Jack O' Lantern

La Lanterne de Samhain

La Lanterne de Samhain

Read this article in English.

Tirage spécial Samhain/Halloween mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Inspiration
Pour Samhain/Halloween, il est coutume de fabriquer une lanterne à partir d'une citrouille (ou toute autre grosse courge) que l'on évide et sur laquelle on sculpte un visage effrayant. On doit cette tradition à la légende irlandaise de « Stingy Jack » qui raconte comment après s'être joué du Diable plusieurs fois, Jack l'Avare se vit refuser l'accès au Paradis et à l'Enfer. En effet, Dieu ne voulut pas accepter au Paradis un personnage aussi peu recommandable tandis que le Diable restait fort contrarié de s'être fait avoir par ce personnage rusé. Le Diable condamna donc Jack à errer dans la nuit et à parcourir la Terre indéfiniment avec pour seul guide un morceau de charbon incandescent. Jack eut l'idée de placer le morceau de charbon brûlant dans un gros navet évidé.

Depuis, il est coutume de graver des visages effrayants sur des citrouilles et des grosses courges évidées dans lesquelles on place une bougie en période de Samhain/Halloween afin de faire fuir les mauvais esprits tels que Jack l'Avare et d'autres que l'on pourrait rencontrer. Cet article revient plus en détails sur cette légende.

Le tirage présenté ici s'inspire de cette tradition en présentant le consultant face aux « mauvais esprits » qu'il pourrait rencontrer en cette période de l'année, qu'il s'agisse de ses propres peurs, mais aussi des souvenirs douloureux ou refoulés ainsi que des « monstres » enfouis qui pourraient refaire surface. Comme dans la légende, la lanterne protège ici le consultant de tout ce qui pourrait l'importuner à Samhain/Halloween. Une fois les « monstres » tenus à l'écart et vaincus, on a un aperçu du chemin que pourra prendre le consultant pour continuer sa route.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire six cartes que l'on dispose comme suit :

La Lanterne de Samhain

 

Lecture et interprétation
La lame 1 représente le consultant tel qu'il est au moment du tirage, c'est-à-dire ici la nuit de Samhain. Elle montre la manière dont il aborde ce moment si particulier de l'année.

La lame 2 est la lanterne. Cet objet se trouve entre le consultant et les monstres qui rôdent, risquant de l'assaillir au cours de cette nuit si spéciale. Comme le fait la citrouille dans laquelle on a gravé un visage effrayant, cette lanterne protège le consultant de ce qui se trouve face à lui, à savoir ses peurs, ses vieux démons, ses souvenirs douloureux qui pourraient remonter à la surface et tout ce qui pourrait l'« attaquer » en cette période.

Les lames 3, 4 et 5 symbolisent ce dont la lanterne protège le consultant. Elles sont donc les monstres qui rôdent dans l'obscurité, les peurs du consultant, ce qui risque de surgir sans qu'il s'y attende. Ces cartes peuvent être lues séparément (les unes après les autres) lorsqu'elles décrivent des éléments différents ou ensemble si elles font référence à une même situation dont on voit une partie de l'évolution. Ceci reste, bien sûr, à déterminer selon les cartes sorties dans le tirage.

La lame 6 est une sorte de conclusion, d'ouverture. Elle donne un aperçu du chemin que peut prendre le consultant pour continuer sa route grâce à la protection de la lanterne.

 

Remarques
Ce tirage a été mis au point par mes soins spécialement pour la troisième édition du Salon Fantastique, où il a pu être découvert, testé et apprécié par les visiteurs.

Il est bien sûr conseillé d'y avoir recours en la période très spéciale de Samhain, mais son utilité peut s'étendre au-delà. On peut par exemple s'en servir pour visualiser ses propres peurs, ainsi que la manière dont on peut s'en prémunir et les dépasser.

 

Supports à privilégier
Voilà un tirage qui peut être effectué aussi bien avec un tarot ou un oracle, selon les préférences. Le thème invite évidemment à privilégier les jeux qui s'inscrivent dans l'atmosphère de cette saison si particulière. On pensera notamment au charmant « Halloween Tarot » (Karin Lee et Kipling West), ou encore aux magnifiques oracles du duo Beckett-Griffith – Cavendish, qu'il s'agisse du « Shadows & Light » ou du « Shapeshifters », mais surtout des « Vampires » ! Le « Tarot of the Dead » de Monica Knighton est également parfaitement indiqué, de même que le « Gothic Tarot » de Joseph Vargo ou le « Halloween Oracle » sorti cette année chez Blue Angel.

Tout autre support convient tout à fait, du moment que l'on en apprécie l'esthétique et la vision du Monde qu'il véhicule. Vue la nature de la période, il est également intéressant de mettre en avant des jeux qui s'articulent autour des thèmes des mondes féeriques et des mythologies, en particulier celtiques.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 10 novembre 2014. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Carved pumpkins

Jack O' Lantern

Article rédigé par mes soins. Reproduction interdite.

 

Smiling pumpkinS'il est une figure emblématique de Halloween/Samhain, c'est bien celle de Jack O' Lantern. On en trouve partout et c'est devenu l'une des traditions les plus populaires aux États-Unis en cette saison. On connaît évidemment fort bien la citrouille creusée que l'on exhibe le soir d'Halloween, mais la légende qui est à l'origine de sa conception est souvent bien moins connue.

On a commencé à faire des Jack O' Lanterns il y a plusieurs siècles. Cette pratique tient pour origine une légende irlandaise à propos d'un homme surnommé « Stingy Jack » (Jack l'Avare, Jack le Pingre). On raconte que Jack invita le Diable à boire un coup avec lui. Mais, faisant honneur à son surnom, Jack n'avait pas l'intention de payer, et il tenta de convaincre le Diable de se changer en pièce de monnaie que Jack pourrait utiliser pour payer leurs verres. Le Diable accepta, et ceci fait, Jack décida de garder la pièce et la mit dans sa poche aux côtés d'une croix en argent, pour empêcher le Diable de reprendre sa forme originelle. Il finit par le libérer, à condition que le Diable ne vienne pas l'importuner durant une année complète et que, si Jack venait à mourir, il ne réclamerait pas son âme.

L'année suivante, Jack se joua à nouveau du Diable en le faisant monter dans un arbre afin de cueillir un fruit. Sur l'écorce, Jack grava une croix, de sorte que le Diable ne put descendre avant de lui avoir promis de ne pas l'importuner pendant dix ans de plus.

Peu après, Jack mourut. Selon la légende, Dieu ne voulut admettre au Paradis un personnage aussi douteux que Jack. De son côté, le Diable, toujours contrarié du fait que Jack se soit joué de lui et tenu par sa promesse de ne pas réclamer son âme si celui-ci devait trépasser, ne voulut pas non plus l'accepter en Enfer. Il envoya Jack dans la nuit noire sur les chemins avec pour seul guide un morceau de charbon incandescent. Jack plaça celui-ci dans un gros navet évidé et erre sur Terre depuis lors. Les Irlandais appelèrent cette figure fantomatique « Jack of the Lantern » (« Jack à la Lanterne »), puis plus simplement « Jack O' Lantern ».

Carved pumpkinsEn Irlande et en Écosse, les gens firent leurs propres Jack O' Lanterns en gravant des visages effrayants sur de gros navets ou pommes de terre et les placèrent près de leurs portes et fenêtres afin d'effrayer Jack l'Avare et les autres esprits errants. En Angleterre, on utilisait de grosses courges et betteraves. Lorsqu'ils arrivèrent aux Etats-Unis, les immigrants apportèrent cette tradition avec eux. Là, ils trouvèrent que les citrouilles, qui ne poussaient que là-bas, feraient de parfaits Jack O' Lanterns.

Bien sûr, les amateurs de Tim Burton ne manqueront pas de penser au film « The Nightmare Before Christmas », dans lequel le personnage principal, Jack Skellington, est aussi le « Pumpkin King » (« Roi Citrouille ») de la ville d'Halloween. D'ailleurs, dans la séquence d'ouverture du film, celui-ci arrive en portant une citrouille en guise de tête. On remarquera que l'allusion à Jack O' Lantern est également présente dans son nom, puisque tous deux portent le même prénom.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 27 octobre 2009. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)