Cartomancie

Les Surprises du Lapin

Les Surprises du Lapin

Tirage spécial Ostara mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
L'un des principaux symboles d'Ostara est le lapin qui, comme on le sait, est communément associé à l'idée de la vigueur et de la fertilité. On pensera notamment au Lapin de Pâques, qui apporte les œufs en chocolats aux (petits et grands) enfants et qui n'est autre qu'une allusion aux célébrations de l'équinoxe de printemps, au cours desquelles on faisait honneur au réveil de la Nature après la longue période de sommeil hivernal.

J'ai souhaité concevoir ici un tirage ludique en forme de tête de lapin, afin de capturer toute la légèreté qu'apporte Ostara, mais aussi pour mettre en évidence la façon dont le consultant peut saisir des opportunités qui donneront une nouvelle impulsion à sa vie. Ces opportunités sont ici les surprises qu'apporte le lapin au consultant, lequel pourra alors décider de ce qu'il a envie d'en faire.

 

Objectif
Ce tirage propose d'identifier deux projets que le consultant pourra mener à bien grâce aux dynamiques apportées par Ostara. On commence par faire un point sur l'état d'esprit du consultant et la situation globale dans laquelle il se trouve, puis on examine les deux grandes opportunités qui se présentent à lui ainsi que les stratégies qui pourraient mener à leur réalisation.

 

Le tirage
Après avoir coupé et mélangé le jeu, on tire treize cartes que l'on dispose comme suit :

Les Surprises du Lapin

 

Lecture et interprétation
Ce tirage se présente en plusieurs étapes qui correspondent chacune à une partie de la tête du lapin, des yeux, par lesquels on commence l'exploration, aux oreilles, qui la terminent.

Les cartes 1 et 2 sont les yeux du lapin. Elles montrent ce que voit le consultant autour de lui, la manière dont il envisage son environnement et ses possibilités.

La carte 3 est le nez. Elle indique l'instinct que le consultant serait tenté de suivre.

Les cartes 4 et 5 représentent les dents. Elles mettent en évidence les difficultés que rencontre le consultant au moment du tirage.

Les cartes 6 et 7 sont les joues. Ce sont les réserves dans lesquelles le consultant peut aller puiser pour affronter les difficultés qui se mettent sur son chemin.

Les cartes 8, 9 et 10 forment la première oreille. Celle-ci dépeint la première surprise apportée par le lapin. Elle montre donc comment le consultant peut s'y prendre pour tirer le meilleur parti de l'opportunité lui est offerte. Ainsi, la carte 8 qualifie le projet qui se présente au consultant. La carte 9 montre le chemin qu'il est conseillé au consultant de privilégier pour connaître le succès dans son entreprise. La carte 10 émet quant à elle une mise en garde et pointe vers une chose à laquelle il faudra que le consultant reste constamment vigilant s'il veut réussir son projet.

Les cartes 11, 12 et 13 sont la seconde oreille. Celle-ci présente la seconde surprise que le lapin apporte au consultant. Il s'agit là aussi d'une opportunité dans laquelle le consultant peut se réaliser s'il est attentif aux conseils et mises en garde prodigués par les cartes. La structure de cette oreille est similaire à celle de la précédente : la carte 11 définit le projet, la carte 12 montre le chemin à suivre et émet un conseil, et la carte 13 est une mise en garde à laquelle le consultant devra rester attentif.

 

Remarques
« Les surprises du lapin » est un tirage plutôt facile à effectuer car il constitué de plusieurs parties bien distinctes. Si, les différents groupes de cartes ne sont pas indépendants les uns des autres car ils forment un ensemble cohérent, la lecture est quant à elle fractionnée, ce qui donne à l'interprète une impression de simplicité.

La plus grande difficulté réside en la lecture des cartes en relation avec les positions qu'elles occupent. En effet, il est indispensable de veiller à interpréter chaque carte en fonction de ce qu'indique sa position. Pour cela, il est essentiel de bien connaître le jeu que l'on utilise car il faut être capable d'interpréter les cartes dans n'importe quel contexte. Voilà qui permettra à chacun de faire preuve de finesse et de découvrir des aspects de ses jeux qu'il n'avait pas vu jusqu'à présent !

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut se faire avec un tarot ou un oracle. Au niveau des thématiques, on privilégiera bien sûr les jeux à connotation néo-païenne ou ceux déployant une symbolique qui s'accorde avec celle du printemps. Les supports mettant en scène des animaux sont également parfaitement indiqués !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 17 mars 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

De la Graine au Fruit

De la Graine au Fruit

Tirage spécial Ostara mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Ostara est le moment où la nature s'éveille et redevient fertile. Cette période est donc propice au passage à l'action et à la mise en marche des processus qui permettront de concrétiser les projets. C'est le moment de planter les graines dont on prendra soin afin qu'elles grandissent et s'épanouissent pour donner de vigoureuses plantes aux fleurs colorées et aux fruits juteux.

De la même façon que l'on s'occupe avec la plus grande attention des graines que l'on plante, un projet a besoin d'être nourri minutieusement si l'on souhaite qu'il aboutisse. En établissant un parallèle entre la graine et le projet du consultant, ce tirage aide à anticiper les différentes phases de développement du projet et à voir que quelle manière on va pouvoir le façonner pour le rendre viable et porteur de succès.

 

Objectif
Aider le consultant à établir sa stratégie pour concrétiser un projet qui lui tient à cœur. Les différentes étapes du développement et de la mise en place du projet sont détaillées, de l'idée de départ à l'aboutissement des efforts du consultant.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire onze cartes que l'on dispose comme suit :

De la Graine au Fruit

 

Lecture et interprétation
Ce tirage est composé de deux parties principales : les lames 1 à 7 illustrent les différentes étapes de la croissance d'une graine, à partir du moment où elle est plantée jusqu'à ce que l'on récolte le fruit de la plante qui aura grandi et se sera épanouie ; les lames 8 à 11 représentent quant à elles la manière dont on prendra soin de la graine puis de la jeune plante d'une part, et les accidents de parcours, les maladresses et les imprévus qui peuvent mettre en danger le développement de la graine d'autre part.

Première partie : le développement de la graine
Lame 1 : la graine que l'on plante. C'est l'idée de départ, celle qui naît dans l'esprit du consultant et qu'il aimerait concrétiser. À ce stade, l'idée est brute, c'est-à-dire qu'elle n'a pas encore été confrontée au monde concret puisqu'elle n'a de réalité que dans l'esprit du consultant.

Lame 2 : la phase de germination souterraine. Cette lame représente la première étape de la croissance de la graine, c'est-à-dire celle au cours de laquelle la graine germe sans pour autant sortir de terre. Au cours de cette phase, le projet du consultant commence à prendre forme, toujours dans son esprit. Il commence à envisager les différentes étapes qui mèneront à la réalisation de ce projet et à les considérer de manière concrète. Cette lame montre donc la façon dont il pense s'y prendre pour mener son projet à bien.

Lame 3 : la pousse sort de terre. De la même manière que c'est à ce moment que la toute jeune pousse craquèle la terre et voit la lumière pour la première fois, cette lame décrit la première étape de la concrétisation du projet du consultant. En d'autres termes, elle représente le premier pas que fait le consultant pour se mettre en marche vers la réalisation de son projet, sa première action vers celle-ci.

Lame 4 : la plante commence à se former. Une fois la plante sortie de terre, il lui faut prendre forme avant de pouvoir grandir et se consolider. C'est ce que fait aussi le projet du consultant, qui en est à sa première phase de confrontation avec la réalité. Le consultant l'adapte et le façonne donc en fonction de ce qu'il lui est possible de faire compte tenu du contexte dans lequel il se trouve.

Lame 5 : la plante gagne en hauteur. Lorsqu'elle commence à se développer, la plante acquiert d'abord de la hauteur. Cette lame illustre la première phase de développement du projet, au cours de laquelle on en construit les structures et où l'on met en application ses idées dans le but de bâtir les bases de départ qui lui permettront ensuite d'évoluer.

Lame 6 : la plante gagne en force. Une fois qu'elle a pris en hauteur, la plante peut se consolider et gagner en force. Elle s'épaissit et devient plus vigoureuse. Cette lame montre de quelle manière le consultant consolide les structures de son projet et affine ses stratégies en vue d'atteindre le meilleur résultat possible. Elle symbolise la façon dont le projet s'affirme, s'ancre dans la réalité et s'étoffe.

Lame 7 : le fruit (ou la fleur) apparaît. L'apparition des fruits ou des fleurs est la dernière étape du développement de la plante. Il va sans dire que l'obtention d'un fruit ou d'une fleur est le signe du bon développement de la plante. Cela signifie que l'on en a pris grand soin et que l'on a fait tout ce qu'il fallait pour qu'elle puisse s'épanouir. On peut donc profiter des fruits ou des fleurs et savourer le résultat de son travail. Cette lame représente donc l'aboutissement des efforts du consultant par rapport au projet qu'il a mené. On y voit le résultat final, ce qu'il récolte et la satisfaction qu'il en tirera.

 

Deuxième partie : le soin et les intempéries
Lame 8 : l'arrosage. Pour que sa croissance se passe pour le mieux, une plante a besoin d'eau. Il faut donc l'arroser et en prendre soin en veillant à ce qu'elle ne manque jamais d'eau (sans la noyer non plus, cela va sans dire !). Cette lame montre de quelle manière le consultant prendra soin de son projet, comment il s'en occupera dans le but de lui permettre de se réaliser au mieux. La carte peut décrire soit l'attitude qu'il adoptera, soit un conseil qu'il pourra appliquer et qui l'aidera à mener son projet à bien.

Lame 9 : le soleil. Si l'on peut contrôler la quantité d'eau que reçoit une plante, il est en revanche bien plus difficile de maîtriser l'ensoleillement auquel elle est exposée. C'est pourquoi cette lame représente ce qui aidera naturellement à la réussite du projet du consultant. Il s'agit d'un élément ou d'une dynamique sur lesquels le consultant n'a aucune prise, aucun contrôle.

Lame 10 : les maladresses. Lorsqu'on entretient une graine et une jeune pousse, il arrive que l'on ne soit pas toujours très habile et que l'on s'y prenne parfois de la mauvaise manière ou que fasse preuve de maladresse. Ceci est vrai également lorsqu'on se lance dans la réalisation : on ne sait pas toujours comment faire, on tâtonne et l'on en arrive parfois à faire des erreurs. Si celles-ci sont courantes et sont le fruit de l'inexpérience, elles peuvent être anticipées et, très souvent, évitées. Cette lame évoque donc les maladresses que risque de commettre le consultant quant à la réalisation de son projet et le met en garde par rapport aux erreurs qu'il pourra éviter.

Lame 11 : les intempéries. Le mauvais temps peut endommager la plante et en retarder le bon développement sans que l'on puisse l'en préserver. Cette lame montre ce qui n'est pas du ressort du consultant et qui pourrait compromettre la réussite du projet auquel il travaille. Elle représente les aléas de la vie qui apporteront des difficultés inévitables. Voilà qui permet encore une fois d'anticiper et de se préparer au mieux à ce qui peut survenir afin d'adopter la bonne attitude !

 

Remarques
Il n'y a ici aucune difficulté particulière. Pour interpréter ce tirage, il suffit de suivre l'ordre dans lequel les cartes ont été tirées et de commencer par la première partie. On met ainsi en évidence la progression du projet, de la première idée que le consultant s'en fait jusqu'à sa réalisation. Les lames sont lues comme des conseils ou des mises en garde qui aideront le consultant à construire ce qu'il souhaite concrétiser.

Les lames situées au-dessus de celles représentant les phases de croissance symbolisent les aides et les obstacles qui peuvent intervenir dans le processus de réalisation. Les deux premières évoquent ce qui favorisera le succès tandis que les deux dernières illustrent ce qui pourrait le compromettre. Elles inciteront le consultant d'être particulièrement vigilant quant à certains aspects liés à la bonne conduite de ses desseins.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec un tarot ou un oracle. Compte tenu de la fête à laquelle il est rattaché, on privilégiera en particulier les jeux exploitant des thématiques proches du printemps, qui incitent à l'action ou qui illustrent les traditions néo-païennes.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 07 mars 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Le Manteau de Brighid

Le Manteau de Brighid

Read this article in English

Tirage spécial Imbolc/Candlemas mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Avec la Croix de Brighid, le Manteau de Brighid est l'un des principaux symboles d'Imbolc et fait partie intégrante des célébrations et des rituels liés à ce sabbat. Si la Croix de Brighid fait référence à la déesse irlandaise, le Manteau de Brighid évoque quant à lui Sainte Brighid (de Kildare), qui n'est autre qu'une forme christianisée de l'ancienne déesse.

Selon la légende, Sainte Brighid serait allée voir le roi de Leinster pour lui demander de l'autoriser à utiliser une parcelle de terre pour la construction d'une abbaye. Le roi, qui n'avait nullement envie de voir ce projet se concrétiser, lui aurait répondu qu'il lui accorderait la surface que pourrait couvrir son manteau. Bien sûr, lorsque Brighid étendit sa cape sur le sol, celle-ci s'agrandit et couvrit toute la surface nécessaire à la construction des fondations de l'édifice.

D'autres récits racontent qu'elle aurait aidé la Vierge Marie à accoucher à Bethlehem. À la naissance du Christ, elle aurait enveloppé le nouveau-né dans son manteau, qui aurait ainsi acquis un caractère sacré.

Certains contes évoquent aussi des épisodes où, trempée après un orage, elle étend sa cape sur un rayon de soleil afin de la faire sécher.

Tous ces éléments donnent donc à ce vêtement une valeur particulière. Ainsi, il est aujourd'hui encore entouré de croyances multiples, dont la plus répandue est que Sainte Brighid donne une partie de ses pouvoirs de guérison à tout morceau de tissu que l'on étend à Imbolc. La coutume veut que l'on étende à l'extérieur ou à l'intérieur de sa maison un tissu afin qu'elle puisse le bénir lors de son passage. Ce tissu est alors appelé Manteau de Brighid et est de nouveau étendu à chaque Imbolc afin d'être béni à chaque passage de la sainte. Il conserve ainsi ses pouvoirs de guérison, qui se renforcent année après année.

Le tirage présenté ici prend la forme de la cape de Sainte Brighid et évoque la protection et la guérison qu'elle apporte au consultant à Imbolc. Les différentes parties du tirage sont bien sûr inspirées des capacités et qualités de cette figure très singulière qui, bien qu'elle soit chrétienne, fait le lien entre l'ancienne et la « nouvelle » tradition.

 

Objectif
Ce tirage montre ce dans quoi Sainte Brighid enveloppe le consultant à Imbolc pour lui apporter la protection dont il a besoin et l'aider à guérir de ce qu'il doit laisser définitivement derrière lui.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire dix-huit cartes que l'on dispose comme suit :

Le Manteau de Brighid

 

Lecture et interprétation
Les cartes se lisent dans l'ordre où elles ont été tirées. On remarque que celles qui se trouvent aux extrémités de la première ligne sont penchées, afin de donner davantage de fluidité à la forme du vêtement qui est évoqué. Bien sûr, ceci leur confère des significations spéciales, qui s'intègrent à l'ensemble à mesure de la lecture.

La carte 1 met en avant les désirs du consultant et présente ce qu'il souhaite le plus voir se réaliser.

Les cartes 2, 3, 4 et 5 reflètent la situation présente du consultant. Elles montrent ce qui se passe autour de lui en général et expriment ses principales préoccupations.

La carte 6 met en relief ses peurs, ses craintes et ses angoisses par rapport à la situation évoquée par les cartes qui précèdent.

Les cartes 7, 8, 9, 10 et 11, situées au-dessus des précédentes, indiquent au consultant les choses dont il a besoin de guérir, celles pour lesquelles il a besoin de trouver un apaisement avant de pouvoir avancer sereinement. Ces cartes représentent ce dont Sainte Brighid l'aidera à se remettre, ce dont elle l'aidera à récupérer.

Les cartes 12, 13, 14 et 15 décrivent la nature de la protection qu'apporte Sainte Brighid au consultant face à l'ensemble de sa situation et dans sa démarche de guérison.

Les cartes 16, 17 et 18 montrent les forces et les qualités qui ont été offertes par Brighid au consultant lorsqu'elle s'est penchée au-dessus de son berceau lorsqu'il n'était encore qu'un nouveau-né. L'accent est mis sur celles qui seront d'une aide particulièrement précieuse pour faire face à la situation présente.

 

Remarques
Ce tirage ne présente pas de difficulté particulière. Les différentes parties qui le composent sont délimitées de façon à ce qu'il y ait peu de cartes à lire ensemble à chaque fois, facilitant ainsi la tâche à ceux qui n'ont pas l'habitude d'effectuer des tirages avec autant de cartes.

Pour chaque partie, les cartes peuvent se lire de deux manières : soit en les liant entre elles comme si elles racontaient une histoire (elles développent alors un aspect dans sa continuité ou un enchaînement d'événements), soit indépendamment (elles mettent alors en valeur différents aspects d'une ou plusieurs situations). La méthode de lecture la plus pertinente est à déterminer par l'interprète selon ce qui apparaît dans le tirage.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué aussi bien avec un tarot qu'avec un oracle. Bien sûr, on privilégiera en priorité les jeux qui illustrent les traditions néo-païennes et ceux qui exploitent des thématiques propres à Imbolc. Les jeux faisant référence à l'Irlande sont également parfaitement indiqués !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 02 février 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Croix de Brighid

La Croix de Brighid

Read this article in English.

Tirage spécial Imbolc/Candlemas mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Imbolc est la fête de la déesse irlandaise Brighid (aussi nommée Brigid, Brigit, Brigantia, etc.), qui est présentée comme la déesse de la poésie, de la forge et des savoir-faire, mais aussi de la guérison. Elle est également la déesse du feu : celui qu'elle porte et qu'elle protège est d'ailleurs celui de la créativité. Brighid est aussi la déesse de la fertilité, et l'on raconte qu'elle se penche au-dessus du berceau de chaque nouveau-né pour lui apporter santé et protection. Enfin, elle représente la sagesse, en particulier lorsque le moteur en est l'inspiration.

Pour Imbolc, ce tirage propose donc de travailler avec les énergies apportées par Brighid afin de voir ce qu'elles apportent au consultant. Pour ce faire, le symbole de la Croix de Brighid a été choisi pour donner sa forme au tirage. Cette croix, habituellement faite de paille, est traditionnellement fabriquée lors du sabbat et fait partie intégrante des célébrations. Elle permet d'inviter la déesse à apporter ses bénédictions et son énergie à ceux qui observent cette coutume. Ici, chacune des parties qui la compose est rattachée à l'un des aspects de la déesse, ce qui permet ainsi d'avoir un aperçu assez complet de ce qu'elle apporte au consultant à Imbolc.

 

Objectif
Avoir un aperçu de ce que Brighid apporte au consultant à Imbolc et de la manière dont elle l'aidera à évoluer et à réaliser ses projets et ses aspirations.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire vingt-et-une cartes que l'on dispose comme suit :

La Croix de Brighid

 

Lecture et interprétation
Ce tirage se compose de plusieurs parties : le nœud central de la croix et ses quatre branches. On commence donc par lire les neuf cartes se situant au centre, puis on continue avec les branches, qui représentent chacune l'un des principaux aspects de la déesse Brighid.

Première partie : le nœud central
Disposées sur trois lignes, les cartes 1 à 9 illustrent ce qui est offert au consultant par la déesse à Imbolc et sur quoi il peut donc s'appuyer. Ainsi, les cartes 1, 2 et 3 définissent le type d'énergie que lui apporte Brighid. Les cartes 4, 5 et 6 montrent le type de stabilité que Brighid l'aidera à trouver. Les cartes 7, 8 et 9 mettent quant à elles en évidence le type de protection que lui offrira la déesse et qui l'accompagnera dans le développement de ce qui apparaît dans les branches de la croix.

Deuxième partie : les branches de la croix
Les quatre branches de la croix représentent ce qui est en mouvement en le consultant et autour de lui, ce qui s'éveille en lui à Imbolc et l'anime. Bien sûr, les différents aspects mis en relief ici correspondent aux diverses facettes de Brighid.

La première branche — le feu de Brighid : cartes 10, 11 et 12. Ces cartes décrivent l'énergie créative qui anime le consultant, représentée par le feu de Brighid. En elles sont contenus les potentiels de réalisation du consultant et de ses projets.

La deuxième branche — la poésie et l'inspiration : cartes 13, 14 et 15. Ces cartes font référence à la poésie, art que gouverne la déesse, et à l'inspiration. Cette branche met en avant l'inspiration qui anime le consultant, mais aussi ses capacités à manier le langage, ses qualités d'élocution et son habileté à formuler ses intentions. Ces cartes montrent non seulement la nature de son inspiration, mais aussi de quelle façon il peut l'exprimer par le biais du langage afin de la matérialiser et ainsi lui donner vie.

La troisième branche — la sagesse : cartes 16, 17 et 18. Ces cartes mettent en avant la sagesse dont le consultant devra faire preuve, mais aussi celle que Brighid l'aide à acquérir. On peut également y lire ce qu'il apprendra au cours de son évolution et de la construction de ses projets.

La quatrième branche — la forge : cartes 19, 20 et 21. Les cartes présentes sur cette branche montrent la marche à suivre pour permettre aux aspirations du consultant de se concrétiser. On se trouve ici dans la forge et dans le domaine des savoir-faire ; c'est donc là que le consultant découvrira les outils qui l'aideront à façonner ses projets et à les amener ainsi à prendre vie.

 

Remarques
Bien qu'il comporte vingt-et-une cartes, ce tirage n'est pas particulièrement difficile à effectuer. Si l'on observe chacune des phases qui le composent, on s'aperçoit qu'il s'agit d'une succession de groupes de trois cartes. Le plus ardu est peut-être de mettre en évidence les connexions qui existent entre chaque partie, mais celles-ci se remarquent généralement naturellement.

Les cartes se lisent par groupes de trois, sans qu'aucune position spécifique ne leur soit attribuée. Elles peuvent donc être lues soit à la suite, comme si elles racontaient une histoire et montraient le déroulement d'une situation, soit individuellement, en tant que conseils ou mises en garde qui se succèdent. Elles mettront ainsi en relief les éléments auxquels le consultant devra être particulièrement attentif.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué aussi bien avec un tarot qu'avec un oracle. Cependant, compte tenu des références qui y sont développées, on pourra avoir une préférence pour les jeux qui explorent les univers celtiques, mais aussi pour ceux qui exploitent des symboles rattachés à Imbolc. Ainsi, les jeux à connotation néo-païenne sont particulièrement indiqués, de même que ceux qui mettent en scène des dragons, des phénix et autres créatures mythiques associées à ce sabbat. On pensera notamment au très beau « Celtic Dragon Tarot » de Lisa Hunt et D.J. Conway, qui rassemble les deux aspects qui viennent d'être cités.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 1er février 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Into the Labyrinth / Au Coeur du Labyrinthe

"Into the Labyrinth" / "Au Cœur du Labyrinthe"

Tirage hommage à David Bowie mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

LabyrinthIntroduction
Le tirage a été créé dans des circonstances quelque peu particulières puisqu'il est un hommage à David Bowie, décédé ce dimanche 10 janvier 2016. Comme tout un chacun ou presque, j'ai été très touchée par la triste nouvelle, qui m'a tout d'abord parue impossible avant de s'installer peu à peu dans une réalité tangible. Tandis que les hommages se multipliaient sur la toile et ailleurs, l'idée d'un tirage spécial qui serait un clin d'œil appuyé à l'artiste et à ses multiples facettes a peu à peu germé.

C'est naturellement que le film « Labyrinth » s'est imposé comme point de connexion entre les nombreux talents de celui qui a incarné avec brio Jareth, le Roi des Gobelins. De plus, ce film réunit des thèmes et ingrédients qui m'accompagnent au quotidien, mais aussi dans mes activités professionnelles : féerie, magie, musique, dépassement de soi, résolution d'énigmes, rencontres inattendues, etc.

L'élaboration du tirage s'est ensuite faite d'elle-même, grâce aux principaux éléments de l'histoire et à leur portée symbolique. Ainsi, il est possible de prolonger la magie du film en interrogeant les cartes sur la meilleure manière de réaliser son objectif, avec pourquoi pas en ambiance sonore la bande-originale !

 

Objectif
Aider le consultant à trouver la bonne manière de résoudre un problème ou une difficulté qui se pose à lui, mais aussi à anticiper le parcours qu'il aura à accomplir pour atteindre un but qu'il s'est fixé et qui lui tient particulièrement à cœur. Ce tirage montre ce qu'il devra mettre en œuvre pour parvenir à ses fins et réaliser son objectif.

 

Procédure
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire onze cartes que l'on dispose comme suit :

Into the Labyrinth / Au Coeur du Labyrinthe

 

Lecture et interprétation
Ce tirage est composé de trois parties principales. La première dépeint le consultant face à sa quête, la deuxième illustre son parcours à l'intérieur du Labyrinthe, et la troisième donne une ouverture sur l'aboutissement de la quête.

La construction de la quête
La carte 1 représente Sarah telle qu'elle est au début du film, c'est-à-dire avant que le bébé ne se fasse enlever par le Roi des Gobelins. La première carte dépeint donc le consultant tel qu'il est avant de s'engager dans les différentes étapes qui le mèneront (ou non) à la réalisation de son projet. Elle prend donc en compte son innocence et son inexpérience.

La carte 2 incarne Toby, le bébé que l'héroïne du conte doit retrouver et ramener avec elle. Cette carte met donc en évidence la raison qui pousse le consultant à s'engager dans sa quête. Elle est l'objectif que le consultant désire atteindre, l'accomplissement qu'il souhaite réaliser, ce pour quoi il est prêt à se dépasser et à relever tous les défis.

La carte 3 est le Roi des Gobelins, qui défie Sarah et lui soumet une série d'épreuves et d'énigmes dont elle doit triompher pour pouvoir réussir sa quête et récupérer Toby. De la même manière que Jareth se dresse entre Sarah et son but, cette carte se place en travers de la précédente, s'interposant entre le consultant et l'objectif qu'il poursuit. Elle représente ce qui va le défier et le pousser à se dépasser, ce qui le motivera et le mènera à aller puiser dans des ressources qu'il ne soupçonne pas en lui.

Le Labyrinthe
Les cartes 4 et 5 sont les Gobelins et créatures féeriques que rencontre Sarah dans le Labyrinthe. Certaines l'aideront dans sa quête tandis que d'autres la handicaperont et la ralentiront. Ainsi, la carte 4 représente les aides qui faciliteront la progression du consultant, tandis que la carte 5 incarne les difficultés et les oppositions auxquelles il devra faire face s'il souhaite atteindre le but qu'il s'est fixé.

Les cartes 6, 7 et 8 dépeignent les épreuves rencontrées par Sarah à l'intérieur du Labyrinthe et les énigmes qu'elle doit résoudre pour parvenir à retrouver Toby. De la même manière, ces trois cartes représentent les épreuves et les énigmes auxquelles le consultant sera confronté durant le parcours qui le mènera à la réalisation de son objectif.

L'aboutissement de la quête
À l'image de la phrase dont Sarah se souvient au dernier moment lors de son affrontement final avec Jareth, la carte 9 montre de quelle manière le consultant parviendra à surmonter les difficultés qui se présenteront à lui. Elle met en évidence la qualité, la ressource intérieure dont il n'a pas conscience au début de sa quête mais qui se révélera de façon inattendue au cours de celle-ci. C'est en effet grâce à cette force intérieure que les embûches et les difficultés n'auront finalement pas de prise sur le consultant, de la même manière que Sarah se libère de l'emprise du Roi des Gobelins en se souvenant de la phrase « You have no power over me ! » (« Tu n'as aucun pouvoir sur moi ! »), qui agit alors comme une formule magique.

La carte 10 est la Treizième Heure, c'est-à-dire le moment où la quête de Sarah touche à sa fin, comme l'a décidé Jareth. C'est à ce moment qu'elle saura si elle sort victorieuse du défi lancé par ce dernier. Bien sûr, dans le conte Sarah parvient à défaire le Roi des Gobelins et à lui reprendre Toby. Pour le consultant, cette carte montre l'issue de la quête, donnant ainsi un aperçu de ce qu'il accomplira par rapport au projet qui est examiné dans le tirage. C'est à travers elle qu'il verra si comme Sarah il atteint son but ou non, et qu'il pourra évaluer dans quelle mesure sa réalisation sera une réussite.

Enfin, la carte 11 vient clôturer le tirage en mettant en évidence le chemin parcouru par le consultant depuis le début de l'aventure. Comme Sarah dans le film, le consultant n'est plus le même à la fin de sa quête qu'il ne l'était au début : il a relevé un défi, a rencontré des épreuves qu'il a réussi à surmonter, s'est heurté à des énigmes qu'il a résolues et s'est confronté à ses propres désirs. En d'autres termes, comme Sarah, il a acquis de l'expérience et a mûri. Afin de mettre en relief cette évolution, cette carte peut être comparée à la première lors de la lecture du tirage, ce qui accentuera encore davantage la notion d'évolution.

 

Remarques
Malgré les onze cartes qui peuvent intimider les interprètes les moins assurés, ce tirage n'est pas difficile à lire pour peu que l'on procède par étapes. La première partie n'est composée que de trois cartes qui représentent les fondements de la situation, de même que la troisième et dernière partie, qui dépeint la manière dont l'aventure se termine. Quant à la partie centrale, qui place le consultant au cœur du Labyrinthe et qui décrit son parcours au sein de celui-ci, elle peut être divisée en deux : d'abord les aides et les obstacles qu'il rencontrera, puis les épreuves qu'il aura à surmonter. Chaque étape, bien que connectée aux autres, peut donc être prise de façon indépendante lors de l'interprétation.

Au niveau du visuel, il était très difficile de représenter le Labyrinthe en lui-même. Aussi, j'ai choisi de mettre en évidence les multiples chemins que le consultant devra emprunter pour sortir du dédale et atteindre son objectif, d'où les cartes 4, 5, 6, 7 et 8 qui se déploient devant lui à mesure qu'il progresse.

Enfin, le nom donné à ce tirage n'est autre que le titre du deuxième morceau de la bande-originale du film !

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec n'importe quel tarot ou oracle. Cela dit, compte tenu de sa source d'inspiration, il est préférable de privilégier les jeux qui exploitent des thématiques féeriques. Ainsi, les supports faisant référence aux contes de fées, aux mythes, aux légendes et aux différents folklores sont tout à fait indiqués. Toutefois, si l'on souhaite se replonger dans l'ambiance et dans l'esthétique du film, il est particulièrement recommandé d'utiliser les deux oracles illustrés par Brian Froud (« Faeries Oracle » et « Heart of Faerie Oracle »), qui n'est autre que le créateur des êtres féeriques qui prennent vie dans le film !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 14 janvier 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)