Enchanted Lenormand

Découverte accidentelle de certains potentiels du "Enchanted Lenormand"

Article rédigé par mes soins. Reproduction interdite.

 

Depuis le début de la semaine, une nouvelle addiction m'affecte, et j'ai bien peur qu'elle ne soit incurable... Vous qui parcourez ces pages régulièrement connaissez déjà mon goût prononcé pour les jeux divinatoires originaux et à l'esthétique soignée, en particulier ceux qui revisitent des traditions bien établies, quitte à les « dépoussiérer » un peu au passage et à y apporter un petit « truc en plus ».

Avec le « Enchanted Lenormand » de Caitlin Matthews et Virginia Lee – car c'est là l'objet de mon addiction ! –, on peut dire que je suis comblée ! En effet, je dois avouer que le Précieux jeu en question ne quitte pas mon sac depuis que je l'ai reçu et que les expériences faites avec sont plus que convaincantes, même lorsqu'on dévie involontairement (comprenez « par étourderie ») des méthodes habituelles.

Suite à une « erreur d'étourderie », mon Chien de Pique a pris une tournure toute particulière... et très juste ! N'étant pas habituée à utiliser des Petits Lenormand ayant plus de trente-six cartes, j'ai machinalement mélangé la totalité des cartes, soit les trente-neuf, car j'avais omis d'ôter la n°37 (la Sibylle) et les deux cartes consultant en sus. Ce n'est qu'une fois les lames mélangées que je m'en suis rendu compte, mais j'ai décidé d'exploiter cette maladresse afin de voir si mon erreur pouvait néanmoins apporter quelque chose au tirage... et j'ai bien fait !

J'ai donc défini que la carte Dame qui servirait de référente pour représenter mes pensées serait celle où le personnage a la même couleur de peau que moi, tandis que l'autre Dame, si elle sortait dans le tirage, incarnerait une femme qui interviendrait dans le domaine concerné par la carte référente qui l'accompagnerait, quelle que soit de la couleur de sa peau. J'ai utilisé le même système pour le Monsieur : si l'un des deux apparaissait dans le tirage, selon la couleur de sa peau il évoquerait la personne qui partage ma vie ou bien un homme de mon entourage. Quant à la Sibylle, je me suis dit que puisque mes activités liées à l'ésotérisme et la divination tenaient une place très importante dans ma vie, elle les refléterait. Restait encore à trouver une solution pour la carte « orpheline », c'est-à-dire celle qui était vouée à se retrouver toute seule une fois les paires découvertes (avec trente-neuf cartes, il y en a forcément une !). J'ai donc pensé que si cette fameuse carte était une référente, le fait qu'elle soit seule signifierait que le domaine auquel elle ferait allusion ne serait pas évoqué dans le tirage, faute d'événement remarquable le concernant.

Le tirage a donc été effectué selon ces codes improvisés, et ma surprise fut de taille puisque les lames additionnelles ont parfaitement rempli leurs rôles, fournissant des indications d'une grande justesse ! J'ai bien reconnu les éléments mis en lumière, tant du côté des personnages secondaires que de la Sibylle.

S'il arrive parfois que l'on fasse d'intéressantes découvertes suite à des erreurs et à des « ratages », ce tirage en est un exemple probant ! Un peu comme la recette « ratée » des sœurs Tatin qui allait finalement entrer dans les annales, ce tirage « raté » m'a en réalité permis d'exploiter certains des potentiels de ce très joli « Enchanted Lenormand » qui, sans cette « erreur de manipulation », ne me seraient peut-être pas venus à l'esprit...

Décidément, ce « Enchanted Lenormand » révèle bien des surprises, et ses richesses se dévoilent peu à peu, à mesure qu'on l'utilise... J'ai hâte d'en approfondir les usages !

Bien sûr, une présentation détaillée de ce jeu est en cours de rédaction et devrait paraître en ces pages dans les jours qui viennent !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 13 octobre 2013. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)