Deux jeux pour un tirage

Article rédigé par mes soins. Reproduction interdite.

 

Voici deux techniques qui vont sûrement éveiller les curiosités.

Dans certains cas, il est intéressant d'utiliser plusieurs jeux (généralement deux) dans le même tirage. Ceci permet de combiner les approches et les perspectives tout en révélant des précisions très utiles. N'hésitez pas à les tester et à dire ce que vous en pensez !

 

Deux jeux, à des positions différentes au sein du tirage
Tous les jeux ne mettent pas l'accent sur les mêmes aspects : certains sont particulièrement bien adaptés pour le domaine matériel tandis que d'autres le sont pour les domaines spirituels ou émotionnels. D'autres jeux encore combinent tous les aspects, mais il est parfois utile de faire appel à une facette plutôt qu'à une autre.

L'avantage de cette méthode est que l'on peut créer des tirages d'apparence complexe, mais qui se révèlent faciles à interpréter. Ceci implique bien sûr de déjà bien connaître les deux jeux que l'on souhaite utiliser afin de pouvoir en tirer le meilleur. Ainsi, lorsqu'on construit son tirage, on veille à attribuer à chaque jeu les positions adéquates. Pour des illustrations de cette méthode, vous pouvez regarder les tirages que j'ai créés pour des occasions particulières (en fonction des questions posées par des consultants), notamment celui sevrant à obtenir un conseil sur l'orientation professionnelle.

 

Deux jeux, dont le second couvre le premier
On peut aussi effectuer un tirage avec un premier jeu et le couvrir avec un autre. Cette méthode est souvent surprenante par la justesse des résultats qu'elle donne, car non seulement elle permet d'obtenir de précieuses précisions, mais elle montre aussi la complémentarité entre les jeux et la façon dont le second vient en quelque sorte rééquilibrer le tirage en nuançant l'ensemble.

Lorsqu'on utilise cette méthode, il faut veiller à plusieurs choses lors de l'interprétation. Tout d'abord, on regarde (rapidement) la première « couche » de cartes tirées et l'on se fait une idée de l'ambiance générale. Ensuite, on considère (rapidement toujours) la deuxième « couche » pour en cerner les points principaux. Il arrive très souvent que les deux « couches » racontent la « même histoire » et ce dès le premier coup d'œil. Il arrive aussi qu'elles racontent la « même histoire » à des niveaux différents. Les corrélations entre les lames sont alors moins évidentes à distinguer, et certaines associations peuvent même paraître contradictoires.

C'est pourquoi l'interprétation proprement dite se fait de façon minutieuse en combinant les observations générales et l'analyse de chaque paire et de la manière dont elles s'enchaînent dans le tirage, de la même façon qu'une carte ne s'interprète jamais seule et doit être mise en perspective avec l'ensemble du tirage. Les paires se lisent exactement comme tout tirage couvert, c'est-à-dire que la première lame annonce toujours l'élément principal tandis que la seconde le qualifie ou le précise.

 

Quelles sont les associations de jeux les plus pertinentes ?
Pour tirer le meilleur de cette méthode, il convient de veiller à utiliser des jeux « compatibles ». En règle générale, il est particulièrement indiqué d'opter pour un tarot que l'on couvre avec un oracle. En effet, combiner deux oracles serait redondant et pourrait même donner des informations contradictoires. En revanche, un tarot couvert d'un oracle sera bien plus révélateur dans le sens où ces deux types de jeux sont différents et s'adressent donc à l'interprète sur deux plans différents. Le tarot de Marseille et le Rider-Waite Smith sont tout aussi appropriés l'un que l'autre. Avec le tarot de Marseille, on privilégiera l'usage des arcanes majeurs tandis qu'avec le Waite on mélangera les majeurs et les mineurs.

Deux oracles sont particulièrement bien adaptés à ce genre de méthode et sont donc compatibles avec le tarot : l'Oracle Belline et la Triade. Ceux-ci portent des symboles dont l'interprétation se décline en fonction du contexte, et bien que les lames portent un titre permettant de guider l'interprète, elles ne donnent pas de phrase-message qui limiterait considérablement le champ de lecture dans ce contexte précis. L'Oracle Gé est aussi compatible avec cette méthode.

Les associations entre le tarot et « Madame Endora's Fortune Cards » sont également possibles, malgré la phrase-message que l'on peut lire sur les cartes. En effet, cet oracle présente plusieurs qualités qui permettent des usages très variés, dont celui-ci. Même si les lames comportent des phrases-messages, celles-ci ne sont pas réductrices et combinées aux figures et symboles qui y sont dépeints, elles permettent d'élargir le champ d'interprétation. Ceci est aussi dû à la structure particulière de l'oracle qui, très précise, équivaut à une représentation équilibrée du Monde, ce qui est déjà le cas avec le Belline et la Triade. « Madame Endora's Fortune Cards » peuvent donc elles aussi couvrir des tirages effectués avec le tarot.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 03 octobre 2012. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

pratique technique oracles tarots

Ajouter un commentaire