analyser une situation

Le Tirage de l'Association

Le Tirage de l'Association

Tirage mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Objet
Analyser et évaluer les potentiels, les forces et les faiblesses d’une association entre le consultant et un autre parti.

 

Présentation du tirage
La structure de ce tirage est bâtie à partir de l’une des nombreuses formes du tirage en trois lames. Ici, j’ai choisi d’établir une symétrie entre les trois axes d’investigation qui sont : le consultant, l’autre parti, et l’interaction des deux. Ainsi, chacun est traité de la même façon, c’est-à-dire sous les trois mêmes aspects : ses forces, ses faiblesses, et ce qu’il apportera dans la relation ou association (la manière dont il se comportera au sein de celle-ci). Ceci permet d’analyser la situation selon différents points de vue et d’avoir un aperçu assez précis de ce que l’on examine.

Puisqu’il comporte dix lames, ce tirage peut paraître complexe. Pourtant, il est en réalité très simple, précisément en raison de l’association des trois tirages en trois lames qui le rendent particulièrement abordable. Extrêmement malléable, il peut s’utiliser pour analyser tout type d’associations, qu’elles soient professionnelles, sentimentales ou relationnelles. L’examen de la situation est plutôt complet et précis, et la carte couronne (la dixième) donne une ouverture à plus long terme, permettant ainsi d’envisager une forme de « finalité », une sorte de « résultat » qui découle alors directement de ce qui a été observé dans l’ensemble du tirage.

 

Procédure
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire dix lames que l’on dispose comme suit :

Le Tirage de l'Association

 

Lecture et interprétation
Pour plus de clarté dans la lecture, il est recommandé de considérer d’abord les cartes par colonnes, afin de respecter la structure interne qui correspond à plusieurs tirages en trois lames. En effet, la première colonne (lames 1, 2 et 3) concerne le consultant, la deuxième (lames 4, 5 et 6) l’autre parti et la troisième l’interaction (association) des deux (lames 7, 8 et 9). Enfin, la carte couronne (lame 10) donne une sorte de conclusion générale au tirage.

Chaque colonne est composée de trois lignes qui se lisent comme suit :

Ligne 1. Les forces, les qualités, les avantages apportés dans l’association par le consultant (lame 1), par l’autre parti (lame 4) et les forces, qualités et avantages qui résultent de leur association (lame 7).

Ligne 2. Les faiblesses, les défauts, les inconvénients apportés dans l’association par le consultant (lame 2), par l’autre parti (lame 5) et les faiblesses, les défauts, les limites et les inconvénients qui résultent de leur association (lame 8).

Ligne 3. Ce que chacun apportera à l’association, le comportement que l’on adoptera en association (le consultant : lame 3 ; l’autre parti : lame 6) et l’impact sur l’association des deux entités (lame 9), ce qui ressort de l’association.

La lame 10 se lit en dernier et conclut le tirage. Elle éclaire sur les auspices sous lesquels se présente l’association et permet d’en entrevoir une certaine finalité.

 

Remarques
L’un des avantages de ce type de tirage est de présenter plusieurs axes de lecture. En effet, on peut commencer par examiner les attitudes individuelles par rapport à l’association sur laquelle on interroge les cartes – voir plus haut –, mais l’on peut également, une fois cela fait, procéder à une lecture comparative. On considère alors chaque ligne, en comparant à chaque fois les attitudes des deux partis et en prenant la lame du milieu comme une sorte de « somme » des deux autres.

 

Outils à privilégier
Ce tirage peut s’effectuer avec n’importe quel type de tarot (Marseille, Rider-Waite Smith, Crowley) ou avec des oracles tels que le Belline, la Triade, « Madame Endora’s Fortune Cards », etc.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 28 décembre 2011. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Croix Celtique Simple

La Croix Celtique Simple, dix lames

Explications rédigées par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Voici une variante très simple de la Croix Celtique. Comme les autres versions de ce tirage, cette forme permet de répondre à une question précise ou d’examiner une situation en profondeur.

 

Procédure
Mélanger, rassembler et couper le jeu. Tirer dix cartes que l’on dispose de la manière suivante :

La Croix Celtique Simple

Les cartes sont lues comme suit

Carte 1 : la situation explorée ou la question qui est posée. Elle peut aussi montrer la situation actuelle du consultant ou une chose majeure qui pèse sur le présent.

Carte 2 : met en lumière les oppositions et les obstacles qui peuvent se mettre en travers de la route du consultant.

Carte 3 : les facteurs cachés, les influences inconscientes.  Les sentiments profondément enfouis et cachés en le consultant et qui peuvent avoir un poids sur la situation ou la décision à prendre.

Carte 4 : le passé. La racine de la situation explorée, un événement récent ou ancien qui a encore des conséquences sur le présent.

Carte 5 : l’attitude consciente du consultant face à sa situation.

Carte 6 : le futur proche vers lequel la situation se dirige.

Carte 7 : le consultant. Son attitude par rapport à la situation, sa façon de voir les choses, ses qualités, qu’elles soient positives ou négatives.

Carte 8 : l’environnement du consultant.

Carte 9 : les peurs et les espoirs du consultant.

Carte 10 : l’issue probable de la situation, la réponse à la question.

 

Remarques
Cette variante est « simple » en ce sens qu’elle ne nécessite pas de signifiant. De plus, elle permet une progression logique dans les informations que l’on obtient, ce qui mène à une certaine profondeur dans l’interprétation, et ce à plusieurs niveaux. En effet, certaines lames se font nécessairement écho dans ce tirage, et il peut ainsi être lu selon plusieurs axes, comme par exemple :

- Chronologique : passé – présent – futur (lames 4, 1 et 6) ;

- Psychologique/intérieur : conscient – situation – inconscient (lames 3, 1 et 5) ;

- La réalité : intérieure – extérieure (lames 7 et 8) ;

- Les solutions : les lames 6 et 10 peuvent aussi être considérées en regard l’une de l’autre, car elles sont toutes deux projectives.

 

Supports à privilégier
Ce tirage est idéal avec un tarot de type Rider-Waite Smith. On mélange alors l’ensemble du jeu (majeures et mineures).

Si l’on procède avec un tarot de Marseille, il est recommandé de séparer les majeurs et les mineurs. Dans ce cas, on fait le tirage avec les majeurs puis on le couvre avec les mineurs.

Bien sûr, comme la plupart des tirages, celui-ci peut également être effectué avec un oracle (Belline, Triade, « Madame Endora’s Fortune Cards », oracle Gé, etc.).

 

 

(©Morrigann Moonshadow, le 03 septembre 2011. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

L'Envol du Phénix

L'Envol du Phénix

Endora's face

 

 

 

 

Tirage spécial Endora mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Objet
Aider le consultant à faire face à une situation difficile et douloureuse. L’éclairer sur le chemin à suivre pour se reconstruire et panser ses plaies suite à ces événements.

 

Procédure
Mélanger les cartes, couper et rassembler le jeu. L’étaler devant soi en éventail et tirer treize cartes que l’on dispose de la façon suivante :

L'Envol du Phénix

 

Interprétation
La figure, qui représente le phénix dans les flammes, se décompose en deux grandes parties : les Flammes et l’Oiseau.

Les Flammes
Les cartes 1, 2 et 3 sont les Flammes, ce qui brûle. Elles représentent la situation qui meurtrit le consultant. La carte du centre (la deuxième) montre le noyau du problème, ce qui provoque l’état dans lequel le consultant se trouve. Elle est ce qui mène l’Oiseau à sa mort et ce sur quoi il doit s’appuyer pour renaître, ce dont il doit guérir. Les cartes 1 et 3 qualifient cette lame, elles la précisent. Ce sont les influences qui ont pesé ou qui pèsent encore sur la situation.

L’Oiseau
Les cartes 4, 5 et 6 sont le Corps de l’Oiseau. Elles montrent le consultant face à la situation, la façon dont il l’appréhende et dont elle continue de l’affecter.

Les cartes 7, 8 et 9 sont l’Aile Gauche. Elles indiquent ce que le consultant doit laisser derrière lui pour pouvoir avancer, ce dont il doit se séparer et faire le deuil pour aller mieux. La carte penchée montre ce qu’il peut y gagner.

Les cartes 10, 11 et 12 sont l’Aile Droite. Elles mettent en lumière ce à quoi le consultant doit se raccrocher, ce qu’il doit mettre en avant pour relever la tête. La carte penchée montre ce qu’il peut y gagner.

La carte 13 est la Tête de l’Oiseau. Elle montre la direction à suivre, le cap à tenir. Elle est ce qui permettra de vaincre ce qui affecte le consultant.

 

Remarques
La structure du tirage. Bien qu’elle comporte tout de même un grand nombre de cartes, cette méthode de tirage n’est pas aussi compliquée qu’il y paraît à première vue. En effet, pour en faire une bonne interprétation il suffit de procéder pas à pas et de décortiquer le tirage en fonction des cinq parties qui le composent. De cette façon, on se retrouve avec quatre tirages en trois cartes, mais ceux-ci sont tous liés les uns aux autres par un dénominateur commun (la situation du Consultant). Ces quatre parties permettent d’analyser la situation du consultant tandis que la dernière carte est projective et permet d’entrevoir de quelle façon il sortira de son état.

Cette méthode demande de prendre son temps pour l’analyse afin de bien cerner les interactions entre les différents aspects examinés. Ainsi, l’interprétation peut se révéler très profonde et apporter des éléments qui n’avaient jusque-là pas été considérés ou auxquels on n’avait prêté attention et mener le consultant à prendre conscience de certaines choses.

L’inspiration mythologique. Le phénix est un oiseau fabuleux connu pour se régénérer éternellement en renaissant de ses cendres. Selon les versions, les contes et les légendes disent que cette créature vit pendant 500 ans puis meurt en s’auto-consumant pour renaître ensuite de ses cendres. Ainsi, son bûcher est aussi ce qui le ramène à la vie pour 500 autres années. On raconte aussi selon les traditions qu’une larme de Phénix – extrêmement rare ! – pouvait guérir n’importe quelle plaie et ramener à la vie ceux qui étaient mortellement blessés.

On l’appelle également l’Oiseau de Feu (voir par exemple le conte recueilli par Afanassiev appartenant au folklore russe) car il incarne cet élément et ses propriétés à la fois destructrices, purifiantes et régénératrices. Sa propre chaleur finit certes par le consumer et le tuer, mais elle lui permet aussi de revenir à la vie. De résurrection en résurrection, l’oiseau acquérait une meilleure maîtrise de l’élément Feu, qui était en lui et qu’il diffusait autour de lui.

Le phénix a de tout temps été chargé d’une dimension philosophique, ésotérique et hermétique affirmée. Il symbolise entre autres l’éternel recommencement, le cycle sans fin de la vie, de la mort et de la résurrection, ainsi que l’élévation de l’âme à chaque renaissance. Dans le langage courant, l’expression « renaître de ses cendres » s’emploie pour désigner le fait de se relever plus fort après une épreuve et de se reconstruire.

La relation entre le tirage et la légende. Toutes ces notions sont réunies dans ce tirage, qui aide le consultant à cerner ce qui lui donnera les moyens de passer une épreuve ou d’aller de l’avant face à une situation difficile et douloureuse. La structure s’inspire donc du moment où l’Oiseau renaît par le feu car on cherche à mettre en valeur ce qui permettra au consultant de grandir à nouveau. On représente donc la situation d’un point de vue ascendant pour le consultant.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 12 août 2011. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

 

Accédez à tous les articles sur cet oracle

L'Etoile d'Eärendil

L'Étoile d'Eärendil

Endora's face

 

 

 

 

Tirage spécial Endora mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
J’ai conçu ce tirage pour « Madame Endora’s Fortune Cards » car celles-ci se prêtent particulièrement bien à ce type d’exploration. Bien sûr, il peut être effectué avec tout autre jeu, mais les résultats pourraient ne pas être aussi « spectaculaires ».

 

Objet
Obtenir un conseil lorsqu’on ne sait pas quelle attitude adopter face à une situation ou une personne.

 

Procédure
Mélanger, couper et étaler le jeu en éventail devant soi. Tirer cinq cartes que l’on place comme suit :

L'Etoile d'Eärendil

 

Interprétation
Carte 1 : représente la situation ou la personne à laquelle le consultant doit faire face.

Carte 2 : le consultant face à la situation ou la personne. La manière dont il aborde les choses, ce qu’il met déjà dans la situation.

Carte 3 : le but du consultant. Cette carte peut aussi indiquer l’issue probable ou une aide que le consultant peut recevoir pour régler au mieux le problème.

Carte 4 : l’Étoile. C’est la qualité, l’attitude ou le trait de caractère que le consultant devra mettre en avant pour régler le problème et atteindre le but décrit en 3.

Carte 5 : le défaut, la qualité, l’attitude ou le trait de caractère que le consultant devra éviter s’il veut résoudre sa situation.

 

Remarques
L’Étoile d’Eärendil. Ce tirage doit son nom à la mythologie tolkienienne. Selon la légende contée dans The Silmarillion, Eärendil embarque avec Elwing sur Vingilot, le bateau qu’il a construit et vogue dans le ciel. Il emporte avec lui le dernier Silmaril, joyau qui contient les derniers éclats de la lumière des deux Arbres sacrés de Valinor. Le trésor, fixé à la proue du bateau, brille tellement qu’il est visible de la terre et devient l’étoile qui sert de guide aux marins et qui ravive l’espoir de ceux qui luttent contre les forces des ténèbres. Cette étoile est la préférée des Elfes et correspond certainement à notre Vénus. On l’appelle aussi notamment Étoile du Matin, Étoile du Soir et Gil-Estel (Étoile de l’Espoir). Ce tirage s’inspire de ce conte car comme l’Étoile d’Eärendil en Terre du Milieu, il permet au consultant de trouver sa voie grâce à « son étoile ».

La structure du tirage est simple mais symbolique. Elle s’organise sur deux axes, le premier horizontal et le second vertical. L’axe horizontal incarne ce qui est, ce qui existe et est visible, palpable au moment du tirage : le Consultant est conscient de son problème (1), de la façon dont il l’appréhende (2) et de son but (3). Pourtant, cela n’empêche en aucun cas d’obtenir de nouveaux éléments ou de considérer les choses sous un autre angle. L’axe vertical concerne le consultant directement. Il représente certains traits de caractère qui lui sont propres et qui seraient susceptibles de remonter à la surface pour lui faire du tort (5) ou ceux qu’il lui serait judicieux de mettre en avant (4).

Les positions des lames concordent également avec leur portée divinatoire : la deuxième, au centre, montre l’élément auquel toutes les autres vont se rattacher lors de l’interprétation (consultant). La première la précède car elle met l’accent sur ce qui amène le consultant à poser sa question ; la troisième se trouve « devant » car elle est ce qui n’est pas encore atteint, ce que l’on poursuit. La quatrième couronne le consultant. C’est l’Étoile, car elle est ce qu’il devrait mettre en avant et représente la qualité, les valeurs ou l’attitude qui devrait le guider. La cinquième est en-dessous car elle est ce qui est caché au fond du consultant mais qui, si cela remonte à la surface, pourrait le retarder, le lester, voire même mettre fin à ses espoirs.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 07 août 2011. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

 

Accédez à tous les articles sur cet oracle

Le Miroir de la Vérité

Le Miroir de la Vérité

Endora's face

 

 

 

 

Read this article in English here.

Tirage spécial Endora mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Voici un tirage que j’ai conçu spécialement pour « Madame Endora’s Fortune Cards ». Comme n’importe quel autre tirage, il peut être effectué avec n’importe quel jeu, mais il s’accorde à merveille avec l’atmosphère et la structure de « Madame Endora’s Fortune Cards ».

 

Objet
Mesurer une situation au-delà des apparences. Ce tirage permet de mettre au jour ce que l’on voit (ce dont on a conscience, ce qui est montré) d’un côté, et de l’autre ce qui est caché, ce qu’on ignore.

 

Procédure
Mélanger les cartes, couper, puis étaler le jeu en éventail devant soi. Tirer neuf cartes que l’on dispose comme suit :

Le Miroir de la Vérité

 

Interprétation
Le Signifiant (S) : le Centre du Miroir. Placée au centre du miroir, cette carte représente la situation, l’objet de la question et peut en montrer l’aspect qui pousse le consultant à interroger l’oracle. Elle peut refléter la situation telle qu’elle est vraiment ou telle que la voit le consultant. Si l’on interroge l’oracle sur les intentions d’une personne, alors cette lame la représente.

Carte 1 : Le Masque. Ce qui est montré. La situation ou la personne telle qu’elle se montre au consultant.

Carte 2 : Derrière le Masque. Ce qui est caché, volontairement ou non.

Carte 3 : L’Arbre. L’image que l’on se fait de la situation (ou de la personne).

Carte 4 : La Forêt. Ce que l’on va découvrir, un aspect encore inconnu.

Carte 5 : Le Chemin. Ce à quoi on s’attend, la suite « logique » des choses que l’on voit se dessiner en fonction de ce que l’on connaît au moment du tirage.

Carte 6 : La Surprise. Ce à quoi on ne s’attend pas compte tenu des éléments connus au moment du tirage.

Carte 7 : L’Étoile. Ce que l’on espère, ce que l’on aimerait voir se réaliser.

Carte 8 : L’Ancre. Ce qui nous ramène sur terre, ce qu’il faut voir, la vérité (sur les intentions de la personne, sur les potentiels de la situation).

 

Remarques
La structure de ce tirage s’organise autour de plusieurs axes horizontaux et verticaux. Les axes horizontaux comprennent respectivement les lames 1 et 2 (Le Masque), 3 et 4 (l’Arbre et la forêt) et 5 et 6 (le Chemin et la Surprise) et permettent une lecture linéaire des différents aspects de la situation étudiée. Les axes verticaux sont également au nombre de trois. Ils comportent les cartes 1, 3 et 5, 7, S et 8, et 2, 4 et 6. L’axe 1, 3 et 5 montre les apparences, ce qui est visible. Ce sont les éléments que l’on soumet à l’examen du miroir. Une fois qu’ils passent à travers celui-ci, ils deviennent l’axe 2, 4 et 6, qui révèle les aspects cachés et ce que l’on dissimule au consultant. L’axe central ne traverse pas le miroir comme le fait Alice dans le roman, mais de haut en bas et passe par le signifiant. Ceci indique les influences qui pèsent sur la situation. Celles-ci sont dues au consultant : l’Étoile montre ses désirs tandis que l’Ancre le ramène sur terre.

Les intitulés des positions ont été choisis de manière à ce que les lames des axes horizontaux se fassent écho et soient complémentaires. Ainsi, on considère les deux côtés du Masque, puis l’Arbre et la Forêt qu’il cache, et enfin le Chemin qui se présente au consultant, avec les imprévus qu’il lui réserve. L’axe vertical central est construit de la même façon, et les positions Étoile et Ancre mènent le consultant à faire la part des choses et à trouver un juste milieu, en plus de lui montrer de façon synthétique la situation sous son vrai jour.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 05 août 2011. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

 

Accédez à tous les articles sur cet oracle