introspection

Le Conseil de l'Aïeule

Le Conseil de l'Aïeule

Tirage spécial Samhain/Halloween mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Dans la symbolique néo-païenne et en particulier wiccane, Samhain est une fête associée au troisième aspect de la Déesse. Celui-ci, appelé the Crone en anglais, peut-être traduit en français par « la Veille Femme » ou « l'Aïeule ». Présentant la Déesse dans sa phase vieillissante, il met en avant la grande sagesse et l'expérience qu'elle a acquises au cours de son cycle d'existence dont il marque l'achèvement. En effet, c'est à Samhain que la Déesse meurt pour revenir au début du cycle suivant sous la forme de la Jeune Fille sous l'impulsion de laquelle la Nature commencera doucement à se réveiller au terme de son long sommeil hivernal.

À Samhain, la Déesse est donc sur le déclin pour ce qui est de sa fertilité, mais cela ne l'empêche pas pour autant d'être au maximum de sa force intérieure, de son éveil et de sa sagesse tant elle a l'expérience du Monde et de ses fonctionnements, ce qui explique pourquoi cette période de l'année est en grande partie consacrée à l'introspection. On remarque d'ailleurs que cette phase de déclin des énergies visibles se fait au profit des énergies invisibles, de celles qui ne s'expriment pas nécessairement de façon tangible mais dont l'influence se ressent néanmoins. C'est pourquoi dans le symbole de la Triple Lune qui représente les trois visages de la Déesse, l'Aïeule est traditionnellement associée à la lune descendante, c'est-à-dire à la phase qui s'étend de l'après pleine lune à la nouvelle lune.

Dans ce tirage en forme de dernier croissant de lune à effectuer pendant la période où le Voile est au plus fin, le consultant rencontre l'Aïeule qui lui permet de bénéficier de ses sages conseils et l'aide sur le chemin de l'introspection. Il peut ainsi trouver avoir un aperçu du parcours intérieur qui l'attend et des transformations à opérer en lui-même afin de laisser définitivement derrière lui ce qui l'empêche d'avancer.

 

Objectif
Ce tirage aide le consultant à faire le point sur sa situation et ses préoccupations à Samhain et lui permet de trouver des solutions adéquates aux peurs et aux blocages qu'il rencontre, le tout à travers une approche introspective guidée par l'archétype de l'Aïeule. Il peut être effectué avec ou sans question selon que l'on souhaite avoir un aperçu général de sa situation ou se concentrer sur une problématique précise.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire sept cartes que l'on dispose comme suit :

Le Conseil de l'Aïeule

 

Lecture et interprétation
Les cartes se lisent dans l'ordre où elles sont tirées.

La carte 1 incarne le consultant tel qu'il est à Samhain. Elle présente le visage qu'il montre à l'Aïeule lorsqu'il la rencontre.

La carte 2 reflète les peurs et les angoisses que le consultant porte en lui au moment du tirage.

La carte 3 met en relief la manière dont le consultant appréhende ses peurs et ses angoisses, ce qu'il fait pour les dominer et pour y apporter des solutions durables.

La carte 4 est l'Aïeule, que le consultant rencontre à Samhain. Forte de sa grande sagesse et de son expérience, elle l'amène à se remettre en question de sorte qu'il puisse s'affranchir de ce qui l'empêche d'avancer ou le ralentit. Cette carte montre donc l'impulsion qui pousse le consultant à entreprendre cette remise en question.

La carte 5 développe les conseils prodigués par l'Aïeule. Elle identifie le type d'introspection que cette figure surnaturelle invite le consultant à faire pour trouver des solutions durables à ses angoisses, à ses blocages. Elle l'aide ainsi à se détacher de ce qui l'encombre et qui n'est plus d'actualité dans son existence.

La carte 6 offre un aperçu de ce que le consultant tirera de cette introspection et met en valeur le type d'expérience qu'il se construira grâce à cette démarche.

La carte 7 dépeint la renaissance du consultant au terme de son introspection. Elle le montre tel qu'il renaîtra lorsqu'il aura achevé son voyage intérieur guidé par l'Aïeule et met l'accent sur la manière dont il en sera transformé.

 

Remarques
Voilà un tirage qui ne présente pas de difficulté particulière. Sa structure très simple présente deux parties principales, à savoir l'avant et l'après-rencontre, qui sont délimitées par la carte dépeignant la figure de l'Aïeule. Avant la rencontre (cartes 1, 2 et 3), le consultant est chargé de ce avec quoi il arrive à Samhain et de la manière dont il vit sa situation. Les cartes 5, 6 et 7 illustrent quant à elles comment l'Aïeule le guide et l'accompagne dans l'introspection à laquelle il se livre grâce à son conseil. Elles font donc suite à la rencontre en elle-même et la prolongent jusqu'au moment où le consultant peut commencer un nouveau cycle dans son existence (carte 7).

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec n'importe quel tarot ou oracle, mais compte tenu de la fête en l'honneur de laquelle il a été mis au point, on privilégiera les jeux de saison. Parmis ceux-ci, on pensera bien sûr au très joli Halloween Tarot (Karin Lee et Kipling West) ou Madame Endora's Fortune Cards (Christine Filipak et Joseph Vargo), mais aussi aux oracles créés par Lucy Cavendish et Jasmine Becket-Griffith tels que Oracle of Shadows & Light (édition originale ou édition américaine) ou Oracle of the Shapeshifters, parfaits pour les exporations introspectives, ou encore à l'envoûtant Ghosts & Spirits Tarot de Lisa Hunt, qui ne manquera pas d'ouvrir des perspectives intéressantes en termes de communication avec l'Autre Monde. Le très beau Deviant Moon Tarot de Patrick Valenza sera particulièrement adapté si l'on cherche à travailler sur ses peurs, conscientes ou non. Il va de soi que tout autre support mettant en avant des aspects liés à l'exploration de soi ou à la fête dont il est question et sa portée mythologique sera parfait pour ce tirage !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 02 novembre 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Corne d'Abondance

La Corne d'Abondance

Tirage spécial Mabon mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
L'un des principaux symboles de Mabon est la corne d'abondance. À travers cet objet, on fait référence à tout ce qui a été emmagasiné lors de la Deuxième Récolte et à l'abondance des repas partagés lors de l'équinoxe d'automne, qui reflètent à travers les produits de saison toute la diversité des richesses de la Nature grâce auxquelles on traversera confortablement la saison sombre. Bien qu'elle soit généralement bien remplie, la corne d'abondance ne constitue pas pour autant une source infinie. C'est pourquoi elle rappelle qu'en prévision des jours difficiles à venir, il va falloir user des bienfaits offerts par la Nature avec sobriété, de façon modérée et équilibrée si l'on veut maintenir cette abondance suffisamment longtemps pour arriver au bout de la saison froide sans souffrir de quelque manque que ce soit.

Ce tirage utilise la corne d'abondance afin de faire la lumière sur ce sur quoi le consultant pourra s'appuyer pour traverser la période sombre dans laquelle on entre. Les éléments ainsi dégagés lui permettront de se livrer à l'introspection et de conduire la gestation auxquelles cette saison est particulièrement propice, mais aussi d'assimiler et de tranformer ses acquis de manière à poursuivre son évolution de façon constructive.

 

Objectif
Ce tirage se fait sans question. Il met en évidence ce qui est à la disposition du consultant et qui l'aidera à traverser la période sombre de l'année, ce qu'il a acquis depuis Mabon dernier et la façon dont il va le transformer au cours des mois à venir pour pouvoir avancer et progresser, encore et toujours.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire dix cartes que l'on dispose comme suit :

La Corne d'Abondance

 

Lecture et interprétation
Les lames 1, 2, 3 et 4 montrent le chemin parcouru depuis Mabon dernier. Elles mettent en avant ce que l'on a acquis ou entrepris, ce dont on s'est séparé ou ce que l'on a quitté (ou qui nous a quitté), laissé derrière soi pour le meilleur, ce dont on a fait le deuil, ce à quoi on a renoncé.

Les lames 5 et 6 sont le présent. Elles dépeignent les réflexions auxquelles s'adonne le consultant au moment du tirage ou au moment de l'équinoxe. Elles représentent les grandes questions qu'il se pose.

Les lames 7, 8 et 9 symbolisent les ouvertures qui s'offrent au consultant et qui sont héritées des acquis et du chemin parcouru depuis Mabon dernier. Ces trois cartes sont donc ce à quoi le consultant va très probablement travailler durant les mois à venir.

La lame 10 est la synthèse. Elle sort de la corne d'abondance et laisse entrevoir ce qui ressortira de tout ce qui a été dit précédemment. Elle présente le résultat des efforts et l'aboutissement des réflexions du consultant.

 

Remarques
Ce tirage n'est pas difficile à réaliser. Les différentes parties en sont clairement délimitées et qui mettent en relief une évolution logique qui se construit petit à petit, à chaque étape, ce qui permet à l'interprète – même peu expérimenté – d'en tirer des informations intéressantes et utiles.

Pour chacune des parties du tirage, les lames peuvent bien sûr s'inscrire dans la continuité les unes des autres et décrire ainsi l'évolution d'une situation ou d'une idée, mais elles peuvent également être lues séparément si elles dépeignent des événements, des dynamiques, des situations ou des idées différents. Il n'y a pas de règle fixe sur ce point. À l'interprète, donc, de reconnaître le cas de figure auquel il a affaire.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec n'importe quel support, exceptés les jeux Lenormand qui suivent des règles d'utilisation particulières. Les tarots (toutes traditions confondues) et les oracles quels qu'ils soient sont donc tout à fait indiqués. Bien sûr, compte tenu de la période spécifique à laquelle il est attché, il sera encore plus agréable d'utiliser un jeu en relation avec la saison ou avec les cultures néo-païennes et leurs symboles. De la même façon, les jeux invitant à l'introspection sont tout à fait indiqués car ils conviennent parfaitement à ce que représente ce sabbat. Quelques exemples : Madame Endora's Fortune Cards (Christine Filipak & Joseph Vargo), Oracle of Shadows & Light (Lucy Cavendish & Jasmine Becket-Griffith), Chrysalis Tarot (Toney Brooks & Holly Sierra), The Green Witch Tarot (Ann Moura, Kiri Østergaard Leonard), etc.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 20 septembre 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Lanterne de Samhain

La Lanterne de Samhain

Read this article in English.

Tirage spécial Samhain/Halloween mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Inspiration
Pour Samhain/Halloween, il est coutume de fabriquer une lanterne à partir d'une citrouille (ou toute autre grosse courge) que l'on évide et sur laquelle on sculpte un visage effrayant. On doit cette tradition à la légende irlandaise de « Stingy Jack » qui raconte comment après s'être joué du Diable plusieurs fois, Jack l'Avare se vit refuser l'accès au Paradis et à l'Enfer. En effet, Dieu ne voulut pas accepter au Paradis un personnage aussi peu recommandable tandis que le Diable restait fort contrarié de s'être fait avoir par ce personnage rusé. Le Diable condamna donc Jack à errer dans la nuit et à parcourir la Terre indéfiniment avec pour seul guide un morceau de charbon incandescent. Jack eut l'idée de placer le morceau de charbon brûlant dans un gros navet évidé.

Depuis, il est coutume de graver des visages effrayants sur des citrouilles et des grosses courges évidées dans lesquelles on place une bougie en période de Samhain/Halloween afin de faire fuir les mauvais esprits tels que Jack l'Avare et d'autres que l'on pourrait rencontrer. Cet article revient plus en détails sur cette légende.

Le tirage présenté ici s'inspire de cette tradition en présentant le consultant face aux « mauvais esprits » qu'il pourrait rencontrer en cette période de l'année, qu'il s'agisse de ses propres peurs, mais aussi des souvenirs douloureux ou refoulés ainsi que des « monstres » enfouis qui pourraient refaire surface. Comme dans la légende, la lanterne protège ici le consultant de tout ce qui pourrait l'importuner à Samhain/Halloween. Une fois les « monstres » tenus à l'écart et vaincus, on a un aperçu du chemin que pourra prendre le consultant pour continuer sa route.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire six cartes que l'on dispose comme suit :

La Lanterne de Samhain

 

Lecture et interprétation
La lame 1 représente le consultant tel qu'il est au moment du tirage, c'est-à-dire ici la nuit de Samhain. Elle montre la manière dont il aborde ce moment si particulier de l'année.

La lame 2 est la lanterne. Cet objet se trouve entre le consultant et les monstres qui rôdent, risquant de l'assaillir au cours de cette nuit si spéciale. Comme le fait la citrouille dans laquelle on a gravé un visage effrayant, cette lanterne protège le consultant de ce qui se trouve face à lui, à savoir ses peurs, ses vieux démons, ses souvenirs douloureux qui pourraient remonter à la surface et tout ce qui pourrait l'« attaquer » en cette période.

Les lames 3, 4 et 5 symbolisent ce dont la lanterne protège le consultant. Elles sont donc les monstres qui rôdent dans l'obscurité, les peurs du consultant, ce qui risque de surgir sans qu'il s'y attende. Ces cartes peuvent être lues séparément (les unes après les autres) lorsqu'elles décrivent des éléments différents ou ensemble si elles font référence à une même situation dont on voit une partie de l'évolution. Ceci reste, bien sûr, à déterminer selon les cartes sorties dans le tirage.

La lame 6 est une sorte de conclusion, d'ouverture. Elle donne un aperçu du chemin que peut prendre le consultant pour continuer sa route grâce à la protection de la lanterne.

 

Remarques
Ce tirage a été mis au point par mes soins spécialement pour la troisième édition du Salon Fantastique, où il a pu être découvert, testé et apprécié par les visiteurs.

Il est bien sûr conseillé d'y avoir recours en la période très spéciale de Samhain, mais son utilité peut s'étendre au-delà. On peut par exemple s'en servir pour visualiser ses propres peurs, ainsi que la manière dont on peut s'en prémunir et les dépasser.

 

Supports à privilégier
Voilà un tirage qui peut être effectué aussi bien avec un tarot ou un oracle, selon les préférences. Le thème invite évidemment à privilégier les jeux qui s'inscrivent dans l'atmosphère de cette saison si particulière. On pensera notamment au charmant « Halloween Tarot » (Karin Lee et Kipling West), ou encore aux magnifiques oracles du duo Beckett-Griffith – Cavendish, qu'il s'agisse du « Shadows & Light » ou du « Shapeshifters », mais surtout des « Vampires » ! Le « Tarot of the Dead » de Monica Knighton est également parfaitement indiqué, de même que le « Gothic Tarot » de Joseph Vargo ou le « Halloween Oracle » sorti cette année chez Blue Angel.

Tout autre support convient tout à fait, du moment que l'on en apprécie l'esthétique et la vision du Monde qu'il véhicule. Vue la nature de la période, il est également intéressant de mettre en avant des jeux qui s'articulent autour des thèmes des mondes féeriques et des mythologies, en particulier celtiques.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 10 novembre 2014. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Prison de Mabon

La Prison de Mabon

Read this article in English.

Tirage spécial Mabon mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
C'est assez récemment que le dieu Mabon, fils de Modron dans la mythologie galloise, a donné son nom au sabbat qui célèbre l'équinoxe d'automne. Présenté comme étant l'homme le plus ancien que le monde porte, il est notamment le dieu de l'éternelle jeunesse et associé aux dieux solaires des autres traditions celtiques.

Selon la légende relatée dans le Mabinogion, il est enlevé à sa mère Modron (elle-même une incarnation de la Déesse Mère) alors qu'il n'est âgé que de trois nuits. Emmené dans un lieu dont nul n'a connaissance, personne ne sait rien sur sa disparition, pas même s'il est mort ou vif. Dans le conte narrant la quête de Culhwch pour conquérir sa bien-aimée Olwen, Culhwch se soumet à une série d'épreuves dont chacune lui permet d'accomplir la suivante. L'une de ces épreuves consiste à retrouver Mabon et à le libérer de l'endroit où il est supposément retenu prisonnier. Aidé par le roi Arthur et ses chevaliers, Culhwch interroge successivement plusieurs animaux. Chacun avoue ignorer où Mabon est emprisonné, et ne pas même savoir s'il est vivant ou non et renvoie Culhwch et ses compagnons vers un animal plus ancien que lui qui serait susceptible de les renseigner. Mabon est en effet l'homme le plus ancien que porte le monde car il était là avant tous les autres, et seul l'animal le plus ancien peut avoir connaissance de ce qui s'est passé. La troupe arrive enfin face au Saumon de Llyn Llyw, qui les mène à la prison où est retenu Mabon, en un lieu identifié comme étant Gloucester. En arrivant au pied de la prison, Culhwch et ses compagnons entendent des lamentations. Lorsqu'ils demandent qui se lamente, Mabon s'identifie. Les compagnons engagent la bataille et le libèrent.

Symboliquement, Mabon est né deux fois : la première fois de sa mère Modron, et la deuxième lors de sa libération par Culhwch. Bien qu'il soit un dieu, il aide les humains avec qui il entretient des relations paisibles. En cela, il se situe à cheval sur les deux Mondes (divin et humain), à l'image de ce qui se passe lors de l'équinoxe d'automne dont il est tardivement devenu un symbole. En effet, lui qui représente la lumière est enlevé pour être retenu dans une prison souterraine, et donc dans l'obscurité. Ici comme lors de l'équinoxe, les ténèbres l'emportent sur la lumière car elles l'atténuent.

Durant sa longue captivité, Mabon est emprisonné dans une prison souterraine et donc dans l'obscurité, qu'il est contraint à côtoyer et à accepter. Ce tirage introspectif spécialement créé pour l'équinoxe d'automne propose à chacun d'explorer sa propre part d'obscurité et de se libérer de la prison que constitue la peur qu'il suscite.

 

Le tirage
Après avoir mélangé puis coupé le jeu, on tire onze cartes que l'on dispose comme suit :

La Prison de Mabon

 

Lecture et interprétation
La lame 1 représente le consultant au sein de sa prison et la façon dont il appréhende ses propres ténèbres. Cette carte évoque Mabon enfermé dans sa prison de Gloucester et l'obscurité dans laquelle il a été plongé pendant sa très longue captivité.

Les lames 2, 3 et 4 sont le toit de la tour crénelée où est retenu Mabon. Elles montrent ce qui empêche le consultant d'harmoniser lumière et obscurité et les raisons pour lesquelles il a peur de son côté obscur.

Les lames 5 et 6 sont le premier mur de la prison. Elles mettent en évidence les difficultés que rencontrera le consultant au cours de son introspection.

Les lames 7 et 8 sont le deuxième mur de la prison. Elles illustrent les aides que recevra le consultant dans son introspection, les ressources personnelles dans lesquelles il ira puiser en vue de se « réconcilier » et d'accepter sa part d'obscurité.

Les lames 9, 10 et 11 forment le sol de la prison. Elles sont la manière dont le consultant peut apprivoiser ses propres ténèbres et harmoniser ombre et lumière au sein même de son être. Elles représentent ce qu'il tirera de son introspection. La lame 9 est ce qu'il est conseillé au consultant de mettre en œuvre pour y parvenir. La lame 10 est le point d'ancrage qui le lie à la fois à sa part de lumière et à sa part d'obscurité, ce à quoi il peut se rattacher pour conserver le subtil équilibre. La lame 11 prolonge la lame 10 en dépeignant ce que le consultant en tirera et en mettant en valeur les forces qui se développeront en lui grâce à cela. Elle est l'ouverture et constitue une forme de synthèse.

 

Remarques
Ce tirage en forme de tour crénelée fait référence à la prison dans laquelle Mabon est retenu captif. Au niveau de la structure, on remarque que le consultant est placé au centre et donc à l'intérieur des murs de la tour pour évoquer de quelle manière il se sent prisonnier de son côté obscur qu'il n'a pas encore réussi à « apprivoiser ». Le toit est ce qui l'empêche de voir la lumière, mais aussi ce qui provoque l'introspection puisque privé de lumière, il n'a pas d'autre choix que de s'y confronter. Les deux murs sont d'une part ce qui le retient et d'autre part ce qui le libère. Le sol représente quant à lui de manière plutôt logique ce qui permet au consultant de trouver un équilibre en trouvant un solide point d'ancrage.

On reprend donc la trame de la légende et sa portée symbolique en mettant en valeur le parfait équilibre entre lumière et obscurité que le consultant peut établir en lui-même de la même façon que le jour et la nuit sont équivalents lors de l'équinoxe d'automne. En cherchant à se réconcilier avec son côté sombre à ce moment de l'année, le consultant réactualise un mythe à titre personnel, en accord avec les cycles naturels du Monde.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec n'importe quel tarot ou oracle. Cependant, compte tenu de la thématique du tirage et de la légende dont il s'inspire, les jeux qui mettent à l'honneur les traditions celtiques sont particulièrement préconisés. Si l'on veut rester au plus près de l'univers gallois et du Mabinogion, on se tournera volontiers vers le « Llewellyn Tarot » de Anna-Marie Ferguson qui, comme son nom l'indique explore la mythologie galloise, et ce de façon admirable. La légende arthurienne, dont fait largement partie le Mabinogion, est également remarquablement mise à l'honneur toujours par Anna-Marie Ferguson dans « Legend: the Arthurian Tarot ».

Ces recommandations ne sont bien sûr en rien limitatives. Elles permettent seulement de profiter pleinement du tirage et du sabbat avec des outils qui leur sont particulièrement adaptés. Ce tirage peut tout à fait être effectué avec n'importe quel jeu du moment qu'il plaît au consultant. On essaiera toutefois autant que faire se peut de privilégier des jeux qui favorisent l'introspection et la connaissance de soi.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 21 septembre 2014. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Le Séjour Souterrain de Perséphone

Le Séjour Souterrain de Perséphone

Read this article in English.

Tirage spécial Mabon mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Mabon est une fête souvent méconnue malgré ses multiples richesses. À travers ce tirage, j'ai voulu mettre à l'honneur un aspect souvent délaissé bien qu'il soit parmi les plus intéressants de ce sabbat. Mabon est l'équinoxe d'automne et marque l'entrée dans la période sombre de l'année, qui perdure jusqu'à Ostara. Lors de l'équinoxe, le jour et la nuit sont équilibrés car équivalents en termes de durée et l'on se prépare à la domination de l'obscurité sur la lumière puisqu'à partir de ce point les nuits seront plus longues que les jours. La période est donc propice à la méditation et à l'introspection : on rend hommage à l'obscurité en explorant notamment les aspects cachés de sa personnalité, ce qui inclut le fait de se pencher sur la part de ténèbres que chacun porte en soi. Voilà qui peut effrayer, car se confronter à ce que l'on a en soi de plus sombre n'est jamais facile. Pourtant, c'est un exercice très enrichissant qui permet d'apprendre à mieux se connaître.

Cette tradition est largement illustrée dans diverses mythologies, et notamment dans la mythologie grecque où Perséphone, fille de la déesse de la terre Déméter, est enlevée par Hadès qui l'emmène avec lui dans son royaume souterrain pour en faire la reine des Enfers à ses côtés. Jeune fille d'une grande beauté, Perséphone est convoitée par Hadès, qui règne sur les Enfers. Alors qu'elle est occupée à cueillir des narcisses, celui-ci en profite pour l'enlever et l'emmener de force avec lui dans son royaume souterrain où il compte en faire son épouse. Dévastée par le chagrin, Déméter refuse désormais de rendre la terre fertile, provoquant ainsi une pénurie de fruits. Inquiet pour l'avenir et pour les récoltes, Zeus décide d'envoyer Hermès voir Hadès pour lui proposer un marché consistant à libérer Perséphone. Cependant, la jeune fille ayant ingéré des grains de grenades au cours de son séjour dans les Enfers, elle appartient désormais au monde souterrain. Hadès consent néanmoins à un arrangement et autorise sa bien-aimée à retourner à la surface (et donc à la lumière) pendant six mois. Au terme de cette période, elle doit redescendre et le retrouver. Le marché est conclu et Perséphone accepte son rôle de reine des Enfers. C'est ainsi qu'à chaque équinoxe d'automne, elle retourne auprès de son époux et remonte des Enfers à chaque équinoxe de printemps. C'est de cette façon que les deux grandes saisons de l'année se mettent en place : de l'équinoxe de printemps à l'équinoxe d'automne, les jours sont plus longs que les nuits, tandis que de l'équinoxe d'automne à l'équinoxe de printemps, ce sont les nuits qui sont plus longues que les jours.

Le tirage présenté ici reprend la trame de la descente de Perséphone aux Enfers afin d'aider le consultant à « se réconcilier » avec ses propres ténèbres. Les principaux éléments de la légende sont repris et leur symbolique nourrit les différentes positions des lames dans le tirage.

 

Le tirage
Après avoir mélangé puis coupé le jeu, on tire treize lames que l'on dispose comme suit :

Le Séjour Souterrain de Perséphone

 

Lecture et interprétation
Les lames 1, 2 et 3 dépeignent Perséphone et les narcisses qu'elle cueille innocemment juste avant de se faire enlever par Hadès. Elles sont ce que le consultant refuse de voir, ce par rapport à quoi il est insouciant. La lame 1 représente le consultant tel qu'il est au moment du tirage, avec la part de lui-même qu'il refoule, consciemment ou non. À sa gauche, la lame 2 indique pourquoi il craint de regarder en face cet aspect de sa personnalité. À sa droite, la lame 3 révèle le type de difficultés qu'il rencontre à gérer sa propre part d'obscurité. 

Les lames 4 et 5 représentent la descente de Perséphone dans le monde souterrain. Elles reflètent ce qui pousse le consultant à faire son introspection, ce qui l'attire vers ses ténèbres. La lame 4 est la raison pour laquelle il décide de plonger dans son obscurité et la lame 5 est ce qu'il pense trouver au cours de ce voyage. Cette carte peut tout à fait exprimer son appréhension, sa motivation ou ce qu'il espère y découvrir.

Les lames 6 et 7 illustrent le séjour souterrain de Perséphone. Elles sont l'introspection à proprement parler et évoquent ce que le consultant va trouver au plus profond de lui-même. Ces deux cartes sont à lire ensemble car elles montrent l'aspect le plus proéminent de la partie obscure du consultant, ce qui prédomine au moment où il fait le tirage. Ainsi, la lame 6 révèle ce que le consultant trouve au cœur de son côté obscur et la lame 7 lui ouvre les yeux sur ce qu'il encourt s'il n'apprend pas à l'apprivoiser et à l'intégrer ou s'il continue de refuser de l'accepter comme faisant pleinement partie de lui-même.

Les lames 8 et 9 sont l'ascension, le retour de Perséphone vers la surface. Elles représentent donc les solutions trouvées par le consultant et celles qui s'offrent à lui pour l'aider à gérer son obscurité et se réconcilier avec cet aspect-là de lui-même. Chacune des deux cartes présentent un conseil au consultant et lui montrent le chemin à suivre.

Les lames 10, 11 et 12 sont la sortie du monde souterrain et marquent le retour à la surface de celle qui est désormais la reine des Enfers. Elles mettent en lumière ce que le consultant a « gagné » à travers son introspection, mais aussi la manière dont il réussira à apprivoiser son obscurité grâce aux conseils prodigués par les cartes qui composent l'ensemble du tirage. Ces trois lames sont le retour à la lumière qui se fait à la sortie de l'hiver, c'est-à-dire à Ostara. Si les lames 1, 2 et 3 montraient le consultant à Mabon, celles-ci le dépeignent tel qu'il sera à la fin de son introspection, à Ostara. Elles dressent le bilan de ce que la période sombre aura apporté au consultant. Ainsi, la lame 10 représente le consultant tel qu'il sera à la sortie de son introspection. La lame 11, à sa gauche, lève le voile sur ce qu'il aura acquis, sur la manière dont il aura réussi à « apprivoiser » les aspects de son côté obscur qui auront été mis en avant au cours du tirage. À sa droite, la lame 12 est quant à elle une ouverture sur un élément sur lequel le consultant devra continuer à travailler pour trouver le bon équilibre entre son côté lumineux et son côté obscur. Elle peut tout à fait faire office d'une mise en garde qu'il faudra continuer à garder à l'esprit.

La lame 13 représente les grains de grenades ingérés par Perséphone durant son séjour aux Enfers. Elle évoque donc ce que le consultant garde avec lui de son voyage intérieur. Elle montre de quelle manière la part d'ombre du consultant est nécessairement liée à son identité et en est indissociable. Cette carte est la façon dont il est perpétuellement connecté à son côté sombre. Elle est la voie à suivre et constitue une synthèse.

 

Remarques
Ce tirage est à effectuer à Mabon ou, si l'on veut rester au plus près de la légende de Perséphone, lors de la pleine lune la plus proche de l'équinoxe d'automne. C'est en effet à ce moment-là qu'Hadès enlève la fille de Déméter.

La forme du tirage évoque visuellement la descente et le séjour souterrain. Les lames 1, 2 et 3, de même que les lames 10, 11 et 12 sont situées à la surface et montrent respectivement le consultant avant et après son introspection. Les cartes 4, 5, 6, 7, 8 et 9 sont le parcours du consultant dans sa propre obscurité et reflètent son introspection. La lame 13, située à cheval sur les deux mondes, est une forme de synthèse et montre de quelle manière le consultant réussit à trouver son équilibre et à concilier l'aspect lumineux et l'aspect sombre de lui-même.

Compte tenu de la durée du séjour de Perséphone aux Enfers, le tirage a une portée de six mois (d'un équinoxe à l'autre). Il permet de voir le parcours du consultant durant la période sombre de l'année et d'avoir un aperçu de son évolution par rapport à l'acceptation de son côté obscur tout au long de la domination de la nuit.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec un tarot comme avec un oracle. Si les « classiques » conviennent tout à fait, privilégier les jeux propices à l'exploration de soi et aux introspections apportera un point de vue particulièrement adapté. Par exemple : « Madame Endora's Fortune Cards », « Chrysalis Tarot », « Oracle of the Shapeshifters », « Oracle of Shadows and Light », « The Fairy Tale Tarot » (Lisa Hunt), les « Psycards », et bien d'autres !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 20 septembre 2014. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)