Dans mon Chaudron...

Bienvenue dans mon Chaudron !
Envie de recevoir régulièrement les nouveautés directement dans votre boîte mail ?
Inscrivez-vous à la newsletter !

Intéressés par mes services de cartomancie ?
Retrouvez-moi sur mon site professionnel où vous pourrez découvrir
l'ensemble de mes prestations et me contacter grâce aux
formulaires adéquats ! Pour toute question ou demande de
rendez-vous, n'hésitez pas !

 

 

 

La Ronce et la Rose

La Ronce et la Rose

Tirage mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

Read this article in English.

 

Introduction
Bien qu'il ait été conçu spécialement pour le mois de mai, ce tirage peut être effectué à n'importe quel moment de l'année dès lors que la situation du consultant le requiert. Sa connexion au mois de mai vient de la ballade « Barbara Allen », qui raconte l'histoire malheureuse de deux amoureux qui ne parviennent pas à se réconcilier suite au comportement blessant de l'un et à l'orgueil de l'autre.

Les plus anciennes versions connues de cette ballade remontent au XVIIème siècle en Écosse et les personnages de Barbara et Sweet William s'inscrivent dans le folklore courant. Avec le temps et les mouvements de population, la chanson a voyagé pour arriver aux États-Unis et faire là aussi partie du folklore musical, tant et si bien qu'elle a été recensée par Francis James Child au XIXème siècle lorsqu'il a décidé de répertorier en les numérotant les chants traditionnels (folk songs) anglais et écossais que l'on trouvait alors sur le territoire américain. C'est pourquoi « Barbara Allen » est souvent appelée « Child Ballad n°84 » ou « Child 84 ».

Selon les époques et les régions, la ballade a connu un grand nombre de mutations et d'adaptations. La tradition orale dominante aidant, elle s'est transformée et a évolué en fonction des aspects de la légende que l'on souhaitait mettre en avant. Dans tous les cas, la trame qui constitue la base du récit reste la même : les événements se passent en mai tandis que les roses bourgeonnent et fleurissent, dans une petite ville qui est tantôt nommée, tantôt anonyme. L'amour qu'il voue à Barbara Allen rend Sweet William gravement malade et le contraint à rester allité. Il envoie donc son domestique chercher Barbara Allen car il souhaite lui parler. Celle-ci consent à se déplacer mais adopte une attitude très dure envers Sweet William, lui reprochant son attitude envers d'autres femmes car elle en a été profondément blessée. Elle refuse de l'écouter, se contente de constater qu'il est mourant et tourne les talons, le laissant à sa peine. Comprenant qu'il a perdu Barbara Allen, Sweet William meurt de chagrin en demandant à ses amis de prendre soin de celle qu'il aime. Alors qu'elle est en train de rentrer chez elle, Barbara apprend la mort de Sweet William et, réalisant combien elle a été dure, elle s'effondre de douleur et comprend qu'elle vient de perdre celui qu'elle aime. Elle meurt à son tour le lendemain et est enterrée à côté de Sweet William dans le cimetière attenant à l'église. De la tombe de Sweet William s'élève une rose (qui prend racine en son cœur) et de celle de Barbara Allen une ronce (qui prend là aussi racine en son cœur). À mesure que les deux plantes poussent le long du mur du cimetière, elles s'entremêlent pour former un nœud d'amoureux (« a true lover's knot », dit la ballade) et réunissent Barbara Allen et Sweet William à jamais.

On ne compte plus les versions de cette ballade tant elles sont nombreuses, chaque artiste ayant pris soin d'y apporter son empreinte. Parmi les interprétations les plus connues et les mieux réussies, on peut notamment écouter celles de Pete Seeger, Joan Baez, Bob Dylan (pour qui cette ballade, faisant partie de ses chansons préférées, fut une source d'inspiration considérable), The Everly Brothers, Dolly Parton (avec Altan, premier et dernier couplets en gaélique irlandais), Crystal Gayle, Johnny Cash (texte réadapté par Johnny Cash), Emmylou HarrisSimon & Garfunkel, Judy Collins, Marie Laforêt, ou encore Blackmore's Night.

Cette chanson fait partie de mes préférées, car depuis le jour où je l'ai écoutée pour la première fois, j'ai été littéralement charmée par la magie qui s'en dégage et par la poésie avec laquelle les sentiments amoureux y sont présentés, en particulier à travers les symboles de la ronce et de la rose. Ces derniers sont d'ailleurs au cœur du tirage puisque j'ai repris l'image de ces deux plantes qui s'élèvent des tombes de Barbara Allen et de Sweet William et s'entremêlent pour former le nœud d'amoureux qui les réunit à la fin de la ballade. Le tirage suit la chronologie habituelle de l'histoire, dont chaque élément est associé à un point sur l'une ou l'autre plante. Ainsi, à mesure que l'on progresse dans la ballade, on s'élève avec la ronce et la rose pour se diriger vers la possibilité d'une éventuelle réconciliation, et dans tous les cas d'un apaisement de la situation qui est vécue par le consultant.

 

Objectif
Voir dans quelle mesure il est possible de réparer une relation amoureuse abîmée et d'aller vers l'apaisement.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, tirer quatorze cartes que l'on dispose comme suit :

La Ronce et la Rose

 

Lecture et interprétation
Ce tirage est composé de quatre parties qui font chacune allusion à des éléments clefs de la ballade. Ainsi, la première partie comprend les cartes 1, 2 et 3 et fait référence à la terre d'où s'élèvent la ronce et la rose ; la deuxième, qui réunit les cartes 4, 6, 8, 10 et 12, dépeint la ronce ; la troisième illustre la rose à travers les cartes 5, 7, 9, 11 et 13. Enfin, la dernière carte, qui couronne l'ensemble du tirage, représente le nœud que finissent par former la ronce et la rose qui s'élèvent respectivement des cœurs de Barbara et William.

Première partie : La terre, les racines, les fondements, l'état des lieux – lames 1 à 3
Lame 1. Les racines de la situation actuelle. l'état de la relation et des sentiments partagés par les deux partenaires au moment du tirage.

Lame 2. Ce qui donnera naissance à la ronce, c'est-à-dire ce qui a fait que l'on en est arrivé là, le grief qui est à l'origine de la brouille, de la dispute ou du différend.

Lame 3. Ce qui permettra à la rose de sortir de terre : le type de sentiments amoureux qui subsistent malgré l'incompréhension et animosité.

Deuxième partie : La ronce – la situation telle qu'elle est vécue par Barbara (lames 4, 6, 8, 10 et 12)
Lame 4 : La peine qui mène Barbara à montrer un cœur de pierre. Les sentiments douloureux provoqués par les actes évoqués par la lame 2. La peine causée par la discorde, le ressentiment qui éloigne les deux partenaires.

Lame 6 : Blessée, Barbara refuse d'écouter Sweet William. Ce qui provoque la réticence par rapport à l'idée de communiquer. Le manque de communication ; le refus de communication.

Lame 8 : Barbara apprend la mort de Sweet William et réalise qu'elle l'aime. Cette lame représente le choc qui fait prendre conscience du changement qui doit s'opérer – de manière douloureuse – afin de réorienter les choses et de réaliser si les sentiments sont toujours là ou non. On se rend compte de ce que l'on a perdu.

Lame 10 : Suite à la mort de Sweet William, la peine de Barbara l'emporte et elle s'en veut d'avoir été si cruelle envers lui ; elle rejoint donc celui qu'elle aime et meurt à son tour. Cette lame décrit ce que l'on regrettera d'avoir fait ou dit (ou de n'avoir pas fait ou dit) et pointe vers un début de rapprochement entre les deux partenaires.

Lame 12 : Barbara est enterrée auprès de Sweet William. Cette lame dépeint l'élan qui mène au rapprochement des deux partenaires.

Troisième partie : La rose – la situation telle qu'elle est vécue par William (lames 5, 7, 9, 11 et 13)
Lame 5 : Sweet William souffre de la situation et tombe gravement malade. Les effets de la douleur provoquée par la discorde, ce qui tient les partenaires éloignés malgré les sentiments existants.

Lame 7 : Sweet William tente de s'expliquer auprès de Barbara, mais en vain. Les tentatives de communication infructueuses et avortées, celles qui ont éloigné le couple au lieu de le rapprocher. Les raisons qui font que ces tentatives ont échoué.

Lame 9 : La mort de Sweet William. La résignation. L'acceptation de la situation et de l'éventualité d'une séparation définitive, d'une non-réconciliation et ce que l'on souhaite – de bien – pour l'autre partenaire. La manière dont on envisage de s'effacer s'il n'y a pas d'autre issue.

Lame 11 : Sweet William est enterré dans le cimetière attenant à l'église. Le sacrifice que l'on est prêt à faire pour réparer la relation, ce que l'on est prêt à laisser derrière soi pour aller vers la réconciliation et trouver la paix.

Lame 13 : La rose qui s'élève du cœur de Sweet William. Les sentiments qui subsisteront et/ou qui renaîtront et pourront apaiser la relation et lui donner une nouvelle chance.

Quatrième partie : Le nœud – la réunion des amants au-delà des difficultés (lame 14)
Lame 14 : Le nœud que forment la ronce et la rose en poussant contre le mur. La manière dont le conflit se soldera ; comment les deux partenaires se retrouveront (ou non). Ce qui ressortira des efforts faits pour apaiser le conflit. La résolution de la situation.

 

Remarques
Ce tirage est assez complexe à réaliser, non par le nombre de lames qu'il requiert, mais plutôt par sa structure et en raison du caractère approfondi de l'exploration qu'il permet. En effet, il est ici question d'une analyse poussée de l'état de la relation amoureuse que vit le consultant, et en particulier du conflit qu'il traverse. Aussi, si l'on veut produire une bonne interprétation de ce tirage, il faut tenir compte de la complexité inhérente à toute relation et aux sentiments amoureux.

Si les parties intitulées la ronce et la rose dépeignent respectivement les comportements et sentiments de Barbara Allen et Sweet William dans la ballade, il ne faut pas oublier que les choses sont souvent loin d'être aussi divisées dans la vie de tous les jours. Bien qu'il soit possible au sein d'une relation que l'un des deux partenaires ait le beau rôle tandis que l'autre tient le mauvais, il est tout de même assez rare que les choses soient aussi simples et limpides, car c'est souvent la confusion des sentiments qui règne et qui mène à des paroles ou à des actions apparemment contradictoires par rapport à ce que l'on ressent. C'est pourquoi il est important pour ce tirage que le consultant soit prêt à être honnête envers lui-même puisqu'il sera amené à être confronté à ses aspects les plus sombres – et parfois les plus inavouables. Il se retrouvera donc face à face avec ses sentiments, mais aussi avec sa capacité à faire souffrir l'autre, ce qui est rarement exploré de manière aussi appuyée.

Par ailleurs, il est important de noter que si la structure du tirage suit la chronologie des événements rapportés dans la ballade, il n'est pas dit pour autant que l'issue en soit la même ! En d'autres termes, la fin de la légende voit les deux partenaires réunis par-delà la mort, et ces retrouvailles marquent leur union éternelle et indéfectible. S'il est évident que l'issue montrée par le tirage fait allusion à la mort de Barbara et William pour sa portée symbolique, il faut également garder à l'esprit la possibilité de voir dans les cartes une issue peu favorable à la continuité de la relation du consultant, car tout dépend de la lame qui est tirée. Ainsi, il peut arriver que la seule issue possible à la relation soit la séparation, car la rupture est parfois le seul moyen de retrouver paix et sérénité pour les deux partis.

Comme on peut le voir, ce tirage permet une analyse très détaillée et toute en nuances des relations amoureuses qui connaissent des périodes difficiles, en particulier lorsque l'éloignement des deux partenaires est au centre des préoccupations. Grâce à lui, il est possible d'en identifier les causes profondes, mais aussi d'entrevoir de quelle manière les choses peuvent être réparées... si tant est qu'elles puissent l'être. Dans tous les cas, il aide à trouver l'apaisement, quelle que soit l'issue de la situation.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec un tarot comme avec un oracle. Toutefois, si l'on souhaite exploiter au maximum le thème dont il est ici question, on pourra privilégier les supports qui explorent l'amour, que ce soit en faisant référence à diverses mythologies ou à la littérature. Par exemple, The Lover's Path Tarot de Kris Waldherr sera un magnifique outil. Les jeux mettant en avant l'exploration de soi et l'introspection conviendront également parfaitement. On pensera notamment au très complet Madame Endora's Fortune Cards, ou encore au Chrysalis Tarot, qui est particulièrement bien adapté à ce type de questionnement.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 22 mai 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

La Grande Union

La Grande Union

Tirage spécial Beltane mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
À Beltane, le Dieu et la Déesse s'unissent, fertilisant ainsi la Nature et portant le printemps à son pic d'activité. La Déesse passe de l'état de Jeune Fille à celui de Mère puisque suite à cette union, elle porte le jeune Dieu qui naîtra à Yule.

Ainsi, Beltane fête également l'amour et la complémentarité des forces motrices de la Nature. Les célébrations liées à ce sabbat incluent donc cet aspect, notamment à travers ce que l'on appelle le Grand Rite. Celui-ci symbolise la rencontre du Dieu de la Déesse à travers l'athamé que l'on plonge dans le contenu du calice. L'athamé représente le Dieu et son énergie vitale tandis que le calice est une image de la Déesse en qui sommeille la vie et tout ce qui est en gestation. La réunion de ces deux forces régénère la Nature et permet à de nouvelles choses de venir à exister.

Ce tirage reprend l'image du Grand Rite en en représentant les deux outils principaux, à savoir le calice et l'athamé. Il est particulièrement pertinent pour explorer les relations amoureuses à concrétiser, mais peut  également se révéler très utile pour d'autres types d'unions ou de relations, ou pour évaluer comment connaître le succès avec un projet qui nous tient à cœur.

 

Objectif
Anticiper comment parvenir à concrétiser une union ou une relation, que ce soit sur le plan amoureux, professionnel, relationnel en général, spirituel, artistique ou autre. Ce tirage montre comment mettre toutes les chances de son côté pour connaître le succès.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire quatorze cartes que l'on dispose comme suit :

La Grande Union

 

Lecture et interprétation
Ce tirage est constitué de deux parties : l'athamé (lames 1 à 7) et le calice (lames 8 à 14). L'athamé symbolise l'énergie vitale masculine (incarnée par le Dieu) tandis que le calice contient l'énergie nourricière féminine (représentée par la Déesse) qui permet à toute chose de se construire avant de s'exprimer au grand jour et de se mettre en mouvement. Lors de la lecture, on commence par le calice.

Première partie : Le Calice – lames 8 à 14
Lames 8 et 9 : le bord gauche du calice. Ce qui pousse le consultant à vouloir réaliser l'union dont il est question ; ce qui a construit cette idée dans son esprit, la manière dont elle lui est venue.

Lames 10, 11 et 12 : le fond du calice. La phase de maturation, de gestation. La manière dont le consultant conçoit cette union et celle dont il compte la nourrir et l'entretenir. C'est la phase de « repos », de préparation et de visualisation, durant laquelle le projet se construit mentalement.

Lames 13 et 14 : le bord droit du calice. La réalisation envisagée par le consultant, ce qu'il souhaite voir se réaliser. La lame 13 représente son idéal tandis que la lame 14 montre ce qu'il pense être de l'ordre du possible.

Seconde partie : L'Athamé – lames 1 à 7
Lames 1 à 4 : le manche
Lame 1 : la poignée.
La manière dont le consultant aborde l'union qu'il souhaite voir se réaliser ; son attitude face à celle-ci, la façon dont il prend les choses en main.

Lames 2, 3 et 4 : la garde. Cette partie représente ce sur quoi le consultant doit s'arrêter pour réfléchir, ce qu'il doit prendre le temps d'examiner et de prendre en compte. Ainsi, la lame 2 dépeint ce qui est extérieur au consultant et qui peut s'opposer à cette union en se plaçant en travers de son chemin. La lame 3 est ce qui peut s'opposer à cette union et qui est du fait du consultant. En travaillant sur ce point, il est bien sûr possible de changer cette dynamique puisque c'est une chose sur laquelle le consultant a un certain contrôle. La lame 4 montre quant à elle ce qui peut favoriser l'union à laquelle aspire le consultant ; ce qui peut jouer en sa faveur.

Lames 5 et 6 : la lame. Ces deux cartes dépeignent le passage à l'action. La lame 5 évoque ce qui va déclencher la mise en marche du projet ; elle est l'impulsion qui va mettre les choses en mouvement. La lame 6 montre les actions que pourra entreprendre le consultant pour concrétiser l'union à laquelle il aspire. Elle décrit ce qu'il peut faire pour mettre toutes les chances de son côté et la manière dont il lui est recommandé de s'investir dans son entreprise.

Lame 7 : la pointe. L'issue, la réalisation, l'union vers laquelle le consultant se dirige ; le résultat de ses entreprises.

 

Remarques
Ce tirage assez complexe requiert une attention et une concentration soutenues si l'on souhaite produire une interprétation qui en exploite toutes les finesses. Tout d'abord, les quatorze lames qui le composent peuvent décourager ceux qui se laissent impressionner par les tirages employant un nombre de cartes important, mais c'est surtout sa structure qui peut sembler déconcertante. En effet, les cartes ne sont pas lues dans l'ordre où elles sont tirées, ce qui peut paraître illogique de prime abord. Pourtant, il est indispensable d'examiner ce qui est en gestation en premier, car cela permet de faire une sorte d'état des lieux de ce qui est en sommeil avant de faire intervenir les énergies qui mettront les choses en mouvement. D'où le fait de se pencher d'abord sur le Calice avant de lire les lames qui forment l'Athamé.

L'autre grande difficulté présentée par ce tirage consiste très certainement à en harmoniser les deux parties principales. De la même façon que le Dieu et la Déesse s'unissent et se complètent lors de leur relation charnelle, le Calice et l'Athamé sont ici indissociables. C'est donc en combinant leurs effets que l'on en révèle toute la portée, comme dans le Grand Rite où l'on réactualise le mythe qui est évoqué ici en réunissant l'athamé et le calice.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué avec un tarot ou avec un oracle. Les supports mettant en avant des thèmes printaniers, féeriques ou mythologiques seront à privilégier si l'on souhaite rester dans l'esprit de Beltane.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 02 mai 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Visions sur le Brocken

Visions sur le Brocken

Tirage spécial Nuit de Walpurgis mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
La légende raconte qu'au cours de la Nuit de Walpurgis les sorcières se rassemblent pour tenir leur sabbat, célébration au cours de laquelle des visions d'horreur se présentent à celui qui en est témoin. En effet, il est de notoriété publique que les femmes qui se réunissent de la sorte invoquent le Diable et ses démons. Ceux-ci répondent à leur appel, ce qui fait de la Nuit de Walpurgis la nuit la plus inquiétante, la plus effrayante et la plus dangeureuse de l'année.

Traditionnellement, les sorcières se réunissaient sur le Brocken, un mont appartenant au massif montagneux appelé Harz en Allemagne. Il est dit que lors de leurs rassemblements, on pouvait voir d'étranges ombres danser autour des participantes, ce qui renforçait encore davantage la peur inspirée par des pratiques qui, étant païennes, n'avaient plus leur place dans une société où l'Église avait de plus en plus d'impact sur la vie quotidienne.

En réalité, la Nuit de Walpurgis célébrait la fin définitive de l'hiver et l'arrivée du point culminant du printemps, qui a lieu le 1er mai. Au cours de celle-ci, il était coutume de préparer l'arrivée des divinités du printemps à travers des rituels mettant en valeur tout ce qui touche à la fertilité afin de les aider à réveiller complètement la Nature pour qu'elle puisse s'épanouir pleinement. Lorsque les régions qui avaient adopté ces traditions furent christianisées, les divinités du printemps furent jugées indécentes en raison de leur rapport à la fertilité et à la fécondité. Elles furent donc transformées en diables et en démons, et reléguées au rang de créatures infernales avec tout ce qu'elles ont de plus inquiétant et dangereux.les

Le tirage présenté ci-dessous évoque la Nuit de Walpurgis et le sabbat des sorcières sur le Brocken. Il met en relief les visions effrayantes auxquelles on peut être en proie si l'on s'aventure sur cette montagne.

 

Objectif
Faire le point sur les illusions et les peurs qui assaillent le consultant par rapport à un projet précis qu'il aimerait voir se concrétiser ou dans sa vie en général. On pourra ainsi évaluer dans quelle mesure la peur et l'appréhension peuvent affecter son discernement.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, tirer douze cartes que l'on dispose comme suit :

Visions sur le Brocken

 

Lecture et interprétation
Dans ce tirage, les cartes sont disposées de manière à représenter la montagne au sommet de laquelle se tient le sabbat ainsi que les nuages qui peuvent embrumer la vision du consultant. Aussi, lors de la lecture, on commence par le pied de la montagne, qui est la première étape de l'ascension, puis on se confronte à la couronne de nuages et à ses effets sur ce que l'on voit, pour terminer par le sommet.

Le pied de la montagne
Les lames 1 et 9 constituent la base de la montagne. Elles montrent ce que le consultant souhaite voir se réaliser dans sa vie, ce qu'il envisage construire. Elles peuvent également évoquer ses potentiels de réalisation au moment où le tirage est effectué. Ces deux lames sont lues ensemble.

Les lames 2 et 8 sont la première étape de l'ascension. Elles représentent la manière dont le consultant aborde sa situation et la stratégie qu'il compte mettre en œuvre pour atteindre le sommet – et son objectif !

La couronne de nuages
Les lames 10, 11 et 12 symbolisent les nuages, c'est-à-dire ce qui trouble l'esprit du consultant et l'empêche d'y voir clair ou de faire preuve de discernement. Elles montrent les raisons pour lesquelles certaines choses demeurent dissimuléées aux yeux du consultant.

Les lames 3 et 7 décrivent ce qui est caché par la brume des nuages. Elles montrent ce qui est important dans la situation du consultant mais que ce dernier ne voit pas.

Le sommet de la montagne
Les lames 4 et 6 illustrent les peurs que nourrit le consultant par rapport à son projet et les illusions et apparences trompeuses auxquelles il est en proie. Il est possible que les deux cartes décrivent uniquement les peurs ou les illusions comme il est possible que la lame 4 évoque les peurs tandis que la lame 6 met en relief les illusions.

La lame 5 est le point culminant de la montagne. Elle représente le sabbat que tiennent les sorcières lors de la Nuit de Walpurgis. Pour les besoins du tirage le consultant y participe afin de trouver les solutions – ou du moins des pistes – qui l'aideront à faire en sorte que les buts identifiés au commencement de son ascension puissent se concrétiser. Cette lame montre le chemin vers l'épanouissement, mais aussi comment vaincre les peurs qui l'assaillent, qu'elles soient ancrées dans le réel ou non.

 

Remarques
Dans son interprétation, ce tirage requiert une certaine finesse et habileté pour relier les différentes parties entre elles. La lecture de la couronne de nuages peut notamment paraître ardue, mais en prenant bien le temps d'observer tous les indices, elle peut révéler des éléments très intéressants quant aux mécanismes qui génèrent les illusions et les peurs du consultant. Ainsi, celui-ci pourra se poser les bonnes questions et trouver les solutions adéquates pour surmonter ce qui l'empêche d'avancer.

Ce tirage peut être effectué avec ou sans question. Dans le cas où on l'effectue avec une question, l'ascension du consultant dépeint le chemin à parcourir et les difficultés intérieures à vaincre pour réaliser son objectif. S'il est effectué dans question, il décrit la situation générale du consultant et devient un très bon outil d'exploration de soi.

La terrifiante réputation du Brocken est en réalité due à un effet d'optique lié à un phénomène météorologique appelé « spectre de Brocken ». En effet, les formes effrayantes qui ont été vues en train de danser autour des sorcières lors de leur sabbat ne sont pas les démons qu'elles invoquent mais sont l'effet de reflets provoqués par le soleil, les nuages et le brouillard, qui déforment et agrandissent les formes des objets et des personnes qui se trouvent sur la montagne. Il n'est donc nullement surprenant qu'en des temps où l'on n'avait pas connaissance de ces phénomènes naturels, les « visions » aient provoqué la panique et l'horreur de qui en était témoin !

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué aussi bien avec un tarot ou un oracle. Cependant, si l'on souhaite rester dans le thème de la fête qu'il explore, on privilégiera les jeux aux motifs printaniers, de même que ceux qui exploitent l'imagerie de la sorcière et des sabbats.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 30 avril 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Les Cadeaux Féeriques de Beltane

Les Cadeaux Féeriques de Beltane

Tirage spécial Beltane mis au point par mes soins. Reproduction interdite.

 

Introduction
Beltane se situe à mi-chemin entre l'équinoxe de printemps et le solstice d'été et constitue donc le point culminant du printemps, c'est-à-dire le moment où les énergies et les effets de la saison sont les plus forts et les plus visibles. Selon les anciennes croyances liées à cette fête, c'est le 1er mai que les divinités du printemps sont en effervescence et s'affairent, déployant tous leurs efforts et leurs talents pour fertiliser la nature et l'éveiller totalement pour qu'elle puisse s'épanouir pleinement et offrir ainsi toutes les richesses qu'elle a en son sein.

Les célébrations de Beltane et de la Nuit de Walpurgis – qui précède le sabbat – visent en grande partie à accueillir ces divinités et à les aider à accomplir leur devoir en appelant les énergies qui leur sont utiles pour les faire converger en leur direction et renforcer ainsi leur puissance. Voilà qui contribue à l'aboutissement du réveil de la nature afin qu'elle retrouve son épanouissement maximal. Chaque divinité apporte donc son « cadeau » à la faune et à la flore, ce qui leur permet de révéler toute leur splendeur.

Le tirage présenté ci-dessous fait allusion à cette croyance en les divinités du printemps et en leur rôle à Beltane. Ici, on examine ce qu'elles apportent au consultant, chacune dans son domaine respectif. Ainsi, on voit tour à tour ce que lui offrent les divinités de l'Air, de l'Eau, du Feu et de la Terre, sans oublier les deux énergies vitales que constituent le Déesse – représentée par Mère Nature – et le Dieu, qui apparaît sous les traits du feu intérieur qui anime le consultant.

 

Objectif
Obtenir un aperçu de ce que les énergies en mouvement à Beltane apportent au consultant sur les différents plans de son existence et de la manière dont ces « cadeaux » l'aideront à s'épanouir et, pourquoi pas, à réaliser ce à quoi il aspire ou à mener à bien un projet qui lui est cher.

 

Le tirage
Après avoir mélangé et coupé le jeu, on tire six cartes que l'on dispose comme suit :

Les Cadeaux Féeriques de Beltane

 

Lecture et interprétation
La lame 1 présente le cadeau offert au consultant par les divinités de l'Air. Il concerne tout ce qui touche le domaine de l'inspiration (notamment artistique), de la créativité, mais aussi celui de la spiritualité.

La lame 2 illustre le cadeau apporté par les divinités de l'Eau. Celui-ci affecte le domaine des émotions, de la sensibilité et des sentiments.

La lame 3 est le cadeau qu'offrent les divinités du Feu. On est ici dans le domaine de l'énergie créatrice qu permet de concrétiser ce qui est encore à l'état de potentiel, mais on touche aussi à ce qui est de l'ordre de la purification en évoquant les sacrifices que l'on doit parfois faire pour se libérer de ce qui nous encombre. Dans le même ordre d'idées, cette lame peut également mettre en relief la manière dont le consultant peut travailler sur sa spontanéité et se libérer de ses blocages.

La lame 4 montre le cadeau accordé par les divinités de la Terre. Celui-ci concerne le domaine des structures, de ce qui prend racine et se consolide. On y voit ce qui est encore en gestation et qui est prêt à se développer. Cette lame évoque la manière dont le consultant se stabilise et affirme ses acquis.

La lame 5 évoque le cadeau consenti par la Déesse, qui apparaît ici sous les traits de Mère Nature. Ce présent montre de quelle manière la Déesse donne au consultant l'opportunité de se réaliser grâce aux cadeaux offerts par l'ensemble des divinités du printemps. À travers cette lame, on a donc un aperçu de ce que le consultant peut réussir à faire s'il exploite au mieux ce qui lui est offert.

La lame 6, située au centre du pentacle, incarne le cadeau offert par le Dieu, à savoir le feu intérieur qui anime le consultant. Cette lame identifie l'énergie qui s'éveillera en lui et qui lui permettra de mettre en marche le processus de réalisation vu à travers la lame précédente. Cette énergie est le moteur qui déclenchera le passage à l'action du consultant.

 

Remarques
Ce tirage prend la forme d'un pentacle car ce symbole représente le Monde en identifiant les éléments – énergies – qui le composent. Ainsi, de la même façon qu'on le conçoit dans les différentes cultures ésotériques et magiques, chaque branche de l'étoile est associée à l'un des quatre éléments tandis que la cinquième branche – qui pointe vers le haut – incarne l'Esprit. Pour les besoins du tirage que je souhaitais équilibré, j'ai intégré une sixième lame au centre afin de faire apparaître la complémentarité de la Déesse et du Dieu puisque ces deux figures incarnent les principales forces qui régissent le Monde (et donc la Nature).

Sans difficulté particulière, ce tirage peut être effectué avec ou sans question. Dans le cas où l'on ne pose pas de question, l'ensemble des cartes tirées donne un aperçu général de l'évolution de la situation du consultant. Dans le cas où l'on pose une question, les lames mettent en relief les aspects sur lesquels le consultant pourra s'appuyer et avec lesquels il devra composer pour se réaliser ou atteindre le but qu'il s'est fixé.

Le motif des cadeaux féeriques est très répandu, que ce soit dans la mythologie ou dans les contes de fées. On se souviendra notamment de l'histoire de la Belle au Bois Dormant, où les fées se penchent au-dessus du berceau de la princesse lors de son baptême et lui font cadeau de la beauté et d'une belle voix avant l'intervention non sollicitée de celle qui la condamnera à un terrible destin. Ce faisant, les fées prennent toute leur dimension mythique en étant celles qui décident du devenir des humains. En cela, elles sont parfaitement dans leur rôle de « dieux diminués », qui leur a été attribué au Moyen Âge lorsque le Christianisme a pris le pas sur les traditions païennes et a relégué les dieux des anciennes traditions au rang d'êtres indésirables dans une société où devait régner l'ordre instauré par l'institution. Ces divinités qui incarnaient différents aspects de la Nature se sont donc réfugiées dans les forêts et en ont fait leurs sanctuaires. C'est ainsi qu'elles sont peu à peu devenues des Fées, d'où le lien que j'établis dans ce tirage entre les divinités du printemps et les cadeaux féeriques qu'elles apportent avec elles.

 

Supports à privilégier
Ce tirage peut être effectué aussi bien avec un tarot ou un oracle. En raison de sa connexion avec Beltane et pour prolonger la métaphore qu'il met en relief, on préférera cependant employer des jeux qui reprennent l'imagerie du printemps et de la nature qui se développe ou qui mettent en scène des fées ou des divinités proches de la nature et de la terre.

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 28 avril 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)

Bienvenue dans la nouvelle version du Chaudron!

Article rédigé par mes soins. Reproduction interdite.

 

Comme vous le savez certainement si vous étiez inscrits à la newsletter ou si vous me suivez régulièrement sur les réseaux sociaux, de grands chamboulements sont survenus dans la vie du Chaudron ces dernières semaines. En effet, la plateforme qui l'hébergeait depuis juin 2012 a changé sa politique, laissant le choix aux blogueurs entre deux options dont aucune n'était envisageable pour moi : soit le blog demeurait gratuit et affichait de la publicité invasive (système de partenariat publicitaire imposé), soit il fallait payer un abonnement « premium » hors de prix pour la retirer et bénéficier de quelques options supplémentaires que, soit dit en passant, l'on trouve ailleurs pour bien moins cher. N'ayant pas particulièrement un esprit communautaire et voyant en priorité le confort de navigation pour vous, chers lecteurs, et motivée par la volonté d'assurer la pérennité du blog, je me suis résolue à entreprendre le déménagement de mon Chaudron, si bien que celui-ci était achevé lorsque les publicités sont apparues sur l'ensemble de la plateforme.

Une fois la parade trouvée – prendre mon Chaudron sous le bras pour l'installer chez l'hébergeur qui accueille déjà mon site professionnel –, il a fallu commencer les travaux de façon à ce que tout rentre vite dans l'ordre. C'est ainsi qu'en deux semaines de travail intensif de jour comme de nuit, j'ai réussi à répertorier puis trier les articles qui se trouvaient sur l'ancien Chaudron, redéfinir les différentes sections du blog, reproduire et améliorer le design, pour enfin déplacer un à un les articles et les pages que j'avais décidé de conserver. De longues heures de mise en page et de travail sur les images, les titres et le référencement plus tard, le résultat était déjà concluant.

Restait encore à mettre à jour tous les liens un par un, à transférer le nom de domaine et à construire les pages présentant les sommaires thématiques. Le transfert du nom de domaine fut fait en quelques jours seulement, et la nouvelle version du Chaudron fut accessible le mercredi 06 avril au soir. Voilà qui tombait bien, car le déménagement des articles venait d'être finalisé et même s'il restait encore un certain nombre de choses à faire, le plus gros était déjà derrière moi.

Aujourd'hui, le Chaudron est totalement opérationnel et même s'il reste encore quelques petites choses à améliorer et à peaufiner, il ne connaîtra pas de changement important en termes de structure et de mise en page d'un moment. Bien sûr, je souhaitais déjà effectuer des mises à jour, faire un peu de tri dans les articles et réorganiser les sections, mais je comptais m'en occuper plus tard, lorsque j'en aurais eu le temps... mais pour le coup, je n'ai pas eu le choix du moment puisque l'annonce de l'ancien hébergeur a été l'élément déclencheur de la refonte de l'ensemble, allourdissant encore la charge de travail que j'avais déjà, car bien sûr, ce genre de choses ne tombe jamais en période creuse !

Malgré les difficultés causées ce déménagement brutal, je suis très heureuse du résultat, car le Chaudron a pu être considérablement amélioré au cours du processus. Il est désormais nettement orienté vers la cartomancie, la Wicca et le Néo-Paganisme, comme le montrent les sections « cartomancie » et « vie sorcière » qui permettent de séparer ces deux aspects de mes pratiques ésotériques. Des sommaires thématiques sont d'ailleurs à votre disposition dans la colonne de droite. Ils vous aideront à naviguer plus aisément au sein du blog et à trouver les articles qui vous intéressent en fonction de ce que vous recherchez.

En raison de la longueur de certaines d'entre elles, les critiques de jeux divinatoires ont été extraites de la partie blog et transformées en pages qui, de la même manière que les articles du blog, accueilleront elles aussi vos contributions en commentaires. L'ensemble de ces critiques est accessible à la fois à partir du menu horizontal et à partir de la colonne de droite. Les articles concernant « Madame Endora's Fortune Cards », dont la plupart exceptée la présentation du jeu sont publiés sous forme d'articles dans la partie « cartomancie », sont eux aussi mis en valeur grâce à un sommaire thématique également accessible à partir de la colonne de droite.

À travers ce travail sur la structure du blog, j'ai souhaité redynamiser le contenu et mettre en relief les articles présents dans les différentes sections. La section « In English ! » nécessite encore quelques réajustements, mais ceux-ci seront bientôt faits. Cela fait, c'en sera terminé de la reconstruction totale du blog !

Au cours de ce long et minutieux travail, j'ai parcouru en détails l'intégralité des articles du blog et ai effectué un voyage de presque dix ans en deux semaines à peine. J'ai alors revu l'évolution du blog, de ses débuts à aujourd'hui, et pris ainsi la mesure du chemin parcouru depuis l'ouverture de cet espace. Cet aperçu « accéléré » m'a donné de nouvelles idées d'articles que vous découvrirez prochainement et qui je l'espère vous plairont.

Pour l'instant, l'heure est à la création de nouveaux tirages spéciaux pour Beltane, d'autant que j'avoue rester un peu sur ma faim car au moment où j'ai été obligée de déménager, je voulais publier un nouveau tirage spécial Ostara, qui du coup paraîtra plus tard. Là encore, j'espère que les tirages de Beltane que je vous prépare vous plairont !

Je vous souhaite de belles (re)découvertes dans cette nouvelle version de mon Chaudron, en espérant que celle-ci vous plaît et vous est agréable à parcourir. Je profite de ces quelques lignes pour vous rappeler que les inscriptions à l'ancienne newsletter ne sont plus valides. Par conséquent, si vous souhaitez continuer à recevoir les nouvelles du Chaudron, n'oubliez pas de valider votre inscription à la nouvelle newsletter !

Au plaisir de continuer à échanger avec vous dans ces nouvelles (et meilleures) conditions, que ce soit à travers les commentaires, vos messages de contact ou le livre d'or !

 

 

(© Morrigann Moonshadow, le 27 avril 2016. Reproduction partielle ou totale strictement interdite.)