analyser une situation

La Ronce et la Rose

La Ronce et la Rose

Tirage mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

Read this article in English.

 

Introduction
Bien qu'il ait été conçu spécialement pour le mois de mai, ce tirage peut être effectué à n'importe quel moment de l'année dès lors que la situation du consultant le requiert. Sa connexion au mois de mai vient de la ballade « Barbara Allen », qui raconte l'histoire malheureuse de deux amoureux qui ne parviennent pas à se réconcilier suite au comportement blessant de l'un et à l'orgueil de l'autre.

Les plus anciennes versions connues de cette ballade remontent au XVIIème siècle en Écosse et les personnages de Barbara et Sweet William s'inscrivent dans le folklore courant. Avec le temps et les mouvements de population, la chanson a voyagé pour arriver aux États-Unis et faire là aussi partie du folklore musical, tant et si bien qu'elle a été recensée par Francis James Child au XIXème siècle lorsqu'il a décidé de répertorier en les numérotant les chants traditionnels (folk songs) anglais et écossais que l'on trouvait alors sur le territoire américain. C'est pourquoi « Barbara Allen » est souvent appelée « Child Ballad n°84 » ou « Child 84 ».

Selon les époques et les régions, la ballade a connu un grand nombre de mutations et d'adaptations. La tradition orale dominante aidant, elle s'est transformée et a évolué en fonction des aspects de la légende que l'on souhaitait mettre en avant. Dans tous les cas, la trame qui constitue la base du récit reste la même : les événements se passent en mai tandis que les roses bourgeonnent et fleurissent, dans une petite ville qui est tantôt nommée, tantôt anonyme. L'amour qu'il voue à Barbara Allen rend Sweet William gravement malade et le contraint à rester allité. Il envoie donc son domestique chercher Barbara Allen car il souhaite lui parler. Celle-ci consent à se déplacer mais adopte une attitude très dure envers Sweet William, lui reprochant son attitude envers d'autres femmes car elle en a été profondément blessée. Elle refuse de l'écouter, se contente de constater qu'il est mourant et tourne les talons, le laissant à sa peine. Comprenant qu'il a perdu Barbara Allen, Sweet William meurt de chagrin en demandant à ses amis de prendre soin de celle qu'il aime. Alors qu'elle est en train de rentrer chez elle, Barbara apprend la mort de Sweet William et, réalisant combien elle a été dure, elle s'effondre de douleur et comprend qu'elle vient de perdre celui qu'elle aime. Elle meurt à son tour le lendemain et est enterrée à côté de Sweet William dans le cimetière attenant à l'église. De la tombe de Sweet William s'élève une rose (qui prend racine en son cœur) et de celle de Barbara Allen une ronce (qui prend là aussi racine en son cœur). À mesure que les deux plantes poussent le long du mur du cimetière, elles s'entremêlent pour former un nœud d'amoureux (« a true lover's knot », dit la ballade) et réunissent Barbara Allen et Sweet William à jamais.

On ne compte plus les versions de cette ballade tant elles sont nombreuses, chaque artiste ayant pris soin d'y apporter son empreinte. Parmi les interprétations les plus connues et les mieux réussies, on peut notamment écouter celles de Pete Seeger, Joan Baez, Bob Dylan (pour qui cette ballade, faisant partie de ses chansons préférées, fut une source d'inspiration considérable), The Everly Brothers, Dolly Parton (avec Altan, premier et dernier couplets en gaélique irlandais), Crystal Gayle, Johnny Cash (texte réadapté par Johnny Cash), Emmylou HarrisSimon & Garfunkel, Judy Collins, Marie Laforêt, ou encore Blackmore's Night.

Cette chanson fait partie de mes préférées, car depuis le jour où je l'ai écoutée pour la première fois, j'ai été littéralement charmée par la magie qui s'en dégage et par la poésie avec laquelle les sentiments amoureux y sont présentés, en particulier à travers les symboles de la ronce et de la rose. Ces derniers sont d'ailleurs au cœur du tirage puisque j'ai repris l'image de ces deux plantes qui s'élèvent des tombes de Barbara Allen et de Sweet William et s'entremêlent pour former le nœud d'amoureux qui les réunit à la fin de la ballade. Le tirage suit la chronologie habituelle de l'histoire, dont chaque élément est associé à un point sur l'une ou l'autre plante. Ainsi, à mesure que l'on progresse dans la ballade, on s'élève avec la ronce et la rose pour se diriger vers la possibilité d'une éventuelle réconciliation, et dans tous les cas d'un apaisement de la situation qui est vécue par le consultant.

 

Objectif
Voir dans quelle mesure il est possible de réparer une relation amoureuse abîmée et d'aller vers l'apaisement.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, tirer quatorze cartes que l'on dispose comme suit :

La Ronce et la Rose

 

Lecture et interprétation
Ce tirage est composé de quatre parties qui font chacune allusion à des éléments clefs de la ballade. Ainsi, la première partie comprend les cartes 1, 2 et 3 et fait référence à la terre d'où s'élèvent la ronce et la rose ; la deuxième, qui réunit les cartes 4, 6, 8, 10 et 12, dépeint la ronce ; la troisième illustre la rose à travers les cartes 5, 7, 9, 11 et 13. Enfin, la dernière carte, qui couronne l'ensemble du tirage, représente le nœud que finissent par former la ronce et la rose qui s'élèvent respectivement des cœurs de Barbara et William.

Première partie : La terre, les racines, les fondements, l'état des lieux – lames 1 à 3
Lame 1. Les racines de la situation actuelle. l'état de la relation et des sentiments partagés par les deux partenaires au moment du tirage.

Lame 2. Ce qui donnera naissance à la ronce, c'est-à-dire ce qui a fait que l'on en est arrivé là, le grief qui est à l'origine de la brouille, de la dispute ou du différend.

Lame 3. Ce qui permettra à la rose de sortir de terre : le type de sentiments amoureux qui subsistent malgré l'incompréhension et animosité.

Deuxième partie : La ronce – la situation telle qu'elle est vécue par Barbara (lames 4, 6, 8, 10 et 12)
Lame 4 : La peine qui mène Barbara à montrer un cœur de pierre. Les sentiments douloureux provoqués par les actes évoqués par la lame 2. La peine causée par la discorde, le ressentiment qui éloigne les deux partenaires.

Lame 6 : Blessée, Barbara refuse d'écouter Sweet William. Ce qui provoque la réticence par rapport à l'idée de communiquer. Le manque de communication ; le refus de communication.

Lame 8 : Barbara apprend la mort de Sweet William et réalise qu'elle l'aime. Cette lame représente le choc qui fait prendre conscience du changement qui doit s'opérer – de manière douloureuse – afin de réorienter les choses et de réaliser si les sentiments sont toujours là ou non. On se rend compte de ce que l'on a perdu.

Lame 10 : Suite à la mort de Sweet William, la peine de Barbara l'emporte et elle s'en veut d'avoir été si cruelle envers lui ; elle rejoint donc celui qu'elle aime et meurt à son tour. Cette lame décrit ce que l'on regrettera d'avoir fait ou dit (ou de n'avoir pas fait ou dit) et pointe vers un début de rapprochement entre les deux partenaires.

Lame 12 : Barbara est enterrée auprès de Sweet William. Cette lame dépeint l'élan qui mène au rapprochement des deux partenaires.

Troisième partie : La rose – la situation telle qu'elle est vécue par William (lames 5, 7, 9, 11 et 13)
Lame 5 : Sweet William souffre de la situation et tombe gravement malade. Les effets de la douleur provoquée par la discorde, ce qui tient les partenaires éloignés malgré les sentiments existants.

Lame 7 : Sweet William tente de s'expliquer auprès de Barbara, mais en vain. Les tentatives de communication infructueuses et avortées, celles qui ont éloigné le couple au lieu de le rapprocher. Les raisons qui font que ces tentatives ont échoué.

Lame 9 : La mort de Sweet William. La résignation. L'acceptation de la situation et de l'éventualité d'une séparation définitive, d'une non-réconciliation et ce que l'on souhaite – de bien – pour l'autre partenaire. La manière dont on envisage de s'effacer s'il n'y a pas d'autre issue.

Lame 11 : Sweet William est enterré dans le cimetière attenant à l'église. Le sacrifice que l'on est prêt à faire pour réparer la relation, ce que l'on est prêt à laisser derrière soi pour aller vers la réconciliation et trouver la paix.

Lame 13 : La rose qui s'élève du cœur de Sweet William. Les sentiments qui subsisteront et/ou qui renaîtront et pourront apaiser la relation et lui donner une nouvelle chance.

Quatrième partie : Le nœud – la réunion des amants au-delà des difficultés (lame 14)
Lame 14 : Le nœud que forment la ronce et la rose en poussant contre le mur. La manière dont le conflit se soldera ; comment les deux partenaires se retrouveront (ou non). Ce qui ressortira des efforts faits pour apaiser le conflit. La résolution de la situation.

 

Remarques
Ce tirage est assez complexe à réaliser, non par le nombre de lames qu'il requiert, mais plutôt par sa structure et en raison du caractère approfondi de l'exploration qu'il permet. En effet, il est ici question d'une analyse poussée de l'état de la relation amoureuse que vit le consultant, et en particulier du conflit qu'il traverse. Aussi, si l'on veut produire une bonne interprétation de ce tirage, il faut tenir compte de la complexité inhérente à toute relation et aux sentiments amoureux.

Si les parties intitulées la ronce et la rose dépeignent respectivement les comportements et sentiments de Barbara Allen et Sweet William dans la ballade, il ne faut pas oublier que les choses sont souvent loin d'être aussi divisées dans la vie de tous les jours. Bien qu'il soit possible au sein d'une relation que l'un des deux partenaires ait le beau rôle tandis que l'autre tient le mauvais, il est tout de même assez rare que les choses soient aussi simples et limpides, car c'est souvent la confusion des sentiments qui règne et qui mène à des paroles ou à des actions apparemment contradictoires par rapport à ce que l'on ressent. C'est pourquoi il est important pour ce tirage que le consultant soit prêt à être honnête envers lui-même puisqu'il sera amené à être confronté à ses aspects les plus sombres – et parfois les plus inavouables. Il se retrouvera donc face à face avec ses sentiments, mais aussi avec sa capacité à faire souffrir l'autre, ce qui est rarement exploré de manière aussi appuyée.

Par ailleurs, il est important de noter que si la structure du tirage suit la chronologie des événements rapportés dans la ballade, il n'est pas dit pour autant que l'issue en soit la même ! En d'autres termes, la fin de la légende voit les deux partenaires réunis par-delà la mort, et ces retrouvailles marquent leur union éternelle et indéfectible. S'il est évident que l'issue montrée par le tirage fait allusion à la mort de Barbara et William pour sa portée symbolique, il faut également garder à l'esprit la possibilité de voir dans les cartes une issue peu favorable à la continuité de la relation du consultant, car tout dépend de la lame qui est tirée. Ainsi, il peut arriver que la seule issue possible à la relation soit la séparation, car la rupture est parfois le seul moyen de retrouver paix et sérénité pour les deux partis.

Comme on peut le voir, ce tirage permet une analyse très détaillée et toute en nuances des relations amoureuses qui connaissent des périodes difficiles, en particulier lorsque l'éloignement des deux partenaires est au centre des préoccupations. Grâce à lui, il est possible d'en identifier les causes profondes, mais aussi d'entrevoir de quelle manière les choses peuvent être réparées... si tant est qu'elles puissent l'être. Dans tous les cas, il aide à trouver l'apaisement, quelle que soit l'issue de la situation.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec un tarot comme avec un oracle. Toutefois, si l'on souhaite exploiter au maximum le thème dont il est ici question, on pourra privilégier les supports qui explorent l'amour, que ce soit en faisant référence à diverses mythologies ou à la littérature. Par exemple, The Lover's Path Tarot de Kris Waldherr sera un magnifique outil. Les jeux mettant en avant l'exploration de soi et l'introspection conviendront également parfaitement. On pensera notamment au très complet Madame Endora's Fortune Cards, ou encore au Chrysalis Tarot, qui est particulièrement bien adapté à ce type de questionnement.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 22 mai 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Into the Labyrinth / Au Coeur du Labyrinthe

"Into the Labyrinth" / "Au Cœur du Labyrinthe"

Tirage hommage à David Bowie mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

LabyrinthIntroduction
Le tirage a été créé dans des circonstances quelque peu particulières puisqu'il est un hommage à David Bowie, décédé ce dimanche 10 janvier 2016. Comme tout un chacun ou presque, j'ai été très touchée par la triste nouvelle, qui m'a tout d'abord parue impossible avant de s'installer peu à peu dans une réalité tangible. Tandis que les hommages se multipliaient sur la toile et ailleurs, l'idée d'un tirage spécial qui serait un clin d'œil appuyé à l'artiste et à ses multiples facettes a peu à peu germé.

C'est naturellement que le film « Labyrinth » s'est imposé comme point de connexion entre les nombreux talents de celui qui a incarné avec brio Jareth, le Roi des Gobelins. De plus, ce film réunit des thèmes et ingrédients qui m'accompagnent au quotidien, mais aussi dans mes activités professionnelles : féerie, magie, musique, dépassement de soi, résolution d'énigmes, rencontres inattendues, etc.

L'élaboration du tirage s'est ensuite faite d'elle-même, grâce aux principaux éléments de l'histoire et à leur portée symbolique. Ainsi, il est possible de prolonger la magie du film en interrogeant les cartes sur la meilleure manière de réaliser son objectif, avec pourquoi pas en ambiance sonore la bande-originale !

 

Objectif
Aider le consultant à trouver la bonne manière de résoudre un problème ou une difficulté qui se pose à lui, mais aussi à anticiper le parcours qu'il aura à accomplir pour atteindre un but qu'il s'est fixé et qui lui tient particulièrement à cœur. Ce tirage montre ce qu'il devra mettre en œuvre pour parvenir à ses fins et réaliser son objectif.

 

Procédure
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire onze cartes que l'on dispose comme suit :

Into the Labyrinth / Au Coeur du Labyrinthe

 

Lecture et interprétation
Ce tirage est composé de trois parties principales. La première dépeint le consultant face à sa quête, la deuxième illustre son parcours à l'intérieur du Labyrinthe, et la troisième donne une ouverture sur l'aboutissement de la quête.

La construction de la quête
La carte 1 représente Sarah telle qu'elle est au début du film, c'est-à-dire avant que le bébé ne se fasse enlever par le Roi des Gobelins. La première carte dépeint donc le consultant tel qu'il est avant de s'engager dans les différentes étapes qui le mèneront (ou non) à la réalisation de son projet. Elle prend donc en compte son innocence et son inexpérience.

La carte 2 incarne Toby, le bébé que l'héroïne du conte doit retrouver et ramener avec elle. Cette carte met donc en évidence la raison qui pousse le consultant à s'engager dans sa quête. Elle est l'objectif que le consultant désire atteindre, l'accomplissement qu'il souhaite réaliser, ce pour quoi il est prêt à se dépasser et à relever tous les défis.

La carte 3 est le Roi des Gobelins, qui défie Sarah et lui soumet une série d'épreuves et d'énigmes dont elle doit triompher pour pouvoir réussir sa quête et récupérer Toby. De la même manière que Jareth se dresse entre Sarah et son but, cette carte se place en travers de la précédente, s'interposant entre le consultant et l'objectif qu'il poursuit. Elle représente ce qui va le défier et le pousser à se dépasser, ce qui le motivera et le mènera à aller puiser dans des ressources qu'il ne soupçonne pas en lui.

Le Labyrinthe
Les cartes 4 et 5 sont les Gobelins et créatures féeriques que rencontre Sarah dans le Labyrinthe. Certaines l'aideront dans sa quête tandis que d'autres la handicaperont et la ralentiront. Ainsi, la carte 4 représente les aides qui faciliteront la progression du consultant, tandis que la carte 5 incarne les difficultés et les oppositions auxquelles il devra faire face s'il souhaite atteindre le but qu'il s'est fixé.

Les cartes 6, 7 et 8 dépeignent les épreuves rencontrées par Sarah à l'intérieur du Labyrinthe et les énigmes qu'elle doit résoudre pour parvenir à retrouver Toby. De la même manière, ces trois cartes représentent les épreuves et les énigmes auxquelles le consultant sera confronté durant le parcours qui le mènera à la réalisation de son objectif.

L'aboutissement de la quête
À l'image de la phrase dont Sarah se souvient au dernier moment lors de son affrontement final avec Jareth, la carte 9 montre de quelle manière le consultant parviendra à surmonter les difficultés qui se présenteront à lui. Elle met en évidence la qualité, la ressource intérieure dont il n'a pas conscience au début de sa quête mais qui se révélera de façon inattendue au cours de celle-ci. C'est en effet grâce à cette force intérieure que les embûches et les difficultés n'auront finalement pas de prise sur le consultant, de la même manière que Sarah se libère de l'emprise du Roi des Gobelins en se souvenant de la phrase « You have no power over me ! » (« Tu n'as aucun pouvoir sur moi ! »), qui agit alors comme une formule magique.

La carte 10 est la Treizième Heure, c'est-à-dire le moment où la quête de Sarah touche à sa fin, comme l'a décidé Jareth. C'est à ce moment qu'elle saura si elle sort victorieuse du défi lancé par ce dernier. Bien sûr, dans le conte Sarah parvient à défaire le Roi des Gobelins et à lui reprendre Toby. Pour le consultant, cette carte montre l'issue de la quête, donnant ainsi un aperçu de ce qu'il accomplira par rapport au projet qui est examiné dans le tirage. C'est à travers elle qu'il verra si comme Sarah il atteint son but ou non, et qu'il pourra évaluer dans quelle mesure sa réalisation sera une réussite.

Enfin, la carte 11 vient clôturer le tirage en mettant en évidence le chemin parcouru par le consultant depuis le début de l'aventure. Comme Sarah dans le film, le consultant n'est plus le même à la fin de sa quête qu'il ne l'était au début : il a relevé un défi, a rencontré des épreuves qu'il a réussi à surmonter, s'est heurté à des énigmes qu'il a résolues et s'est confronté à ses propres désirs. En d'autres termes, comme Sarah, il a acquis de l'expérience et a mûri. Afin de mettre en relief cette évolution, cette carte peut être comparée à la première lors de la lecture du tirage, ce qui accentuera encore davantage la notion d'évolution.

 

Remarques
Malgré les onze cartes qui peuvent intimider les interprètes les moins assurés, ce tirage n'est pas difficile à lire pour peu que l'on procède par étapes. La première partie n'est composée que de trois cartes qui représentent les fondements de la situation, de même que la troisième et dernière partie, qui dépeint la manière dont l'aventure se termine. Quant à la partie centrale, qui place le consultant au cœur du Labyrinthe et qui décrit son parcours au sein de celui-ci, elle peut être divisée en deux : d'abord les aides et les obstacles qu'il rencontrera, puis les épreuves qu'il aura à surmonter. Chaque étape, bien que connectée aux autres, peut donc être prise de façon indépendante lors de l'interprétation.

Au niveau du visuel, il était très difficile de représenter le Labyrinthe en lui-même. Aussi, j'ai choisi de mettre en évidence les multiples chemins que le consultant devra emprunter pour sortir du dédale et atteindre son objectif, d'où les cartes 4, 5, 6, 7 et 8 qui se déploient devant lui à mesure qu'il progresse.

Enfin, le nom donné à ce tirage n'est autre que le titre du deuxième morceau de la bande-originale du film !

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec n'importe quel tarot ou oracle. Cela dit, compte tenu de sa source d'inspiration, il est préférable de privilégier les jeux qui exploitent des thématiques féeriques. Ainsi, les supports faisant référence aux contes de fées, aux mythes, aux légendes et aux différents folklores sont tout à fait indiqués. Toutefois, si l'on souhaite se replonger dans l'ambiance et dans l'esthétique du film, il est particulièrement recommandé d'utiliser les deux oracles illustrés par Brian Froud (« Faeries Oracle » et « Heart of Faerie Oracle »), qui n'est autre que le créateur des êtres féeriques qui prennent vie dans le film !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 14 janvier 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Deuxieme étoile à droite et tout droit jusqu'au matin

"Deuxième étoile à droite... et tout droit jusqu'au matin!"

Tirage mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Dans le roman Peter Pan de J. M. Barrie, l'itinéraire à suivre pour se rendre au Pays Imaginaire (« Neverland ») est indiqué très clairement : « Deuxième étoile à droite, et tout droit jusqu'au matin » (« Second star to the right and straight on 'til morning »). C'est ainsi que l'on accède à cet endroit magique où l'on s'attend à pouvoir vivre ses rêves.

Ayant toujours aimé l'idée selon laquelle on peut atteindre le pays des fées en réunissant certains « ingrédients », j'ai souhaité la retranscrire dans un tirage qui permette de voir de quelle façon il est possible de réaliser ses propres rêves et d'atteindre les objectifs que l'on s'est fixés... et le voici ! Le tirage présenté ici montre quelle est la meilleure façon de s'y prendre pour réaliser un rêve, un projet auquel on tient et que l'on veut voir devenir réalité. Les éléments du conte de J. M. Barrie sont repris et réinterprétés de manière à s'intégrer au processus qui mène de la conception d'un projet à sa mise en application. Ainsi, poussière de fées, pensée heureuse, premiers essais de vol, étoiles et ligne droite sont du voyage, sans oublier bien sûr la destination en elle-même, appelée « le matin ».

Alors si vous aussi, vous croyez aux fées et si vous avez envie de faire ce voyage, c'est l'occasion rêvée ! Munissez-vous d'un peu de poussière de fées et d'un jeu de cartes... et en avant !

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire onze cartes que l'on dispose comme suit :

Deuxieme étoile à droite et tout droit jusqu'au matin

 

Lecture et interprétation
Ce tirage est composé de plusieurs parties qui reprennent les grandes étapes du voyage vers le Pays Imaginaire. On a d'abord les sept premières cartes qui marquent la première étape du parcours, de ce qui pousse le consultant à vouloir l'entamer au point charnière où tout bascule, à savoir la deuxième étoile. Ensuite, la deuxième étape est la ligne droite qui mène « jusqu'au matin », et donc jusqu'à la réalisation potentielle du souhait du consultant. Enfin, la dernière carte est le matin et marque le point d'arrivée qui sera celui du consultant au terme de son périple.

 

« Deuxième étoile à droite... »
La carte 1 est le point de départ du voyage. Elle montre le consultant et son projet avant qu'il ait eu recours à la poudre de fées. C'est l'impulsion qui pousse le consultant à se lancer. Elle est ce qui le motive à vouloir réaliser son souhait.

La carte 2 se place en travers de la première et montre ce qui s'oppose au consultant et qui pourrait se mettre en travers de son chemin dans la réalisation de son projet. Elle est ce qui le retient au sol et l'empêche de décoller.

Les cartes 3, 4 et 5 sont le décollage et les premiers pas à accomplir pour lancer le projet. Ainsi, la carte 3 est la poudre de fées, dont tout un chacun a besoin pour pouvoir voler. Cette carte est l'impulsion propice au décollage, ce qui enclenche le processus que met en place le consultant pour réaliser son projet. Pour décoller, il est également nécessaire de faire appel à une pensée heureuse, qui activera la poudre de fées. C'est justement ce que représente la carte 4 en faisant référence au but que l'on s'est fixé. En effet, celui-ci est immanquablement l'idée d'une réalisation heureuse puisqu'on l'envisage sous son potentiel le plus beau. La carte 5 intervient une fois ces deux éléments indispensables au vol réunis. Il n'y a maintenant plus qu'à faire ses premiers essais de vol, et c'est exactement ce que reflète cette carte ! Les premiers essais sont la mise en route du projet, la manière dont le consultant se lance dans son aventure.

La carte 6 est la première étoile. Si l'on se souvient des instructions, on sait que l'étoile qui sert de repère pour se rendre au Pays Imaginaire n'est pas la première que l'on rencontre sur son chemin, mais la deuxième. Il serait donc dommage de faire fausse route en tournant à droite à la première étoile ! Par conséquent, cette carte représente la voie à ne pas suivre, le chemin à ne pas emprunter. Elle est ce qu'il est conseillé au consultant d'éviter de faire s'il souhaite avoir une chance de réaliser son souhait et atteindre son objectif.

La carte 7 est la deuxième étoile, le point de repère auquel il faut tourner à droite, la chose à ne jamais oublier ou perdre de vue pour qui veut réaliser son souhait. Contrairement à la première étoile, cette deuxième étoile indique la voie à suivre pour mener à bien son projet et reflète un conseil qu'il sera bon d'avoir toujours à l'esprit tout au long du parcours.

 

« ... et tout droit jusqu'au matin ! »
Les cartes 8, 9 et 10 illustrent la ligne droite que l'on doit suivre pour arriver au Pays Imaginaire après avoir tourné à droite à la deuxième étoile. Ces trois cartes sont lues ensemble car elles montrent l'enchaînement des principales étapes qui marquent le chemin qui mènera le consultant à la fin de son parcours.

La carte 11 est le matin, c'est-à-dire la destination. Elle représente le matin, qui marque le terme du voyage et donc l'arrivée au Pays Imaginaire. Cette carte décrit l'aboutissement du projet, la manière dont le souhait se réalisera. Cette issue est laissée ouverte afin que l'on puisse y voir le succès comme son contraire. Tout dépend de la carte qui se trouve dans cette position !

 

Remarques
Ce tirage a été créé par mes soins à l'occasion du Salon Fantastique 2014, où les visiteurs ont pu le découvrir. En raison de sa source d'inspiration et du type d'exploration qu'il propose, il rencontre un franc succès, et je dois avouer qu'il fait d'ailleurs partie des tirages que j'ai eu le plus de plaisir à mettre au point.

Si les onze cartes qui le composent peuvent paraître nombreuses à première vue et effrayer certains qui ne se sentent pas suffisamment aguerris pour se lancer dans la lecture de ce type de tirage, il est important de noter que celui-ci ne présente aucune difficulté particulière. Bien sûr, il faut veiller à rattacher chacune des cartes avec ce qu'elle symbolise au sein du tirage, mais une fois que l'on en a pris l'habitude, les difficultés du départ s'estompent rapidement. De plus, la structure du tirage permet de procéder par étapes, ce qui facilite grandement les choses !

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec n'importe quel support classique, mais en raison du thème qu'il exploite, il est particulièrement approprié de faire appel à des jeux qui mettent en avant le vaste univers des contes de fées ainsi que les traditions féeriques au sens plus large. Parmi ceux-ci, je recommande notamment le magnifique « Fairy Tale Tarot » (Lisa Hunt), le très subtil « Whimsical Tarot » (Dorothy Morrison et Mary Hanson-Roberts) ou tout jeu signé Paulina Cassidy, sans oublier bien sûr des oracles tels que le « Wild Wisdom of the Faery Oracle » (Selina Fenech et Lucy Cavendish), « Oracle of the Shapeshifters » (Lucy Cavendish et Jasmine Becket-Griffith), « Oracle of Shadows and Light » (Lucy Cavendish et Jasmine Becket-Griffith)... et bien d'autres encore !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 15 décembre 2014. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Le Puits aux Fées

Le Puits aux Fées

Tirage spécial Samhain/Halloween mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Ce tirage s'inspire de la légende écossaise de Tam Lin, dont l'épisode principal de passe lors de la nuit de Samhain/Halloween. L'histoire se passe à Carterhaugh en Écosse où Janet, la fille du seigneur des lieux tombe amoureuse de Tam Lin, un jeune homme mystérieux qu'elle rencontre dans le bois, près du Puits aux Fées. Au fil de leurs entrevues, il lui révèle que malgré les apparences, il n'appartient pas au peuple des Fées mais qu'il est en réalité un humain qui a été enlevé par la Reine des Fées, qui en a fait son esclave. Elle l'a notamment chargé de protéger le bois qui appartient à son peuple.

Le jeune homme apprend également à Janet que si elle l'aime, elle pourra le délivrer durant la nuit d'Halloween car c'est à ce moment-là que le Voile entre le monde des Fées et celui des humains est le plus fin, leur permettant de communiquer. Pour ce faire, il lui faudra revenir au Puits aux Fées et attendre la procession des Fées, dont son bien-aimé fera partie. Là, elle devra faire tomber Tam Lin de son cheval et ne pas le lâcher malgré toutes les transformations monstrueuses qu'il subira, dues aux enchantements de la Reine des Fées.

Le jour dit, Janet se rend au Puits aux Fées et fait exactement ce que le jeune homme lui a expliqué et parvient à résister à la peur suscitée par les multiples métamorphoses de Tam Lin, toutes plus terrifiantes les unes que les autres. Devant tant de ténacité, la Reine des Fées ne peut que se rendre à l'évidence : elle s'avoue vaincue, libère Tam Lin et le laisse partir avec Janet. Pour un récit plus détaillé de la légende, voir cet article.

Dans le tirage présenté ici, le consultant prend le rôle de Janet : comme elle, il a un idéal à atteindre, un souhait qui lui est très cher (dans le cas de la jeune fille, il se nomme Tam Lin). Or, pour voir un souhait se réaliser, il faut parfois passer par des moments difficiles, affronter certaines de ses plus grandes peurs, les dépasser... et se dépasser soi-même en allant au-delà de ce que l'on pensait être nos propres limites ! Grâce à ce tirage, ces transformations et ces peurs sont mises au premier plan pour aider le consultant à les anticiper et à s'y préparer. Ainsi, il est conscient des difficultés qui peuvent se dresser sur son chemin s'il entreprend de tout faire pour réaliser ce qu'il désire et peut se préparer à les affronter, et surtout à les dominer.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire huit cartes que l'on dispose comme suit :

Le Puits aux Fées

 

Lecture et interprétation
La première carte représente Janet dissimulée derrière le puits, à l'abri des regards. Elle attend la procession féerique. Par analogie, cette carte incarne le consultant et la manière dont il aborde sa situation. Elle peut montrer sa détermination à réaliser son projet, l'ampleur des moyens qu'il compte mettre en œuvre pour atteindre son objectif.

La deuxième carte est le puits derrière lequel se cache Janet en attendant les Fées. Dans ce tirage, le puits représente le vœu qu'a formulé le consultant, l'objectif qu'il souhaite atteindre. Il peut aussi être un reflet des motivations profondes qui l'animent, quelles qu'elles soient.

Les cartes 3, 4, 5, 6 et 7 sont la procession des Fées. La carte 3 montre au consultant les illusions auxquelles il devra faire face pour pouvoir atteindre son but. Les cartes 4, 5 et 6 sont les transformations monstrueuses de Tam Lin, c'est-à-dire ici les obstacles auxquels le consultant sera confronté, mais aussi ce qui pourrait l'effrayer au point de le dissuader de réaliser son souhait et d'atteindre son but. La carte 7 représente la Reine des Fées, qui n'est autre que l'ennemi que le consultant devra vaincre pour se dépasser et résister aux difficultés. Cet ennemi est intérieur : c'est une chose, un sentiment, une impression, une peur que le consultant porte en lui et qui, s'il la laisse prendre le dessus, l'empêchera de réaliser son souhait et réduira ses efforts à néant.

La carte 8 représente ce que Janet gagne à la fin de son combat contre les multiples transformations monstrueuses subies par Tam Lin, c'est-à-dire... Tam Lin lui-même ! De la même manière que la carte 8 est donc Tam Lin, elle est pour le consultant l'objectif qu'il atteindra, le résultat de ses démarches. Si dans la légende Janet gagne en montrant à la Reine des Fées qu'elle est prête à tout endurer et à faire preuve d'un courage sans borne, ce tirage prend en compte le fait que le résultat de toute entreprise dépend bien entendu des efforts fournis par le consultant et de ce qu'il mettra en œuvre pour que ses efforts soient couronnés de succès. Par ailleurs, il arrive parfois que malheureusement, quelles que soient les chances que l'on met de son côté, il nous soit impossible de faire tourner une situation en notre faveur. Cette éventualité est également couverte par cette carte.

 

Remarques
Ce tirage a été créé par mes soins à l'occasion du Salon Fantastique 2014, qui tombait en même temps que Samhain. Il m'a donc semblé évident d'associer mon sabbat préféré avec l'atmosphère féerique dans laquelle je m'apprêtais à me plonger ! C'est tout naturellement que parmi les légendes qui mettent en scène des fées en cette période, celle de Tam Lin s'est imposée à mon esprit. À partir de là, les différentes parties qui structurent ce tirage se sont mises en place d'elles-mêmes !

Au niveau de l'interprétation, ce tirage ne présente pas de difficulté particulière, si ce n'est sans doute dans la lecture des cartes qui composent la procession, puisque celles-ci doivent absolument être lues de manière à faire ressortir les épreuves qu'elles peuvent exprimer. Or, ceci peut s'avérer délicat selon les cartes sorties ! Voilà un très bon exercice pour approfondir sa connaissance des cartes et apprendre à considérer d'autres aspects que ceux auxquels on est habitué !

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué dans problème avec n'importe quel support, mais sélectionner des jeux en relation avec l'univers d'Halloween, de Samhain et/ou des Fées lui apportera une touche toute particulière. Je recommande notamment le « Halloween Tarot » (Kipling West et Karin Lee), « Oracle of the Shapeshifters » (Lucy Cavendish et Jasmine Becket-Griffith), « The Stolen Child Tarot » (Monica Knighton), le « Wild Wisdom of the Faery Oracle » (Selina Fenech)... et bien d'autres encore ! « Madame Endora's Fortune Cards » sont également parfaites en raison de leur connexion à différents univers mythologiques et de la présence de fées qui sont très proches de celles décrites par les légendes anciennes.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 11 décembre 2014. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Dans l'Oeil du Dragon

Dans l'Œil du Dragon

Tirage mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Voici le premier des deux tirages créés spécialement pour le Salon Fantastique 2013. Celui-ci a été en grande partie inspiré par le magnifique dragon qui figure sur l'affiche réalisée par Mathieu Coudray. C'est grâce à l'image de cette créature mythologique réputée pour sa grande intelligence et sa finesse d'esprit – ainsi que pour son amour immodéré des richesses et des trésors ! – que l'idée de ce tirage introspectif m'est venue.

 

Imaginez...
Après avoir parcouru une longue route sur des chemins escarpés, vous trouvez une grotte spacieuse et décidez de vous y arrêter pour la nuit. Vous y entrez et, stupeur, vous vous apercevez que la grotte en question est déjà habitée ! Bien que vous n'ayez fait aucun bruit en pénétrant dans sa demeure, celui-ci se réveille et, du haut de sa montagne d'or et de richesse, s'adresse à vous, demandant pour quelles raisons vous venez troubler son repos. Intimidé, vous répondez simplement que vous ignoriez que l'endroit était occupé, sans quoi vous ne vous y seriez pas arrêté. Bien que terrifié par l'imposante créature qui se penche sur vous, vous restez comme pétrifié de stupeur devant tant de majesté.

Pourtant, vous ne voyez dans l'œil du dragon aucune agressivité, mais plutôt une certaine tendresse et de la bienveillance. En effet, celui-ci vous scrute d'un regard perçant qui plonge dans les profondeurs de votre être et qui semble y voir bien plus que vous ne pourriez y soupçonner. Avec la grande sagesse qui le caractérise, l'animal vous explique qu'en l'espace d'un instant il a réussi à voir ce que vous êtes au plus profond de vous-même, marqué par les accidents de parcours, les joies et les difficultés qui ont jonché la route qui vous a mené jusqu'à lui. Pour lui, vous êtes un trésor tout aussi précieux que les joyaux, pièces d'or et artefacts qui forment son monticule de richesses. Aussi, il vous propose de vous aider à continuer votre route fort d'une meilleure connaissance de vous-même, afin que vous ayez conscience des ressources qui sommeillent en vous. C'est ainsi qu'en se penchant encore plus vers vous, il vous révèle de quelle manière son œil vous perçoit.

 

Objet
Exploration de soi. Sans question, ce tirage prend une valeur de tirage général. Effectué avec une question, il permet au consultant de cerner tous les tenants et aboutissants d'une situation donnée en cas d'hésitation.

 

Procédure
Après avoir mélangé et coupé le jeu, tirer dix cartes que l'on dispose comme suit:

Dans l'Oeil du Dragon

 

Lecture et interprétation
Visuellement, ce tirage en forme de pyramide représente l'amas de richesses sur lequel veille le dragon. Or, ce trésor est aussi le consultant puisqu'aux yeux de la créature, celui-ci est lui-même un véritable trésor. Plus on s'élève dans les niveaux de cette pyramide, plus on se dirige vers les ouvertures qui se présentent au consultant. Les cartes se lisent comme suit :

La lame 1 est le Signifiant. Elle représente le consultant tel qu'il se présente au dragon.

La lame 2 montre les forces qui consultant.

La lame 3 reflète ses faiblesses.

La lame 4 met au jour ses talents cachés, les forces qui sommeillent en lui et dont il n'a pas conscience.

La lame 5 montre d'où il vient, c'est-à-dire le chemin qui l'a mené jusqu'au dragon. Il s'agit d'une expérience marquante qui appartient au passé mais qui influence encore la vie du consultant.

La lame 6 indique où il va, c'est-à-dire le chemin qu'il prendra pour s'éloigner du dragon lorsqu'il sortira de sa tanière. Il s'agit souvent des conséquences de la situation présente. Si celle-ci est très influencée par ce que l'on a observé dans le passé, alors la sixième carte montre les conséquences de cet événement.

La lame 7 représente les doutes et les espoirs du consultant. Il peut s'agir de ce que l'on attend comme d'espoirs irréalistes et irréalisables ainsi que de doutes rationnels (raisonnés) ou non.

La lame 8 est le trésor que le consultant prend au dragon. En effet, le dragon décide d'offrir au consultant un joyau parmi ceux qu'il a amassés afin de l'aider à « bien s'armer » pour reprendre sa route. La carte 8 est souvent une sorte de leçon que tire le consultant de son entretien avec le dragon. Celle-ci le renforce.

La lame 9 est le trésor que le consultant laisse au dragon, par principe d'échange. Il s'agit d'une chose dont il se soulage, d'un fardeau qu'il dépose. On peut y voir une attitude que l'on abandonne ou que l'on apprend à modérer, un événement dont on fait le deuil, etc.

La lame 10, enfin, montre au consultant la voie à suivre pour continuer sa route sereinement. Il peut s'agir d'un conseil, d'une attitude que le consultant peut mettre à profit pour utiliser toutes ses qualités à bon escient.

 

Remarques
Ce tirage est un très bon moyen pour tester ses forces et ses faiblesses, que ce soit en général ou par rapport à une situation donnée. Il peut donc être effectué avec ou sans question. Dans le cas où l'on ne pose pas de question, il renseigne sur qui on est au moment où l'on fait le tirage. Il procure ainsi de précieuses indications sur les aspects que l'on peut chercher à développer et sur ceux sur lesquels on peut travailler afin d'exploiter au mieux les capacités qui sont en nous. Dans le cas où le tirage est effectué avec une question, il faut veiller à ce que celle-ci vise à cerner une situation face à laquelle on a besoin d'évaluer nos propres potentiels afin d'en tirer le meilleur. Il suffit alors au moment où l'on tire les cartes de se concentrer sur la situation à examiner.

Lors de l'analyse du tirage, il est intéressant de mettre en relation les lames qui peuvent se faire écho car celles-ci apportent des éléments supplémentaires en affinant ce qu'elles mettent en valeur à titre individuel. L'interprétation n'en sera que plus complète !

 

Outils à privilégier
Compte tenu de la thématique de ce tirage, il est recommandé d'utiliser des supports exploitant la figure du dragon, comme par exemple le « Celtic Dragon Tarot » de Lisa Hunt (que vous avez pu admirer au Salon Fantastique), le « Dragon Tarot » de Terry Donaldson et Peter Pracownik ou le « Tarot des Dragons » des éditions Lo Scarabeo. Bien sûr, les tarots et oracles qui explorent d'autres univers et esthétiques sont également tout à fait recevables. À ce titre, je recommande en particulier « Madame Endora's Fortune Cards », qui sont un excellent outil pour tout ce qui relève de l'exploration de soi.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 10 novembre 2013. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)