Consultations à distance: pourquoi je préfère l'écrit

Article rédigé par mes soins. Reproduction interdite.

 

On me demande souvent pourquoi j'effectue mes consultations à distance par email alors que d'autres procèdent par téléphone, Skype ou par d'autres biais. « Ta façon de faire représente une somme de travail importante ! », me dit-on, ou encore « Rédiger une dizaine de pages ou plus doit de prendre beaucoup de temps ! ». Effectivement, les consultations à distance telles que je les pratique requièrent une grande implication de ma part tant en termes de temps que de rigueur dans l'analyse, mais je n'envisage pas de procéder autrement. Le fait que j'aime écrire n'est un secret pour personne (ce blog et mon site en sont les preuves !), mais ce n'est pas la seule motivation que je trouve à travailler ainsi.

Lorsque j'ai créé mon entreprise, l'un des points les plus importants de sa mise en place était, outre les considérations légales et administratives, de bien définir les services que je comptais proposer. Sont ressorties les questions des tarifs à fixer, bien sûr, mais pas uniquement : que proposer et surtout, comment ? Si pour les consultations en face à face les structures, tarifs et aspects pratiques se sont imposés assez rapidement et plutôt facilement, décider de la forme à donner aux consultations à distance s'est avéré plus ardu. Il me fallait bien sûr trouver une formule qui convienne à la fois à mes méthodes de travail et aux consultants qui allaient recevoir ces consultations. Après avoir considéré les choses sous plusieurs angles et m'être projetée des deux côtés (celui de la professionnelle et celui du consultant), je me suis tournée vers l'écrit comme unique support. Voici pourquoi.

 

Le choix du support : téléphone, Skype, ou email ?
Même si j'avais déjà mon idée avant de finaliser la mise en place des consultations à distance, la prudence m'a poussée à considérer tout de même tous les supports qui m'offraient la possibilité de travailler sans avoir le consultant en face de moi. Le téléphone, Skype, l'email : quelle serait la meilleure option ?

En réfléchissant, la première option que j'ai éliminée est le téléphone. Il est vrai que parler à quelqu'un que je ne vois pas me met fort mal à l'aise, mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle je n'ai pas retenu ce mode de communication. Il présente en effet quelques désavantages qui peuvent nuire grandement à la clarté et à l'analyse souvent poussée qu'il est nécessaire de construire en consultation. L'un des inconvénients que l'on rencontre au téléphone est d'être souvent interrompu par l'interlocuteur qui, ne nous voyant pas et n'ayant donc aucun moyen de savoir si l'on a fini de parler ou si l'on fait une simple pause (pour réfléchir, reprendre sa respiration, etc.), pense qu'il peut intervenir... et donc couper l'élan du raisonnement. Une fois interrompu dans la démonstration que l'on était en train de construire, difficile – voire impossible – d'en reprendre le fil exact et de se reconcentrer sur les mêmes points pour les aborder sous le même angle qu'avant.

Par ailleurs, les échanges téléphoniques sont sujets à des aléas techniques et pratiques. Côté technique, il peut arriver que la communication passe mal ou que le téléphone de l'une ou l'autre ne lui permette pas d'entendre la voix de son interlocuteur bien distinctement. Ceci gâche à coup sûr la consultation, car on finit par se concentrer davantage sur ces problèmes, ce qui conduit inévitablement à faire passer la consultation au second plan. L'échange en devient rapidement désagréable, à la fois pour l'interprète et pour le consultant. De la même manière, devoir répéter plusieurs fois ce que l'on dit pour se faire comprendre peut rapidement devenir laborieux pour le cartomancien qui a besoin de progresser dans son interprétation. Le consultant voit quant à lui son stress augmenter de peur de passer à côté d'une information importante. Au bout du compte, ni l'un ni l'autre ne passent un agréable moment. Côté pratique, il est très souvent difficile (mais pas impossible) de pouvoir être certain, pour le consultant comme pour l'interprète, d'être disponible en même temps et de pouvoir s'assurer de se trouver dans un endroit calme où l'on ne sera pas perturbé.

Poursuivant donc la quête du modèle de consultation à distance qui me conviendrait le mieux, je me suis penchée sur les possibilités offertes par Skype. Si cette option éliminait certains des désavantages que je trouvais à l'échange téléphonique, elle en posait d'autres qui me gênaient. Certes, ce dispositif permet de voir la personne à qui l'on parle, cela n'en fait pas pour autant un outil plus approprié à mon sens. En effet, les connexions Internet peuvent parfois ne pas être d'une qualité irréprochable, et ce pour de multiples raisons. De plus, comme avec le téléphone, il peut se révéler peu aisé de trouver un moment où les deux interlocuteurs sont disponibles en même temps... et certains de ne pas être dérangés pendant toute la durée de la consultation ! Autre point qui m'a paru important : le respect de la vie privée. Comme on le sait, la discrétion à laquelle je suis tenue me fait garantir aux personnes qui viennent vers moi la non divulgation d'informations personnelles et le respect de leur vie privée. Si je protège la leur, je trouve tout à fait normal de protéger la mienne également. Aussi, n'ayant pas envie que quelques images d'une webcam, même avec un champ très réduit, permettent à tout un chacun d'avoir un aperçu si vague soit-il de mon environnement personnel, il m'est apparu comme évident que ce mode de communication ne serait pas celui avec lequel je pourrais travailler au mieux. Sans compter que j'apprécie grandement ma tranquillité lorsque j'effectue les tirages ! 

L'écrit était la dernière option qu'il me fallait examiner. J'ai très rapidement éliminé la discussion instantanée, beaucoup trop sujette aux incompréhensions entre les interlocuteurs. De plus, elle présentait les mêmes inconvénients que ceux déjà évoqués à propos du téléphone et de Skype, à savoir une qualité de connexion parfois hasardeuse et la difficulté à être disponible en même temps et à se trouver dans une atmosphère propice à la consultation.

Restait alors l'email. Cette solution éliminait d'emblée les soucis de disponibilité et d'environnement puisqu'en la choisissant je ferais les tirages et en rédigerais les interprétations de mon côté avant de communiquer mes analyses et conclusions à mes consultants. Bien sûr, la forme même que prendrait alors la consultation ne me permettrait pas d'effectuer le travail instantanément, mais m'obligerait au contraire à imposer un délai de quelques jours aux consultants qui feraient appel à ce type de service. Bien qu'inquiète par rapport à ce qui me semblait être un inconvénient, je me suis aperçue en les mettant dans la balance que les avantages de cette méthode pesaient bien plus lourd et me mèneraient à faire un bien meilleur travail de cette manière qu'en appliquant les autres possibilités examinées.

 

Les avantages de l'écrit
En optant pour cette solution, j'avais pleinement conscience que ce mode de consultation à distance représenterait un travail long et minutieux à chaque fois. Pourtant, je n'y ai pas renoncé car j'y trouvais des avantages que ne présentaient pas les autres options. En effet, cette forme d'écrit permettrait aux deux partis (le consultant et moi-même) d'accéder à ce qu'une consultation à distance peut offrir de mieux.

Tout d'abord, l'email nécessite une méthode rigoureuse, que ce soit dans l'analyse comme dans la manière d'exprimer les idées. L'analyse minutieuse est certes le point central de la consultation à distance et celle-ci requiert toute l'attention de l'interprète, mais il est indispensable qu'elle soit servie par une rédaction adaptée. Il est donc nécessaire de s'en tenir à une démarche structurée dont la rigueur et la logique doivent se refléter dans la progression du discours écrit.

Ainsi, l'écrit aide à mettre en valeur des aspects qui pourraient être négligés à l'oral, tels que les remarques préliminaires qui permettent d'avoir un premier aperçu de l'atmosphère générale dans laquelle évolue le consultant ou se déroule la situation évoquée. Ici, le risque de se disperser pour l'interprète est mince, car l'on est contraint à rester concentré sur les cartes en elles-mêmes et sur les dynamiques qu'elles reflètent. Bien sûr, nul n'est à l'abri de passer à côté d'un point important, mais en suivant une telle méthode, on minimise tout de même grandement cette éventualité car on prend le temps d'observer très attentivement les relations entre les différentes cartes ainsi que les détails qui auraient pu nous échapper autrement.

Dans l'ensemble, procéder par email permet de choisir les mots les plus justes possibles pour relater la situation du consultant, ce qui constitue un grand avantage par rapport aux autres méthodes évoquées. De la même manière, l'écrit étant un support fixe, il est ainsi possible pour le consultant de lire et de relire sa consultation afin de s'assurer qu'il en a bien saisi la teneur... sans en déformer le contenu ! Voilà qui est impossible dans le cadre d'une consultation orale, à moins bien sûr de l'enregistrer. Avec l'email, le consultant peut se référer à sa consultation aussi souvent qu'il le souhaite, et même la parcourir rapidement pour aller chercher directement l'information dont il a besoin.

Enfin, et c'est aussi un point très important, procéder par écrit apaise nécessairement le ton et les émotions impliqués dans une consultation. Le ton neutre et factuel de l'écrit, s'il n'exclut pas (loin de là !) de décrire ce que ressent le consultant avec empathie et précision, met une distance entre les événements dépeints et les personnes concernées. Ceci amène le consultant à prendre du recul par rapport à sa situation et à l'envisager sous plusieurs angles différents. Ainsi, il est disposé à voir et à considérer les solutions et les possibilités d'action qui sont mises en lumière dans la consultation. Il peut alors les aborder posément, en faisant appel à son bon sens et à sa raison.

 

Certes, ce type de consultation à distance ne compense pas totalement l'absence d'échange direct entre le consultant et l'interprète. Pourtant, avec l'expérience, je me suis rendu compte que la consultation par email est bien plus constructive pour les personnes qui en bénéficient que les autres méthodes. L'interprète prend le temps de bien construire son analyse et de la formuler de manière précise tandis que le consultant, lorsqu'il la reçoit, peut la relire à sa guise et prendre le temps d'intégrer les informations qu'elle contient. Cela fait, il peut alors demander des éclaircissements, des précisions par rapport au contenu de la consultation. Il sera alors beaucoup plus précis dans ses demandes et celles-ci seront davantage ciblées – et donc bien plus utiles – que des questions formulées à brûle-pourpoint dans l'élan d'une discussion.

Si passer par l'écrit me permet de rester en constante évolution et de progresser sans cesse dans l'approche de mes supports divinatoires, le consultant s'en trouve avantagé au sens où il a à sa disposition un document qui détaille les différents aspects de sa situation et qui l'aide à voir et à mettre en place des solutions adaptées. Dans ce document, chaque mot est soigneusement choisi, pesé et étudié pour exprimer les diverses notions le plus précisément possible afin que le consultant puisse tirer en profit au maximum.

Il est vrai que cette méthode nécessite de nombreuses heures de travail, d'autant que le document envoyé compte généralement une dizaine ou une vingtaine de pages. Le fait que j'aime écrire n'enlève rien à l'ampleur de la tâche ni à la minutie que j'y apporte. Je ne compte pas le temps que j'y passe car l'important est d'apporter des réponses aussi précises que possible aux demandes de mes consultants.

J'ai souhaité mettre en avant ici la méthode qui me convient le mieux, et qui est également celle qui convient le mieux à ceux et celles qui me consultent. Bien sûr, celle-ci ne constitue en rien un absolu. Il revient à tout un chacun de trouver le mode de fonctionnement qui lui sied et qui correspond le mieux à sa personnalité et à ses affinités !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 13 mai 2015. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

cartomancie professionnelle consultations à distance

Ajouter un commentaire