que cette figure surnaturelle invite le consultant à faire pour trouver des solutions durables à ses angoisses, à ses blocages. Elle l'aide ainsi à se détacher de ce qui l'encombre et qui n'est plus d'actualité dans son existence.

La carte 6 offre un aperçu de ce que le consultant tirera de cette introspection et met en valeur le type d'expérience qu'il se construira grâce à cette démarche.

La carte 7 dépeint la renaissance du consultant au terme de son introspection. Elle le montre tel qu'il renaîtra lorsqu'il aura achevé son voyage intérieur guidé par l'Aïeule et met l'accent sur la manière dont il en sera transformé.

 

Remarques
Voilà un tirage qui ne présente pas de difficulté particulière. Sa structure très simple présente deux parties principales, à savoir l'avant et l'après-rencontre, qui sont délimitées par la carte dépeignant la figure de l'Aïeule. Avant la rencontre (cartes 1, 2 et 3), le consultant est chargé de ce avec quoi il arrive à Samhain et de la manière dont il vit sa situation. Les cartes 5, 6 et 7 illustrent quant à elles comment l'Aïeule le guide et l'accompagne dans l'introspection à laquelle il se livre grâce à son conseil. Elles font donc suite à la rencontre en elle-même et la prolongent jusqu'au moment où le consultant peut commencer un nouveau cycle dans son existence (carte 7).

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec n'importe quel tarot ou oracle, mais compte tenu de la fête en l'honneur de laquelle il a été mis au point, on privilégiera les jeux de saison. Parmis ceux-ci, on pensera bien sûr au très joli Halloween Tarot (Karin Lee et Kipling West) ou Madame Endora's Fortune Cards (Christine Filipak et Joseph Vargo), mais aussi aux oracles créés par Lucy Cavendish et Jasmine Becket-Griffith tels que Oracle of Shadows & Light (édition originale ou édition américaine) ou Oracle of the Shapeshifters, parfaits pour les exporations introspectives, ou encore à l'envoûtant Ghosts & Spirits Tarot de Lisa Hunt, qui ne manquera pas d'ouvrir des perspectives intéressantes en termes de communication avec l'Autre Monde. Le très beau Deviant Moon Tarot de Patrick Valenza sera particulièrement adapté si l'on cherche à travailler sur ses peurs, conscientes ou non. Il va de soi que tout autre support mettant en avant des aspects liés à l'exploration de soi ou à la fête dont il est question et sa portée mythologique sera parfait pour ce tirage !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 02 novembre 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Corne d'Abondance

La Corne d'Abondance

Tirage spécial Mabon mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
L'un des principaux symboles de Mabon est la corne d'abondance. À travers cet objet, on fait référence à tout ce qui a été emmagasiné lors de la Deuxième Récolte et à l'abondance des repas partagés lors de l'équinoxe d'automne, qui reflètent à travers les produits de saison toute la diversité des richesses de la Nature grâce auxquelles on traversera confortablement la saison sombre. Bien qu'elle soit généralement bien remplie, la corne d'abondance ne constitue pas pour autant une source infinie. C'est pourquoi elle rappelle qu'en prévision des jours difficiles à venir, il va falloir user des bienfaits offerts par la Nature avec sobriété, de façon modérée et équilibrée si l'on veut maintenir cette abondance suffisamment longtemps pour arriver au bout de la saison froide sans souffrir de quelque manque que ce soit.

Ce tirage utilise la corne d'abondance afin de faire la lumière sur ce sur quoi le consultant pourra s'appuyer pour traverser la période sombre dans laquelle on entre. Les éléments ainsi dégagés lui permettront de se livrer à l'introspection et de conduire la gestation auxquelles cette saison est particulièrement propice, mais aussi d'assimiler et de tranformer ses acquis de manière à poursuivre son évolution de façon constructive.

 

Objectif
Ce tirage se fait sans question. Il met en évidence ce qui est à la disposition du consultant et qui l'aidera à traverser la période sombre de l'année, ce qu'il a acquis depuis Mabon dernier et la façon dont il va le transformer au cours des mois à venir pour pouvoir avancer et progresser, encore et toujours.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire dix cartes que l'on dispose comme suit :

La Corne d'Abondance

 

Lecture et interprétation
Les lames 1, 2, 3 et 4 montrent le chemin parcouru depuis Mabon dernier. Elles mettent en avant ce que l'on a acquis ou entrepris, ce dont on s'est séparé ou ce que l'on a quitté (ou qui nous a quitté), laissé derrière soi pour le meilleur, ce dont on a fait le deuil, ce à quoi on a renoncé.

Les lames 5 et 6 sont le présent. Elles dépeignent les réflexions auxquelles s'adonne le consultant au moment du tirage ou au moment de l'équinoxe. Elles représentent les grandes questions qu'il se pose.

Les lames 7, 8 et 9 symbolisent les ouvertures qui s'offrent au consultant et qui sont héritées des acquis et du chemin parcouru depuis Mabon dernier. Ces trois cartes sont donc ce à quoi le consultant va très probablement travailler durant les mois à venir.

La lame 10 est la synthèse. Elle sort de la corne d'abondance et laisse entrevoir ce qui ressortira de tout ce qui a été dit précédemment. Elle présente le résultat des efforts et l'aboutissement des réflexions du consultant.

 

Remarques
Ce tirage n'est pas difficile à réaliser. Les différentes parties en sont clairement délimitées et qui mettent en relief une évolution logique qui se construit petit à petit, à chaque étape, ce qui permet à l'interprète – même peu expérimenté – d'en tirer des informations intéressantes et utiles.

Pour chacune des parties du tirage, les lames peuvent bien sûr s'inscrire dans la continuité les unes des autres et décrire ainsi l'évolution d'une situation ou d'une idée, mais elles peuvent également être lues séparément si elles dépeignent des événements, des dynamiques, des situations ou des idées différents. Il n'y a pas de règle fixe sur ce point. À l'interprète, donc, de reconnaître le cas de figure auquel il a affaire.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec n'importe quel support, exceptés les jeux Lenormand qui suivent des règles d'utilisation particulières. Les tarots (toutes traditions confondues) et les oracles quels qu'ils soient sont donc tout à fait indiqués. Bien sûr, compte tenu de la période spécifique à laquelle il est attché, il sera encore plus agréable d'utiliser un jeu en relation avec la saison ou avec les cultures néo-païennes et leurs symboles. De la même façon, les jeux invitant à l'introspection sont tout à fait indiqués car ils conviennent parfaitement à ce que représente ce sabbat. Quelques exemples : Madame Endora's Fortune Cards (Christine Filipak & Joseph Vargo), Oracle of Shadows & Light (Lucy Cavendish & Jasmine Becket-Griffith), Chrysalis Tarot (Toney Brooks & Holly Sierra), The Green Witch Tarot (Ann Moura, Kiri Østergaard Leonard), etc.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 20 septembre 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Poupée de Grain

La Poupée de Grain

Tirage spécial Lughnasadh/Lammas mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
La poupée de grain est l'une des traditions de Lammas/Lughnasadh les plus connues et les plus répandues. Elle consiste à utiliser les derniers épis de maïs (et leurs enveloppes) récoltés pour fabriquer une figurine à forme humaine. Cette poupée de grain (appelée corn dolly en anglais) constitue alors un talisman, un charme magique que l'on garde d'une année sur l'autre et qui est censé apporter chance, abondance et protection aux personnes, au bétail, à la propriété terrestre, au foyer, etc.

Ce tirage adopte la forme de la poupée de grain de Lammas et exploite les thématiques d'abondance, de protection et de chance qui sont attachées à ce sabbat et à cette coutume. Il aide alors à voir ce que cette belle fête souvent méconnue apporte au consultant et de quelle manière il peut travailler avec les énergies qui se déploient lors de la première récolte.

 

Objectif
Avoir un aperçu de ce que Lammas apporte au consultant en termes d'abondance, de protection et de chance. Ce tirage montre ce qu'il récolte suite à ce qu'il a mis en place dans sa vie depuis Lammas passé et de quelle manière il pourra en tirer le meilleur parti.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire sept cartes que l'on dispose comme suit :

La Poupée de Grain

 

Lecture et interprétation
La lecture de ce tirage se fait en plusieurs étapes, dont chacune représente une partie du corps de la poupée de grain. Ainsi, les cartes 1 et 2 forment le tronc, les cartes 3 et 4 sont les bras, les cartes 5 et 6 les jambes, tandis que la carte 7 en constitue la tête.

Les cartes 1 et 2 sont le tronc de la poupée. Elles dépeignent le consultant, ses forces et ses principales préoccupations au moment où il effectue le tirage. Elles reflètent ce qu'il est, ce qu'il porte en lui, mais aussi ce à quoi il aspire, ce qu'il aimerait que lui apporte Lammas en termes de protection, de chance et d'abondance.

Situées en biais de chaque côté de la partie supérieure du tronc, les cartes 3 et 4 représentent les bras de la poupée. Elles révèlent l'abondance apportée par le travail que le consultant a accompli jusqu'à Lammas. Ainsi, il récoltera aux alentours de ce sabbat les premiers fruits de ce pour quoi il aura œuvré jusque-là. Ces cartes montrent donc dans quelle mesure il pourra profiter du résultat de ses efforts et le type d'abondance qu'il en tirera.

Disposées en biais de chaque côté de la partie inférieure du tronc, les cartes 5 et 6 forment les jambes de la poupée. Cette partie du corps est celle qui sert habituellement aux déplacements. Ici, ces déplacements sont portés au plan symbolique en incarnant le chemin parcouru par le consultant dans sa vie en général depuis Lammas dernier jusqu'à ce Lammas, c'est-à-dire l'expérience qu'il a acquise et ses différents accomplissements personnels. Bien sûr, cette expérience lui est bénéfique et les cartes présentes ici montrent le type de chance et d'abondance qu'elle lui apporte et qui lui sera utile pour construire la suite de son évolution.

Enfin, la carte 7 est la tête de la poupée. Elle représente l'abondance apportée au consultant par son évolution spirituelle depuis Lammas dernier. Elle montre en quoi le chemin qu'il a parcouru dans ce domaine le mènera vers de nouvelles ouvertures qu'il envisagera comme de véritables chances et qui se révéleront enrichssantes, stimulant encore et toujours son envie de poursuivre sa quête.

 

Remarques
Ce tirage ne présente pas de difficulté particulière et peut être effectué par tous. Non seulement il comporte un petit nombre de cartes, mais la plupart d'entre elles fonctionnent par deux, exprimant deux aspects d'une même notion, ce qui facilite encore davantage la lecture.

Par ailleurs, il peut se faire avec ou sans question. Dans le cas où il est effectué sans question, il offre un aperçu général de ce que Lammas apporte au consultant et de la façon dont il peut s'en servir. Dans le cas où l'on décide de le faire avec une question, il aide le consultant à construire un projet qui lui tient à cœur en s'appuyant sur ses acquis et en les utilisant de manière appropriée. Ce tirage est donc idéal pour les personnes souhaitant mettre en place un projet professionnel ou personnel !

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué aussi bien avec un tarot qu'avec un oracle. Compte tenu de sa thématique et de son lien avec la Roue de l'Année, on privilégiera les jeux évoquant les traditions néo-païennes et wiccanes ou qui mettent en avant le cycle des saisons. Par exemple, on pensera au très beau Green Witch Tarot (Ann Moura, Kiri Østergaard Leonard), au Druidcraft Tarot (Philip & Stephanie Carr-Gomm), aux Wiccan Cards (Nada Mesar, Chatriya Hemharnvibul), à Madame Endora's Fortune Cards (Christine Filipak & Joseph Vargo), ou encore au Tarot of the Old Path (Howard Rodway, Sylvia Gainsford). The Well Worn Path et The Hidden Path, qui sont de magnifiques oracles créés par Raven Grimassi et Stephanie Taylor et illustrés par Mickie Mueller, sont également particulièrement indiqués !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 31 juillet 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La partie d'échecs de Lugh et Nuada

La partie d'échecs de Lugh et Nuada

Tirage spécial Lughnasadh mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Ce tirage spécial Lughnasadh inspiré de la mythologie irlandaise fait référence à un épisode qui met en scène Lugh et le roi Nuada. Après avoir réussi à convaincre les portiers de la forteresse de Tara de le laisser entrer, Lugh se présente devant Nuada, alors roi des Tuatha Dé Danann, et relève chacun des défis que ce dernier lui soumet afin de prouver sa maîtrise de tous les arts. Lugh défait alors chacun des adversaires et champions que lui oppose Nuada, puis le roi le défie à son tour aux échecs. Bien sûr, Lugh remporte la partie, prouvant ainsi sa supériorité sur le plan stratégique et affirmant sa parfaite domination sur les forces qui régissent le Monde.

Ne pouvant que reconnaître la grande valeur de son adversaire, Nuada lui confie l'élaboration des plans de bataille pour l'affrontement entre les Tuatha Dé Danann et les Fomoires que l'on appelle la Seconde Bataille de Mag Tuired et qui constitue l'un des principaux épisodes du cycle mythologique irlandais. Lugh prend alors le contrôle des opérations et mène les Tuatha Dé Danann à la victoire, après quoi il devient leur roi.

Bien sûr, le jeu d'échecs dont il est question dans la légende est une version archaïque du jeu d'aujourd'hui qui n'a plus grand chose à voir avec son ancêtre. Ce jeu de plateau, dont l'invention est attribuée à Lugh dans le Lebor Gabála Érenn, consistait à déplacer des pièces de bois de façon à capturer celles de son adversaire. Si l'on n'a que peu d'éléments concernant les règles exactes, on sait cependant que ce jeu était connu comme étant le jeu des rois et que le nom qui lui est donné à l'origine, fidchell en vieil-irlandais, signifie « sagesse du bois », « intelligence du bois ». Symboliquement, il représente la structure du Monde avec toutes les forces qui le composent et celui qui maîtrise parfaitement les fonctionnements et stratégies qui lui sont propres domine par extension les événements et les forces qui régissent le Monde.

Cet aspect est bien présent dans la légende dont il est question ici puisqu'en gagnant la partie contre Nuada, Lugh prouve au roi sa supériorité, et donc son aptitude à diriger les opérations relatives à la Bataille de Mag Tuired. Nuada ayant trouvé plus fin stratège que lui-même, il confie à son adversaire le commandement et la responsabilité d'établir le plan de bataille car il est certain que celui-ci sera capable de mener son peuple à la victoire.

Le tirage présenté ici exploite l'image de la partie d'échecs entre Lugh et Nuada dans le but de mettre en relief à la fois les blocages et les énigmes qui se présentent au consultant, mais aussi les diffétentes réponses qu'il peut y apporter pour pouvoir mener ses projets à bien ou faire avancer une situation. Par souci de commodité et de simplicité, j'ai choisi de suivre le modèle du jeu d'échecs tel qu'on le connaît aujourd'hui en représentant pour chaque ligne une pièce de chaque type. Ces pièces symbolisent donc les différentes étapes à franchir et les aspects à considérer pour pouvoir sortir victorieux d'une situation ou construire un projet.

 

Objectifs
Aider le consultant à construire son projet avec la plus grande maîtrise dont il est capable. Il sera ainsi amené à trouver les solutions aux différentes énigmes qui se présentent à lui, ce qui l'aidera à développer son savoir-faire dans de multiples domaines. Il pourra alors mener son entreprise à bien et gagner la reconnaissance de son entourage. Ce tirage permet de prendre conscience des qualités à solliciter et de la stratégie à établir pour concrétiser son projet ou pour résoudre une situation difficile. Ainsi, il est idéal pour qui souhaite entreprendre en construisant par exemple une activité professionnelle sur des bases solides.

Il est également possible de l'employer dans le cadre de l'exploration de soi, auquel cas il aidera à atteindre l'épanouissement personnel que l'on vise. Ainsi, il contribue à l'amélioration de soi-même et à l'évolution personnelle.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, tirer douze cartes que l'on dispose comme suit :

La partie d'échecs de Lugh et Nuada

 

Lecture et interprétation
Ce tirage se compose de deux parties qui représentent chacune le jeu de l'un des deux adversaires Ainsi, les lames 1 à 6 montrent le côté de Nuada tandis que les lames 7 à 12 sont celui de Lugh.

Première partie : les pièces de Nuada (lames 1 à 6)
Sur la première ligne se trouvent les pièces que joue le roi Nuada. Elles représentent le projet ou la situation tels qu'ils sont avant que Lugh y travaille et mettent en relief les oppositions qu'il rencontre et les énigmes qu'il doit résoudre pour venir à bout des difficultés et dominer la situation.

Lame 1 : le pion. Cette pièce évoque les petites difficultés, celles qu'il sera facile de résoudre car elles ne constituent pas un frein majeur à la réalisation du projet ou à l'amélioration de la situation. Le pion incarne les énergies qu'il sera aisé de manipuler, ce à quoi on pourra remédier sans grand effort.

Lame 2 : la tour. Elle attire l'attention sur les difficultés matérielles et structurelles qui sont liées au projet ou à la situation que l'on explore.

Lame 3 : le cavalier. Cette pièce représente le mouvement et les grandes actions à entreprendre pour mettre le projet en marche ou pour faire évoluer la situation. Cette lame symbolise un type d'action qui intimide le consultant ou qu'il ne pense pas pouvoir accomplir mais dont il lui sera pourtant nécessaire de s'acquitter pour amorcer la réalisation de son projet ou la résolution des difficultés qu'il rencontre.

Lame 4 : le fou. Se déplaçant en diagonale, le fou invite à envisager les choses sous un autre angle et à adopter un point de vue différent, voire surprenant. Cette pièce représente ici ce qui échappe au consultant, ce qu'il n'arrive pas à saisir, ce à quoi il a du mal à s'adapter ou ce par rapport à quoi il ne parvient pas pour l'instant à se montrer créatif.

Lame 5 : la reine. Sur un échiquier, la reine peut tout faire puisqu'elle a la capacité de se déplacer à la verticale et à l'horizontale, mais aussi en diagonale. Ici, elle peut représenter une aide inattendue que peut espérer le consultant et qui l'aidera de manière significative dans la réalisation de ses desseins. Elle peut également incarner les premières satisfactions, les premiers signes de succès que le consultant cherche à atteindre.

Lame 6 : le roi. De la même façon que le roi est la clef du jeu d'échecs, cette pièce représente le but, le succès que souhaite atteindre le consultant. Dans certains cas, elle peut aussi montrer la principale opposition que risque de rencontrer le consultant, ce qui pourrait le faire échouer dans son entreprise.

 

Deuxième partie : les pièces de Lugh (lames 7 à 12)
Sur la deuxième ligne se trouvent les pièces que joue Lugh. Elles représentent la manière dont celui-ci (et donc le consultant) construit la stratégie qui lui permettra de battre le roi. Elles sont les solutions qu'il trouvera face aux difficultés, les compétences qu'il développera pour parvenir à ses fins.

Lame 7 : le pion. Cette pièce indique de quelle manière le consultant pourra résoudre les difficultés mineures évoquées par la lame 1. Elle montre comment il pourra s'y prendre pour influencer les énergies qui l'entourent et comment il pourra agit sur la situation.

Lame 8 : la tour. Elle montre ce que le consultant pourra mettre en œuvre sur le plan matériel pour réaliser son objectif et le concrétiser. Elle le guide vers la mise en place des structures qui, s'il les construit correctement, lui permettront de continuer sa démarche sur de solides fondations.

Lame 9 : le cavalier. Illustrant l'idée du mouvement, cette pièce évoque la manière dont le consultant agira face à ce qui l'intimide et les grandes actions qu'il entreprendra pour faire avancer son projet ou aller vers la résolution des difficultés que présente la situation qui le préoccupe. Cette lame le conseille sur la manière d'agir et sur le chemin à suivre.

Lame 10 : le fou. Cette pièce représente la manière dont le consultant parviendra à transgresser les codes et à s'éloigner des conventions. Elle reflète comment il réussira à penser différemment et à faire preuve de créativité pour mener son projet à bien ou pour résoudre une situation compliquée. Ce « pas de côté » sera déterminant et l'aidera grandement à développer sa capacité d'adaptation et sa réactivité à tout type d'imprévu.

Lame 11 : la reine. Elle montre les premières satisfactions que le consultant atteindra grâce au chemin parcouru à l'aide des pièces précédentes et matérialise les premiers résultats visibles de ses efforts. Elle peut aussi désigner l'aide qu'il rencontrera sur son chemin et la manière dont il trouvera les solutions qui lui permettront de commencer à devenir maître de la situation.

Lame 12 : le roi. Cette pièce dévoile le résultat que le consultant parviendra à obtenir, le succès qui couronnera son entreprise. Elle représente donc l'aboutissement de la partie d'échecs et montre en quoi le consultant atteindra la pleine connaissance de son art, c'est-à-dire en quoi il maîtrisera les outils nécessaires à la réalisation de ses objectifs. Cette lame incarne la somme des savoirs que le consultant aura acquis au terme de la série d'énigmes qu'il aura résolue et le résultat final de la stratégie qu'il aura mise en place.

 

Remarques
À partir du moment où l'on a bien intégré ce que symbolise chaque lame, ce tirage n'est pas très difficile à exécuter. Il fonctionne sur un effet de miroir, ce qui permet de le lire de deux manières différentes selon ce que l'on souhaite mettre en avant. Dans le premier cas, il est possible de lire les cartes dans l'ordre où elles sont tirées, c'est-à-dire en commençant par la première ligne puis en continuant avec la deuxième. En choisissant cette option, on obtient un aperçu global de la situation et de l'ampleur de la tâche face à laquelle on se trouve. On peut alors évaluer l'ensemble de ce qui nous attend et des solutions qu'il faudra trouver pour progresser et atteindre le but que l'on s'est fixé. La deuxième ligne vient ensuite répondre à chacun des points mis en relief. Dans le deuxième cas, on peut se servir de l'effet de miroir pour lire par paire les cartes qui se font face et obtenir directement les réponses aux questions qui se posent.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec un tarot comme avec un oracle. Bien entendu, compte tenu des sources d'inspiration qui ont été exposées, on préférera des jeux qui exploitent des thèmes liés aux mythologies celtiques (et plus particulièrement à la branche irlandaise), mais aussi au Néo-Paganisme et à la Wicca. On pensera naturellement au Druidcraft Tarot (Philip & Stephanie Carr-Gomm, Will Worthington), au Green Witch Tarot (Ann Moura, Kiri Østergaard Leonard), à Madame Endora's Fortune Cards (Christine Filipak, Joseph Vargo), aux Wiccan Cards (Nada Mesar, Chatriya Hemharnvibul), aux Tarots Celtiques (Laura Tuan, M. Ameli), ou encore au Tarot of the Old Path (Howard Rodway, Sylvia Gainsford).

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 18 juillet 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)